APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CIRCULATION AUTOMOBILE � L�EST D�ALGER
L�enfer sur le bitume
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 08 - 2011

R�guli�rement des automobilistes nous interpellent, au beau milieu d�immenses bouchons, pour se plaindre de l�enfer qu�ils subissent notamment sur la route nationale 5 (Alger- Constantine) le long du tron�on passant sur le territoire de la wilaya de Boumerd�s. Pour les automobilistes partant ou venant de l�est du pays, particuli�rement � hauteur des gorges de Lakhdaria, c�est l�enfer.
Ce lundi, un citoyen nous a joint par t�l�phone au d�but de l�apr�s-midi pour crier sa col�re : �Ce n�est pas normal ! La route est compl�tement bouch�e ! Par cette chaleur �touffante des femmes et des enfants sont comme prisonniers dans les v�hicules ! C�est l�enfer ! J�ai mis un temps fou pour traverser les quelques kilom�tres des gorges de Palestro. Il n�y avait aucun accident qui puisse fermer la circulation. C�est tout simplement le barrage de Ammal qui ralentit la circulation ! Apr�s avoir franchi ce barrage je constate qu�une file s�est constitu�e dans le sens inverse sur plusieurs kilom�tres jusqu�� A�t Amrane. Certains automobilistes qui veulent avancer de quelques centaines de m�tres circulent en contresens d�une voie express qui se termine � Ammal. Ils mettent impun�ment la vie d�autres automobilistes en danger ! C�est l�anarchie !� Effectivement, il est extr�mement p�nible de circuler dans la wilaya de Boumerd�s lorsque l�on roule sur la vieille RN5 quel que soit le sens : c�est-�-dire pour y entrer ou pour sortir de la r�gion alg�roise par cette route. En ces jours d�abstinence et de grande chaleur, poireauter pendant des heures dans son v�hicule transform� en four est peu r�jouissant et pousse � la r�volte. Faut-il rappeler que pour un automobiliste qui entame son trajet � partir de la limite Est de la wilaya de l�ex- Rocher-Noir pour aller directement jusqu�au square Port Sa�d, il doit n�cessairement passer par cinq barrages fixes de la Gendarmerie nationale (limite Est de Boumerd�s, Ammal, A�t Amrane, Th�nia, Boudouaou, R�gha�a) et deux barrages policiers permanents aussi (les Bananiers et la Sablette). Tous ces points de contr�le ralentissent grandement la fluidit� de la circulation. Mais les barrages de Ammal, Boudouaou, R�gha�a et des Bananiers sont, pour les conducteurs, des points noirs.
Imp�ratif s�curitaire, mais...
On imagine ais�ment la r�plique d�un officier r�pondant aux protestations des citoyens : �La mise en place de ces barrages est impos�e par la conjoncture s�curitaire que vit le centre du pays en g�n�ral et la Kabylie en particulier. Ces points de contr�le sont install�s dans des points sensibles pour avoir le caract�re pr�ventif et dissuasif.� Personne ne disconvient sur la n�cessit� de ces barrages et aucun automobiliste n�est contre ce dispositif de contr�le autour des grandes agglom�rations et sur les grands axes routiers. Ce sont assur�ment des obstacles dress�s pour emp�cher les terroristes de circuler librement et surtout de faire acheminer les v�hicules pi�g�s vers les villes. A titre d�exemple : le barrage de Ammal qui cause le plus de tracas aux voyageurs par route est install� � quelques centaines de m�tres en aval de la fameuse for�t de Djerrah, devenue base logistique des terroristes d�Aqmi. D�ailleurs, l�unit� de gendarmerie qui veille sur ce barrage avait fait l�objet, il y a un peu plus d�une ann�e, d�une attaque men�e par un kamikaze, conduisant une camionnette bourr�e d�explosifs. Onze gendarmes y p�rirent alors que d�autres agents de l�ordre et des civils ont �t� �galement bless�s. Mais le barrage n�a jamais cess� de fonctionner. Les responsables estiment, peut-�tre, que ce point de contr�le install� � l�entr�e ouest des gorges, sur une voie de communication d�une importance extr�me, est essentiel. Oui, mais vigilance ne rime pas avec blocage. Pourrait-on entendre de la part de quelqu�un qui fait ce trajet. Oubliet- on que le passage par les gorges de Lakhdaria est l�un des plus importants du pays ? Ne relie-t-on pas la capitale avec une grande partie de la Kabylie, tout l'est et le sud-est du pays ? Les citoyens consid�rent que les routes ne sont plus s�curis�es et pr�f�rent circuler en plein jour, c�est-�dire tous en m�me temps. Il est certain que les services de s�curit� ont une marge de man�uvre pour am�liorer ce dispositif, le rendre plus fluide et moins stressant. La promesse faite le 5 juillet 2010 aux automobilistes par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, qu�ils auraient possibilit� d�effectuer le trajet Alger-Lakhdaria en 7 minutes, en passant pas Bouzegza, est d�pass�e. Les conducteurs doivent attendre encore longtemps avant d�appuyer sur le champignon en admirant le majestueux Bouzegza.
Abachi L.
ISSERS
Une bombe d�samorc�e
Les artificiers de la wilaya de Boumerd�s ont d�samorc�, hier en milieu de journ�e, une bombe artisanale qui a �t� d�pos�e au bord de la RN12 (Th�nia-Tizi-Ouzou). L�engin explosif a �t� d�couvert sur le pont qui traverse oued Issers, � l�entr�e ouest de la ville des Issers, pas loin de l��cole sup�rieure de la Gendarmerie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.