Elections locales : L'ANIE annonce un taux de participation national de 35,97%    Le Président Tebboune s'exprime    Un comité provisoire pour les communes sans candidat    Les élections locales par les chiffres    Déclarations    Relative affluence    Les principaux évènements de la journée    L'enjeu des locales    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'eni vend la moitié de ses parts    Les Algériens offusqués    La caution d'un «pacte»    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Accord avec Torres – Barça?    Giroud absent 3 semaines    L'Institut Pasteur d'Algérie réagit    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Chutes de neige sur plusieurs wilayas du nord du pays    6 décès et 163 nouveaux cas en 24 heures    15.000 bouteilles d'alcool saisies    Un album pour préserver Tabelbala    Du flamenco à la salle Ahmed Bey    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    Real : Perez a pris sa décision pour Gareth Bale    Elections locales: la cadence du vote s'intensifie dans l'ouest du pays    Le renseignement espagnol met en garde contre le rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste    CAN 2021 : Un stage de préparation prévu au Qatar    Coupe arabe Fifa-2021: les Verts à pied d'oeuvre à Doha    Chutes de neige sur plusieurs wilayas du nord du pays    La visite du Président Tebboune en Tunisie interviendra "en temps voulu"    Les agressions sur les réseaux ont coûté 586 millions de centimes en 2021    Interrogations sur la sécurisation des élections en Libye : La candidature de Seif El Islam El Gueddafi dévoile la capacité des législations en vigueur    Mondial biennal : Soutien unanime de la CAF au projet de Gianni Infantino    L'Opep et ses alliés maintiennent le cap    Tunis-Paris-Londres, le dos au mur    Des habitants réclament le raccordement au gaz    Plus de 3000 employeurs ciblés    Statu quo en tête    Benabderrahmane : «L'état n'abandonnera jamais son caractère social»    Korandjé, un album dédié à la préservation du parler de la région de Tabelbala    Le groupe Iwal fait appel à son public    Saisie de marchandises destinées à l'exportation frauduleuse    À propos de la thèse de "l'holocauste"    Le devoir de mémoire à travers le 9e art    "Il nous faut une ouverture vers l'ailleurs"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 10 - 2021

L'historien Benjamin Stora, natif de Constantine, a vite fait de sortir de son mutisme et met au défi le Président Macron d'appeler un crime, un crime, à l'occasion de la commémoration de cette funeste journée du 17 Octobre 1961. Au passage, outre les morts, les rafles de la police de Maurice Papon, préfet de police de Paris, ce sont douze mille Algériens, établis en France, qui ont été jetés en prison. Vieux, femmes et enfants (qui ont bravé l'interdiction de leurs parents de sortir aux manifestations) n'ont pas été épargnés. Certes, de nombreux écrits ont été consacrés à cet événement survenu dans le contexte de la revendication pacifique de l'indépendance. Certes aussi, il faut admettre que tout n'a pas été dit sur les Algériens balancés dans la Seine et les disparus. Les Français de la capitale parisienne, qui en avaient pourtant vu d'autres, ne pouvaient imaginer qu'une telle violence allait s'abattre sur des manifestants désarmés. Sur le plan des faits, il y a donc beaucoup à dire encore avec l'ouverture des archives de la préfecture de police d'une époque qui parle pour le présent. Le volumineux rapport sur la colonisation française de l'Algérie (remis à l'Elysée en janvier 2021) avait pour but, selon son rédacteur, de favoriser une «réconciliation des mémoires». Benjamin Stora, auteur de plusieurs livres sur l'histoire de l'Algérie, ne pouvait accepter de faire les frais d'une récupération politique au bénéfice du colonisateur. La principale critique de la partie algérienne est que le rapport procède d'une approche quelque peu partiale qui ignorerait les réalités des faits d'un pays agressé, sa population anéantie par le feu et le sabre. L'historien se défend de prendre le parti français parce que c'est sa crédibilité qui serait du coup menacée. De là à considérer que ce n'est pas plus qu'un document franco-français, le pas est franchi de ce côté-ci de la rive sud de la Méditerranée. Sans faire preuve d'angélisme, l'auteur du rapport est, malgré lui, pris dans l'engrenage d'une politique politicienne où l'acteur principal, le chef de l'Etat français, est déterminé à ne montrer aucune condescendance devant des faits historiques pourtant avérés. II franchit le Rubicon en faisant preuve de négationnisme pour les besoins d'une campagne électorale source de stress. Qu'importe la couleur pourvu que l'ivresse s'ensuive ! Ainsi donc, commémorer, aujourd'hui, cette journée du 17 Octobre à Paris (symboliquement dans la France tout entière) pourrait participer à cette réconciliation des mémoires, sujet qui fleurit dans les discours officiels. Pourtant, le contexte s'y prête fortement. Ni excuses, ni repentance et pour l'Histoire : reconnaître les crimes de 132 ans de spoliations, de dignité bafouée et de déni de justice. Une loi solennellement consacrée, votée par l'instance dirigeante du pays, s'impose. Mais, visiblement, le pouvoir macronien va à contre-courant d'une dédramatisation qu'exige l'urgence de bâtir des relations mutuellement profitables, d'Etat à Etat souverains. A l'heure des bouleversements géostratégiques qui imposent de nouvelles alliances orientées vers le futur. Une utopie ?
Brahim Taouchichet

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.