Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    Paiement des amendes en contrepartie de la récupération du permis de conduire    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne salués    Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    L'Algérie condamne les agressions répétées contre l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les notaires en colère    Les horaires de distribution réaménagés    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Danger sur les non-vaccinés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Amara-Belmadi, l'explication !    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Tayeb Mehiaoui livre ses «vérités»    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    La campagne de vaccination ne suscite pas d'engouement    Le Président Tebboune en visite de travail et de fraternité en Egypte    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Eloge de l'amitié    Des juges qui ont le vertige...    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    150000 quintaux produits à Oran    L'élan économique en sursis    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE
INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 12 - 2021

La crise que traverse l'industrie n'est pas une «fatalité». Elle pourrait être dépassée et le secteur redressé pour sortir de ce que le président de la République qualifie d' industrie «factice» qui a encouragé l'installation d'usines spécialisées dans le gonflement des pneus et l'évasion de sommes colossales. Abdelmadjid Tebboune a dénoncé, hier samedi, des pratiques bureaucratiques «antinationales» qui sont derrière le blocage de pas moins de 402 projets pouvant être à l'origine de la création de 75 000 postes d'emploi. Un véritable «crime» économique, a-t-il estimé à l'ouverture de la conférence nationale sur la relance industrielle.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - La relance de l'industrie s'apparente à de véritables travaux d'Hercule. Et pour cause, le secteur passe par une période de stagnation sans précédent, avec un apport qui ne dépasse pas les 5 à 6% au niveau du produit brut national.
Le président de la République, qui présidait hier une conférence dédiée à la relance de l'industrie, a reconnu que le démarrage devra se faire en rebâtissant les bases d'une industrie qui, dit-il, est passée dans un premier temps par une phase d'industrialisation à outrance avec des industries dont il ne reste plus grand-chose, en raison des nombreuses crises, tant financière que sécuritaire. Avec l'embellie financière, regrette-t-il, l'Algérie a amorcé la phase de l'industrie «factice», caractérisée par l'installation d'usines spécialisées dans «le gonflement de pneus» mais également l'évasion de l'argent.
Pour le président de la République, cette situation n'est pas une «fatalité» et l'industrie pourrait être redressée, en mettant fin aux raisons qui l'ont tirée vers le bas, tout en favorisant la dilapidation des deniers publics. Cela nécessite, selon Tebboune, de reprendre sur des bases mettant l'intérêt national au-dessus de tout mais surtout par la levée des entraves bureaucratiques. Le président de la République s'est dit indigné du nombre d'obstacles et de leur nature rencontrés par les investisseurs potentiels. Pas moins de 402 projets souffrent de blocages, 45 d'entre eux ont pu être débloqués, dit-il, en un temps record.
Le président de la République s'est interrogé sur les desseins réels de ceux qui mettent les bâtons dans les roues des investisseurs en les empêchant de démarrer leurs activités, souvent pour des raisons peu convaincantes. Il a cité certains exemples de situations kafkaïennes qui ont empêché par exemple un industriel d'avoir un permis d'exploitation, parce que son usine avait débordé d'un mètre sur le terrain avoisinant.
C'est un «crime», estime Tebboune, et une entrave pure et simple à la relance de l'économie à travers des «pratiques non nationalistes». Autre exemple : celui de l'usine d'oxygène d'Oran qui était en attente d'une autorisation d'exploitation et qui n'a reçu une autorisation que pour une durée de six mois, et ce, après intervention du Premier ministre.
Pour Tebboune, il n'est pas concevable qu'un bureaucrate puise entraver un investisseur à moins qu'il s'attende à recevoir de l'argent en contrepartie d'une autorisation. Les agents de l'état n'ont plus rien à craindre, rassure le président de la République : ils ne seront pas poursuivis en justice pour avoir accordé une autorisation à un investisseur s'il n'est pas prouvé qu'il ne s'agit que d'une simple erreur d'appréciation. Beaucoup d'usines sont prêtes à démarrer, créant 75 00 postes d'emploi notamment après que l'Andi eut levé le gel sur 580 projets en attendant de faire de même pour 356 autres au courant du mois en cours.
Le gouvernement, assure Tebboune, s'attelle à lever les entraves dont souffrent les investisseurs à travers plusieurs actions, en mettant à leur disposition du foncier à travers une agence nationale du foncier industriel ,qui sera bientôt créée, mais également à travers un accès plus facile aux financements. Le défi est de taille, assure Tebboune : il s'agit de revoir à la hausse l'apport de l'industrie au produit national brut pour atteindre un taux de 10 à 15%, ce qui aura pour impact de réduire les importations et encourager une «économie nationale patriotique» où il n'y aura pas de place pour les produits importés, lorsque la production locale est en mesure de couvrir les besoins.
S'il est important, assure le président de la République, de préserver de bons rapports avec les partenaires de l'Union européenne, il est impératif de renforcer l'économie nationale pour être en mesure de faire face à la levée des barrières tarifaires. L'année 2022 sera, dit-il, purement économique pour être en mesure de relever ces défis.
N. I.
Plusieurs industriels décorés
À l'occasion de la tenue de la conférence nationale sur la relance de l'industrie, plusieurs patrons de grandes entreprises publiques et privées mais également de start-up ont reçu la médaille de l'ordre du mérite national au rang de Achir. C'est le cas du P-dg de Sonatrach, mais également la première responsable du groupe Saidal, à qui s'ajoutent les responsables des laboratoires Venus ou ceux de l'entreprise Faderco. Le chercheur Belgacem Haba a également reçu la même distinction.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.