les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La renaissance    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tayeb Louh face à ses juges
Son procès s'ouvre aujourd'hui
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2021

Un très gros procès est programmé pour ce dimanche au tribunal de Sidi-M'hamed. Pour la première fois de son histoire, l'Algérie verra comparaître un ancien garde des sceaux auquel il est reproché son immixtion dans les affaires de justice.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Tayeb Louh est sous la coupe de plusieurs chefs d'inculpation jugés graves et qui font, d'ailleurs, de son dossier l'un des plus sensibles que la justice ait eu à gérer jusque-là. Dans un communiqué publié en août 2020, la Cour suprême avait fait savoir qu'il était poursuivi à la fois pour «abus de fonction, entrave à la justice, incitation à la partialité et incitation en faux en écriture officielle».
L'enquête diligentée par la justice a duré deux années pleines et elle avait été confiée à ses débuts à l'office national de répression de la corruption, un organisme chargé des affaires les plus complexes. Les investigations et les auditions menées dans les milieux proches de l'ancien ministre ont permis de recueillir des déclarations accablantes de plusieurs magistrats, pas moins de neuf personnes, qui témoigneront à charge contre le mis en cause.
Sont notamment attendus les témoignages de deux magistrates qui affirment avoir été rétrogradées, mutées et privées d'une partie de leur salaire pour avoir refusé d'obtempérer aux ordres que leur dictait l'ex-ministre pour trouver des arrangements dans les dossiers de certains oligarques. Tayeb Louh se retrouvera face à des juges qui l'accusent d'avoir pesé de tout son poids pour obtenir des sentences en faveur de Ali Haddad, Mahieddine Tahkout et autres noms connus.
Ces ordres, comme toutes les directives de ce genre données étaient transmis par l'ancien inspecteur général du ministère de la justice, Tayeb Hachemi, également incarcéré. C'est par les aveux de ce dernier aux enquêteurs qu'a été levé le voile sur la manière avec laquelle s'est déroulée l'annulation du mandat d'arrêt international lancé à l'encontre de Chakib Khelil, de son épouse et de ses deux fils.
L'enquête est également remontée jusqu'aux événements qui ont conduit au limogeage du plus haut magistrat de Ghardaïa, durant les élections législatives de 2017. Les preuves retenues à l'encontre de Tayeb Louh ne se limitent, cependant pas, seulement aux témoignages de magistrats. Elles sont aussi basées sur une série de SMS reçus ou transmis. C'est cette affaire de SMS qui a également valu l'inculpation de Saïd Bouteflika qui comparaîtra lui aussi dans ce même procès.
Des messages téléphoniques ont été échangés par l'ancien conseiller de Abdelaziz Bouteflika et Tayeb Louh au sujet de certains dossiers de justice. Dans ses réponses aux enquêteurs, Saïd Bouteflika a déclaré qu'il ignorait tout de ces affaires et que son rôle se limitait à rendre service aux personnes qui le sollicitaient. Il a également révélé qu'il était totalement étranger au dossier Chakib Khelil, car c'est l'ancien chef d'Etat qui suivait personnellement cette affaire.
Tout ceci fait que le procès de Tayeb Louh promet d'être riche en révélations et détails sur bien des événements qui se sont déroulés au cours de ces dernières années. Il sera, cependant, très probablement reporté, annoncent plusieurs sources, qui évoquent l'état d'esprit de Saïd Bouteflika après le décès de son frère.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.