Université Blida 1 : Séjour d'études en Allemagne des étudiants en gestion des déchets    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Des astuces pour améliorer naturellement sa vue    Un scandale du foncier industriel à Skikda : Un investisseur «curieusement» écarté et remplacé !    Situation du logement public locatif à Sétif : 10 613 appartements non distribués    Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation    16e édition du rallye féminin    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Justice: L'ex-wali d'Alger et le wali d'El Bayadh sous contrôle judiciaire    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Bordj Badji-Mokhtar: Deux enfants meurent piqués par des scorpions    Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    MC Oran: L'éclaircie n'est pas pour demain    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Tlemcen: Disparition de la tente géante : Khalida Toumi et Abdelouahab Nourri devant la Justice    CAT: L'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Equipe Nationale : Delort signe son baptême du feu et offre la victoire aux Verts    Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne    Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Dans le respect des dispositions de la constitution : Urgence d'accélerer l'élection présidentielle affirme Gaïd Salah    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Préparation de la CAN-2019 : L'Algérie bat le Mali (3-2)    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Les personnes sinistrées seront indemnisées    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    300 milliards de dollars détournés en 20 ans !    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Le sujet qui fâche    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    L'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh mis sous contrôle judiciaire    La présidentielle et la lutte contre la corruption, deux priorités pour l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AMARA BENYOUNÈS AU FORUM DE LIBERTE :
�L�appel � un quatri�me mandat de Bouteflika rel�ve de l�ind�cence�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 04 - 2013

Apr�s avoir �t� parmi les tout premiers, aux c�t�s de son coll�gue au gouvernement, Amar Ghoul, � plaider pour une quatri�me mandature de suite pour le pr�sident de la R�publique, le secr�taire g�n�ral du Mouvement Populaire Alg�rien (MPA) se r�tracte quelque peu en consid�rant �d�ind�cente� toute exhortation du pr�sident de la R�publique � rempiler une quatri�me fois.
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Le temps est au recadrage dans le discours pour Amara Benyoun�s qui donne tout l�air d�avoir �t� un peu plus vite que la �symphonie ambiante�. Il l�a dit � Constantine, samedi dernier � l�occasion d�un regroupement des �lus locaux du parti de l�est du pays, et il l�a ressass� hier�. �Si le pr�sident Bouteflika annonce son intention de se porter candidat pour un quatri�me mandat cons�cutif, il aura notre soutien absolu�, a-t-il d�clar� hier au Forum hebdomadaire du quotidien Libert�. Et d�encha�ner par affirmer que la question des mandatures est un faux d�bat, lui qui consid�re la limitation des mandats �loin d��tre un crit�re de d�mocratie�, prenant l�exemple de plusieurs pays o� les mandats �lectoraux du pr�sident de la R�publique sont limit�s, sans pour autant que ces Etats soient des mod�les de d�mocratie et inversement. Le patron du MPA s�interrogera sur le fait que les partisans de la limitation des mandats �lectoraux le limitent au seul pr�sident de la R�publique et ne l��largissent pas aux mandats locaux (APC et APW) o� des �lus locaux collectionnent selon lui, les mandatures sans que personne trouve � redire. Et de d�cocher des fl�ches aux partisans du d�part du pr�sident de la R�publique, notamment ceux qui appellent tout simplement � sa destitution pour �incapacit� physique� en les accusant de �compter sur d�autres parties� et de �ne pas conna�tre la soci�t� alg�rienne�. Mais qu�ils se d�trompent, poursuivra-t-il, �l��re des coups d�Etat est r�volue�. �Nous ne sommes pas des demi-pensionnaires du soutien � Bouteflika et nous n�avons rien n�goci� en contrepartie de notre soutien de 2004 et de 2009�, r�torquera-t-il � l�accusation selon laquelle son soutien � Bouteflika est loin d��tre d�sint�ress�. Et si jamais Bouteflika d�cidait � rentrer chez lui ? Dans ce cas, Benyoun�s soutiendra �tre en face de deux hypoth�ses que les instances du parti qui sortiront du congr�s extraordinaire pr�vu fin juin prochain, auront � �tudier. �Soit pr�senter le candidat du parti, � la pr�sidentielle d�avril 2014 ou soutenir un candidat en dehors des rangs du parti mais qui serait proche de nos th�ses�, dira-t-il. �Que ceux qui sont contre la candidature de Bouteflika pour un quatri�me mandat se pr�sentent alors�, poursuivra le ministre de l�Environnement pour qui �la politique n�est pas une affaire de biologie�. Abordant les scandales de corruption qui �clatent en s�rie ces jours-ci, le premier responsable du MPA invitera � laisser �la justice faire son travail�, reprenant un passage du pr�sident de la R�publique � propos, en affirmant qu�aucun Alg�rien n�est au-dessus de la justice�. Il �gratignera la presse qui �ventre ces affaires en affirmant qu�elle �n�a pas le droit de juger les gens, de condamner ou de disculper quiconque� pour �viter, selon lui, �les r�glements de comptes et la chasse aux sorci�res�. Affirmant que l�islamisme politique est finissant m�me s�il met l�islamisation rampante de la soci�t� sur le compte d�une simple religiosit�, exprimant le souhait que cela n�aille pas au-del�, Benyoun�s estime que la politisation de la religion est rejet�e par les populations�. Ce qui constitue, � ses yeux, une autre �exception alg�rienne�, se se privant pas, cependant, � plaider pour le maintien du S�nat et son fameux tiers pr�sidentiel contre, dira-t-il, toute vell�it� de remise en cause du caract�re d�mocratique et r�publicain de l�Etat, pierre angulaire et �l�ment non n�gociable, selon lui, qui doit figurer en bonne place dans la premi�re loi du pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.