Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le MSP, c'est combien de divisions ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 10 - 2021

Le MSP est encore passé à la menace. On connaît la chanson mais les « frères » algériens n'ont pas l'intention de changer de disque ; ils n'en ont pas d'autre qui puisse les maintenir en vie. Avant, ils menaçaient à... la fraude. L'arrière-pensée est explicite : s'ils ne gagnent pas, c'est que le vote a été truqué. Très commode. Ensuite, ils ont menacé par... l'initiative politique « unitaire ». On sait ce qu'ils ont rallié. Puis, par une candidature unique de l'opposition. Entendre la leur. Cette fois-ci, c'est le chantage à la... participation. Pas très original. Pas plus que l'aboutissement, d'ailleurs, le MSP ne se retirera pas et, bien évidemment, il n'entraînera personne avec lui. Tout le monde le sait, puisque le fait relève de l'évidence. C'était d'abord une option stratégique qui a fondé le MSP. Mais les options stratégiques, quand elles ne sont pas expressément déclarées dans la littérature d'une formation politique, n'ont pas d'autre opportunité, pas d'autre espace de confirmation que l'épreuve du terrain. Les observateurs les plus lucides et les partisans les plus réalistes devinaient un peu que « l'entrisme » était l'arme favorite des islamistes qui n'ont pas les moyens de leur ambition. Le MSP, « c'est combien de divisions », déjà ? Quelle logistique de combat ? Pas des masses, à vrai dire. Alors, compenser le rachitisme de la force de pression par la pertinence de la proposition et s'aligner ainsi dans l'entreprise politique ordinaire par ailleurs sans promesses alléchantes ? Voyons. Les états-majors ne sont peut-être pas des lumières mais il y a dans leurs rangs suffisamment de rusés, voire de roublards pour réaliser qu'en matière de projet politique, il ne reste plus rien à grignoter à l'intégrisme pur et dur. Même avec un FIS désintégré, le MSP n'a jamais été perçu comme une version de l'islam politique qui peut mobiliser, encore moins faire rêver. Alors, il a pris dans le tout-venant, surtout dans le magma dévoré par les désirs de pouvoir, dont l'enrôlement s'est fait par défaut, puisqu'ils n'ont pas trouvé de strapontin dans « le » ou « les » parti(s) qui squattent les affaires du pays depuis toujours. Justement, si le MSP avait les moyens d'être dans le premier cercle des heureux... élus, il n'aurait jamais accepté ce statut très peu glorieux de second couteau prêt à toutes les compromissions pour rester visible dans le sérail. Mais le MSP, comme toutes les formations politiques ne peuvent pas vivre que de cela. Il lui faut également quelques soubresauts qui puissent d'abord suggérer en haut lieu qu'il n'est pas le paillasson qu'on imagine. Ensuite entretenir l'illusion qu'il sait aussi faire de l'opposition, même si l'entreprise est si laborieuse qu'elle tient de la contorsion. Mais les « frères » ne se renient pas. Enfin, pas maintenant. Peut-être bien jamais, puisque le temps n'est pas leur meilleur ami.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.