MDN: Livraison d'aides humanitaires au Niger    Man City : Guardiola repris de volée par les supporters    FC Barcelone: Pogba gratuit, le rêve irréalisable de Laporta?    Al-Kouni: je viens pour informer le Président Tebboune de la teneur de mes visites dans les pays voisins au sud de la Libye    Feu vert pour le retour du public avec pass sanitaire    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Aokas, ville morte    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Formation de haut niveau    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il y a 66 ans, la conférence historique de Bandung
Prélude à la fin de l'ère coloniale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2021

La rencontre afro-asiatique, dite conférence de Bandung en Indonésie, a marqué le début de la décolonisation dans la deuxième moitié du XIXe siècle et son esprit demeure un des leviers devant mener la coopération et la concertation entre les pays du Sud en vue de relever les défis économiques et sécuritaires.
Cette année, les pays en voie de développement en particulier et ceux issus du Mouvement des non-alignés vont commémorer le 66e anniversaire de cette conférence historique qui avait réuni, sur l'île de Java, en Indonésie, du 18 au 24 avril 1955, les représentants de vingt-neuf pays d'Afrique et d'Asie qui avaient acquis leur indépendance.
« L'Algérie, alors en guerre contre le colonialisme français, avait été invitée en tant que pays observateur à la conférence et représentée par une délégation du FLN, présidée par Hocine Aït Ahmed et M'hamed Yazid. Les années 1954-1955 marquaient le début de certaines indépendances », a rappelé Noureddine Djoudi, un diplomate de carrière et ancien secrétaire général adjoint de l'Organisation de l'union africaine (OUA), estimant que ce qui a motivé alors les Asiatiques « c'était la défaite écrasante de la France à Diên Biên Phu, au Vietnam ».
Les leaders asiatiques qui ont pris conscience du problème colonial, ajoute l'ancien ambassadeur, « ont réfléchi à deux choses : premièrement, reconnaître officiellement la République populaire du Vietnam, et surtout mobiliser l'opinion pour que la Chine populaire prenne sa place aux Nations-Unies ».
Ainsi, la conférence de Bandung a marqué l'émergence d'un nouveau bloc qui voulait s'imposer comme une force sur l'échiquier politique mondial, et surtout étudier le rôle que pourront jouer les deux continents, l'Asie et l'Afrique, et évaluer leurs moyens pour mettre en place les mécanismes permettant une coopération économique, culturelle et politique de manière étroite entre les pays du Sud.
Les leaders afro-asiatiques ayant pris part à la rencontre de Bandung avaient plaidé, au bout de sept jours de débats, pour un nombre de principes, entre autres, le respect des droits humains, la souveraineté et l'intégrité territoriale de toutes les Nations, égalité de toutes les races et égalité de toutes les Nations, non-intervention et non-ingérence dans les affaires internes des pays, abstention d'actes ou de menaces d'agression ou de l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique d'un pays, règlement des conflits internationaux par des moyens pacifiques, encouragement des intérêts mutuels et coopération et respect de la justice et des obligations internationales. Il faut souligner que, durant les dix années qui ont suivi la tenue de la conférence de Bandung, 31 pays africains, dont l'Algérie, ont arraché leur indépendance, marquant, par là, la fin de l'ère coloniale, à l'exception de la Palestine qui vit encore sous le joug de l'occupation israélienne et le Sahara Occidental, dernière colonie d'Afrique, dont le peuple mène aujourd'hui un rude combat pour son autodétermination.
L'esprit de Bandung se manifeste, six années plus tard, en 1961 à Belgrade, par la création du mouvement des pays des Non-alignés. Pour ce qui est du rôle de l'Algérie dans ce mouvement, M. Djoudi estime que c'est l'un des pays qui « continue à exercer dans le sens de l'orientation qui a été prise à l'époque, c'est-à-dire absolument intransigeant sur le principe de l'autodétermination ». « C'est pour cela et en dépit de toutes les pressions, que nous sommes là à soutenir la cause du Sahara Occidental, comme on soutient la Palestine », a-t-il soutenu.
Le président de la République a également saisi la même tribune pour lancer un appel au Conseil de sécurité des Nations-Unies « pour se réunir, dans les plus brefs délais, et adopter une résolution appelant solennellement à l'arrêt immédiat de toutes les hostilités à travers le monde, notamment au Yémen et en Libye, sans omettre les territoires occupés en Palestine et au Sahara Occidental ».
APS/R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.