Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils réagissent au rapport de Benjamin Stora
Rapport de Benjamin Stora
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2021


Olivier Le Cour Grandmaison, historien :
"Ce rapport comporte certaines propositions concrètes, mais il demeure en deçà de ce qu'on aurait pu attendre sur deux points essentiels, au moins. Le premier concerne l'accès aux archives. Le rapport recommande d'appliquer la loi de 2008, mais il reste muet sur les dispositions actuelles qui entravent l'accès aux archives. Ce qui constitue une atteinte particulièrement grave à la liberté de la recherche. Le rapport est également très en deçà de ce qu'on aurait pu attendre concernant la reconnaissance des crimes coloniaux. En effet, Benjamin Stora, conformément sans doute aux attentes du chef de l'Etat, s'abstient de demander la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France en Algérie, non seulement au cours de la dernière guerre (1954-1962), mais aussi tout au long de la conquête et de la colonisation sanglantes du territoire algérien. Plus singulier, Benjamin Stora les euphémise sinistrement en les qualifiant d'exactions. Une recherche consacrée au vocabulaire employé dans ce rapport permet de montrer que la qualification de ‘crime de guerre' n'est jamais employée. De ce point de vue, le Benjamin Stora devenu conseiller de l'actuel président de la République oublie le Benjamin Stora historien qui sait pertinemment que la torture, les disparitions forcées, les déportations imposées à des millions de civils algériens au cours de la guerre peuvent être qualifiées de crimes de guerre, voire de crimes contre l'humanité. De même, qualifier les massacres du 17 Octobre 1961 à Paris de répression, sans plus de précision, est parfaitement inadéquat eu égard à l'ampleur de ce qui a été perpétré alors par les forces de l'ordre agissant sous l'autorité du préfet de police, Maurice Papon. Enfin, sans reconnaissance officielle, claire, précise et circonstanciée de ces crimes coloniaux, la réconciliation tant vantée restera un vœu pieux. Quant aux descendants des victimes, qu'ils soient Français ou Algériens, ils seront toujours en butte à des discriminations mémorielles et commémorielles inacceptables. Emmanuel Macron, candidat, avait déclaré que ‘la colonisation [était] un crime contre l'humanité'. Emmanuel Macron, chef de l'Etat, doit désormais le dire haut et fort à l'occasion des différentes commémorations qui s'annoncent."
Patrice Reciputi, enseignant d'histoire et co-fondateur du site 1000 autres.org :
l "L'exercice qui a été demandé à Benjamin Stora est compliqué. Ses propositions sont néanmoins intéressantes. Il préconise par exemple que l'Etat français reconnaisse sa responsabilité dans l'assassinat de l'avocat Ali Boumendjel. Cela est à mon avis très important. J'aurais souhaité, cependant, que cette demande de reconnaissance soit élargie à toutes les autres victimes des disparitions et des assassinats. Mais on comprend bien que le président Macron ne veut pas aller plus loin, par crainte d'être accusé de promouvoir ce que la droite et l'extrême droite appellent la repentance. Quand on entend le discours politique actuellement avec un Premier ministre qui parle d'autoflagellation en évoquant le colonialisme et un ministre de l'Education qui accuse les universitaires spécialisés dans la recherche sur le colonialisme d'être des séparatistes, on se rend compte que le gouvernement français n'est pas prêt du tout à regarder les choses telles qu'elles sont. Le président de la République va faire son marché dans le rapport de Benjamin Stora en fonction de ses intérêts politiques et électoraux, et il va choisir des propositions qui ne vont pas le mettre en danger politiquement."
Pierre Mansat, président de l'Association Josette et Maurice-Audin :
"Le rapport me paraît tout à fait raisonnable. Il comporte des propositions concrètes qui devront permettre d'avancer de manière sérieuse et d'ouvrir des champs de réflexion entre l'Algérie et la France. Même si le rapport est adressé au président Emmanuel Macron, il faudrait, néanmoins, qu'il fasse écho dans la société française et en Algérie, et qu'il aboutisse à des actions concrètes. Le rapport de Stora pourrait avoir, toutefois, un aspect assez vain si, par exemple, les historiens n'ont pas accès aux archives comme c'est le cas actuellement avec le raidissement de la législation dans ce domaine en France."
Pierre Audin, fils de Maurice Audin :
"Le rapport préconise la réconciliation des mémoires. Il est évident qu'il faut regarder l'histoire en face et solder le passé pour repartir sur de bonnes bases. Mais pour que cela soit possible, il faut aussi tenir compte du présent. La France qui souhaite entretenir de bonnes relations avec l'Algérie ne peut pas utiliser sa politique des visas pour repousser les Algériens ou fermer les yeux sur la répression actuelle de militants politiques et de journalistes."

Propos recueillis par : S. Lokmane-khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.