Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2021

L'Association nationale des pharmaciens algériens (Anpha) a renouvelé samedi son «engagement» à poursuivre son implication dans les projets de développement du secteur pharmaceutique, soulignant l'importance du rôle que doit jouer le pharmacien dans la «valorisation et la performance» des services et prestations de santé offerts aux citoyens.
Dans un communiqué rendu public à l'occasion de la Journée mondiale du pharmacien, l'Anpha a relevé qu'avec la crise actuelle du Covid-19, «le lien étroit entre le concept de ''sécurité sanitaire'' et le pharmacien se confirme».
La sécurité sanitaire aujourd'hui consiste en "la capacité d'atteindre l'autosuffisance en médicaments et en dispositifs médicaux, c'est la capacité de fournir des services de santé de proximité, c'est la capacité à gérer les ressources et les équipements hospitaliers, c'est la capacité de dépistage et de l'analyse médicale et c'est la capacité à rechercher et développer des protocoles thérapeutiques et des vaccins qui sont autant de fonctions pharmaceutiques par excellence», a rappelé l'Anpha.
L'Anpha a rappelé en suite ses propositions en la matière portant notamment sur une carte sanitaire reposant sur des «fondements scientifiques et méthodologiques modernes dans la répartition des services de santé et l'affectation de la ressource humaine, y compris les pharmacies privées, dont les modalités de répartition et d'installation doivent être révisées en fonction des données économiques et démographiques et des services de santé exigés du pharmacien et de la définition de ses fonctions réglementaires».
Le capital humain étant la «base de la réussite de chaque stratégie», elle a mis l'accent sur la nécessité de «réorienter les objectifs de la formation universitaire du pharmacien et de l'adapter aux exigences du système de santé, des postes pédagogiques offerts selon un besoin et suivant une vision à long terme et un nouveau cursus spécialisé orienté aux compétences recherchées dans le secteur économique et sanitaire».
«Au lieu d'être un service de soutien et de gestion, les métiers modernes nous obligent à passer à un service indépendant d'une dimension stratégique, capable de développer les services de gestion, d'adaptation posologique et de contrôle de consommation, les services cliniques, la formulation et la préparation hospitalière et la pharmacovigilance, un travail que nous avons lancé avec le ministère de la Santé précédemment et reste un dossier de priorité pour nous à l'Anpha», ajoute le communiqué. L'Anpha a considéré que «renforcer la responsabilité pharmaceutique et l'accompagner techniquement et juridiquement est plus que nécessaire, tout en redéfinissant les fonctions des établissements pharmaceutiques et les fonctions du pharmacien en leur sein».
Elle a rappelé enfin son projet «Le pharmacien entrepreneur» qui vise à «transférer les multiples acquis scientifiques et à traduire les services et les fonctions pharmaceutique cités précédemment en projets économiques qui créent de l'emploi et de la richesse, et passe du pharmacien de la prestation de service au secteur de production».
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.