Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nombreux appels à la désescalade
Liban : Face aux violences meurtrières à Beyrouth
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 10 - 2021

La tension politique s'est accrue au Liban après les violences meurtrières survenues jeudi dans le centre de Beyrouth, lors d'une manifestation organisée par les partis Hezbollah et le mouvement Amal pour réclamer la destitution du juge enquêtant sur l'explosion sanglante de l'année dernière dans le port de la capitale.
L'embrasement a ravivé le spectre d'une nouvelle guerre, après celle de 1975-1990, qui avait tué plus de 150 000 personnes, suscitant de nombreux appels au calme et à la désescalade au moment où le pays connaît en outre l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850.
Des violences ont éclaté jeudi dans le quartier de Tayouneh, lors d'une manifestation organisée devant le Palais de justice par le parti chiite le Hezbollah et le mouvement Amal, pour exiger le remplacement du juge, Tareq Bitar, chargé de l'enquête sur la gigantesque explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020. Les responsables des deux parties ont mis en cause la manière dont est diligentée l'enquête du juge et soupçonnent un parti pris du magistrat, dont les conclusions tendraient à incriminer le Hezbollah dans l'explosion, qui a tué au moins 215 personnes.
Malgré les pressions, le magistrat veut poursuivre plusieurs responsables dans le cadre de son enquête sur le «séisme qui a frappé le pays». Mais les responsables politiques refusent d'être interrogés même si les autorités ont reconnu que les énormes quantités de nitrate d'ammonium qui ont explosé avaient été stockées pendant des années sans précaution.
Le bilan officiel des violences de jeudi dont l'origine exacte demeure inconnue, est de sept morts et de dizaines de blessés. Dans sa première réaction à ces troubles, le chef de l'Etat Michel Aoun, a jugé inacceptable de revenir au langage des armes, car, a-t-il dit «nous avons tous convenu de tourner cette page sombre de notre histoire».
Mise en garde contre tout dérapage
Pour sa part, le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a appelé au retour au calme et mis en garde contre les tentatives d'entraîner le Liban dans un cycle de violence. À l'étranger, les évènements survenus jeudi au Liban ont suscité de vives réactions.
L'Algérie a exprimé sa «grande inquiétude» face à la situation au Liban ainsi que «son profond regret» après les incidents survenus à Beyrouth. «L'Algérie suit avec une grande inquiétude la situation au Liban frère, et exprime son profond regret après les incidents survenus dans la capitale Beyrouth et qui ont fait des victimes», a précisé vendredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger. Appelant «les parties libanaises à faire preuve de responsabilité et de sagesse pour préserver l'unité du peuple libanais frère», l'Algérie a insisté sur «l'impératif d'assurer le fonctionnement des institutions de l'Etat et de répondre aux aspirations des citoyens à une vie digne», selon le communiqué.
De son côté le SG de l'ONU s'est déclaré «profondément, préoccupé» et a appelé toutes les parties à «cesser immédiatement les actes de violence et à s'abstenir de toute action provocatrice ou rhétorique incendiaire». Se disant «extrêmement préoccupé par la tension politique croissante au Liban», Moscou a appelé à régler la crise «sur la base du respect et mutuel, sans interférence extérieure».
De leur côté, les Etats-Unis ont appelé au calme et à une «désescalade des tensions» au Liban. «Nous nous opposons à toute intimidation et menace de violence contre la justice de tout pays, et nous soutenons l'indépendance de la justice au Liban», a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse à Washington.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.