Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LINDA BOUGHERARA EXPOSE � ART 4 YOU
Un art qui d�livre de la m�moire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 05 - 2012

Les toiles de Linda Bougherara flamboient, palpitent, un souffle de vie les anime. Accrochantes et vraies, on prend feu � leur sujet aussit�t qu�on les a vues. Surtout, elles expriment avec panache ce chant de libert� qui couvre de son soleil �clatant la laideur de l�immobilisme.
Amateurs d�art, collectionneurs et public f�ru de d�couvertes heureuses, vous ne devez rater l��v�nement pour rien au monde. L�enfant prodige, enfin de retour dans son pays, pr�sente �M�moire intime �, une exposition d�une trentaine d��uvres. Toujours pour le plaisir des yeux (et des sens), Linda Bougherara vous offre comme bonus cinq de ses livres peints. Jusqu�au 31 mai 2012, l�artiste est l�h�te de la galerie Art 4You (17, rue Hocine- Beladjel, quartier du Sacr�-C�ur � Alger). C�est l� qu�elle vous accueille et vous invite � un voyage fascinant. Un voyage au bout duquel vous garderez d��tranges sensations tout en ressentant le doux apaisement que procure la satisfaction d�un d�sir irr�pressible. Comme une soif enfin assouvie. L�artiste, elle-m�me, est � l�image de ses �uvres : lumineuse, fr�missante de vie, expressive et lyrique. Elle est le reflet de son art, une peinture po�tiquement musicale qui chante l��pop�e, le drame musical sacr�. Nul n��tant proph�te en son pays, il faut d'abord pr�ciser que Linda Bougherara n�a pas expos� en Alg�rie depuis plus de vingt ans. Sa grande �motion s�explique aussi par ce bapt�me du feu, elle qui est pourtant une professionnelle connue et reconnue � l��tranger. Un �clair, toutefois, dans la grisaille : en d�cembre 2008, une rencontre improvis�e � l�Espace No�n d�Alger-Centre. C��tait pour ses livres peints. �Il y a avait l� Zhor Zerrari, R�dha Doumaz et un public sous le charme. Cette lecture po�tique et musicale a �t� un succ�s�, nous confie-t-elle � propos de cet �v�nement inoubliable. Son absence prolong�e, ce n�est pourtant pas faute d�avoir tout tent� pour se faire conna�tre chez les siens. Et de pr�ciser : �J�ai frapp� � toutes les portes, mais je n�ai jamais eu de r�ponse. Par exemple � l�occasion de l�ann�e de l�Alg�rie en France, du Panaf, m�me � la villa Abdeltif. L�ann�e derni�re, j�avais propos� au Palais de la culture d�organiser une exposition de mes grands formats et toujours sans suite favorable.� L�artiste ne comprend pas cet ostracisme. Heureusement pour elle (et pour le public alg�rien), son fr�re a eu la bonne id�e de prendre contact avec Rahmane Belleili, le propri�taire de la Galerie Art 4 You. Celui-ci a eu tout de suite le coup de foudre � la vue de quelques toiles. Et voil� comment cette artiste peintre majeure, malheureusement ignor�e et inconnue en Alg�rie (elle vit en France depuis 1990), est parvenue � pr�senter sa toute premi�re exposition dans son pays natal. Pour cette �premi�re�, Linda Bougherara propose au public 29 de ses �uvres (dont six toiles de grandes dimensions). Il s�agit l� d�un �chantillon de ses travaux r�alis�s depuis la fin de l�ann�e 2010 jusqu�au d�but 2012. Qu�elles soient g�antes ou de petit format, que des aquarelles c�l�brant la couleur et �clatantes de lumi�re. Le visiteur est tout de suite s�duit, happ� par ce que ces tableaux offrent au regard : une nature en effervescence et dans toute sa splendeur, la lumi�re qui donne nettet� et profondeur � la composition, les souvenirs du pass�, la m�moire des lieux, des visages, des odeurs..., l�histoire et la trag�die, la folie et la mort, le combat pour la libert�, les racines et l�identit�, l�espoir et le r�ve, le d�senchantement et la projection vers le futur... Soigneusement choisis par l�artiste, les titres des �uvres sont � eux seuls un condens� de ces voyages int�rieurs et m�moriels, de ces allers-retours introspectifs dans les m�andres de l��me humaine et de la terre des anc�tres. Des titres aux couleurs de coquelicot ou d�ailes de papillon : Terre de libert�, Foggy day, Souffle inconnu, Nature secr�te, Rive bleu azur, Empreinte enfuie... L�abstraction lyrique, assaisonn�e d�un zeste de surr�alisme, se double d�une grammaire chromatique propre � l�artiste (silhouettes, montagnes, yeux, brouillard, astres, nuages...). Le mezzo-tinto et la peinture japonaise contemporaine ne sont �galement pas loin dans ces aquarelles sur papier o� l�art s�exprime en toute libert�, universel et sans fronti�res. Linda Bougherara d�voile une polyphonie de couleurs dont l�acoustique est subtilement rehauss�e par les effets de lumi�re. Le recours � la technique mixte � l�eau (encre de Chine, fusain, pigments naturels, �pices) cr�e l�g�ret� et fluidit� tout en donnant du corps et du grain � l�ensemble. La superposition de couches (une vingtaine), notamment pour les grands formats, ajoute densit� et profondeur � ces aquarelles dont la forme est g�n�r�e par les couleurs. Tout comme l�argile des poti�res, l�art devient ici noble mati�re que l�on p�trit et transforme avec doigt�, au gr� de nos �motions. Le r�sultat d�un travail de longue haleine que ce corps-�-- corps avec �la mati�re�, nous dit Linda Bougherara. Le th�me de l�exposition ? Il est la cl� qui ouvre l�univers de l�artiste. Le digest de sa vie en quelque sorte, elle et la m�moire ne faisant qu�un en r�alit� (ou alors la m�moire est son ombre gardienne). Depuis sa naissance � Alger, en 1966, jusqu�aux multiples travers�es de l�exil, en passant par les gorges du Ghouffi et les montagnes suspendues des Aur�s... Sans oublier l�h�ritage l�gu� par ses a�n�es (les teintures et le tissage de la laine, la poterie, les contes chez ses tantes � Ngaous), la parenth�se des deux ann�es pass�es � l�Ecole des beaux-arts d�Alger, la disparition du p�re, l��cole de la vie et aupr�s d�artistes flamboyants � Paris depuis ses 19 ans. L�artiste autodidacte, fi�re et �prise de libert�, a livr� en permanence un rude combat dans cette qu�te de soi jamais aboutie. Une vie fragment�e par les �preuves, les coups du sort, la maladie. Elle rena�t � chaque fois tel le ph�nix, recompose le pass�, en rassemble les fragments et pense d�j� � demain. La douleur et la souffrance sont � la base de pareil processus cr�atif, de cette �m�moire intime� que Linda Bougherara n�aurait peut-�tre jamais pu accoucher si elle n�avait pas connu la mort et la r�surrection dans ces �territoires imaginaires� qu�elle explore r�guli�rement. Cette artiste peintre continue � vivre de son art � Paris, o� elle r�side. Auteur d�une production prolifique ponctu�e de nombreuses expositions en France et ailleurs dans le monde, elle a notamment �t� r�compens�e en 2002 par le Prix d�encouragement de l�Acad�mie des beaux-arts de Paris. Linda Bougherara a r�guli�rement enrichi sa palette par des livres peints (aquarelliers) d�di�s � tous les po�tes, penseurs, artistes, philosophes qui l�ont nourrie et accompagn�e dans son parcours. Parmi ces bijoux dans leur �crin, elle pr�sente aujourd�hui ceux consacr�s � Kateb Yacine, Fernando Pessoa, Tahar Djaout et sa s�ur Malika Bougherara.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.