Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révolutions arabes
Enfin dans le vif du sujet !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 07 - 2013


Par Nour-Eddine Boukrouh
[email protected]
En un mois, l'islamisme dans le monde a vu deux de ses modèles sérieusement remis en cause. Si l'exemple turc a été ébréché, mais sans gravité, grâce au sens du compromis de l'AKP, l'exemple égyptien, lui, a carrément explosé. Le modèle égyptien, père de l'islamisme mondial, est entré dans une phase (la guerre civile) dont il ne reviendra pas s'il ne fait pas montre de retenue.
Les évènements qui viennent d'éclater en Egypte auront, sans aucun doute, à plus ou moins long terme, des répercussions importantes sur le monde arabo-musulman, notre voisinage et peut-être nous-mêmes à travers notre nébuleuse islamiste qui n'opère plus seulement dans la sphère politique, mais a largement débordé sur la sphère sociale et médiatique (chaînes tv privées) à la manière des «Frères musulmans» depuis 1928. Ces évènements nous concernent au plus haut point et nécessitent à ce titre d'être bien analysés.

Cette évolution prévisible dans les révolutions arabes (en ce qui me concerne du moins, comme on va le voir) nous ramène au vif du sujet ouvert mais pas tranché par ces révolutions. Elle annonce le début de la fin de l'islamisme comme alternative politique dans les pays qui se sont libérés du despotisme. Reste à savoir à quel prix et dans quels délais.
J'ai beaucoup écrit en 2011 sur la première phase de ces révolutions que j'avais suivies de plus près, comme j'ai consacré en 2012 dans ces mêmes colonnes une série de contributions proposant une lecture culturaliste des résultats des élections qui venaient de porter au pouvoir les partis islamistes en Tunisie et en Egypte, résultats dans lesquels j'avais vu un «vote atavique» davantage qu'un «vote politique». Au moment où les médias du monde entier disaient leur déception devant la mutation du «printemps arabe» en «hiver islamique», j'affichais personnellement ma satisfaction, écrivant : «Les révolutions arabes n'ont ni avorté ni été volées, elles ont juste constitué un effet d'aubaine pour ceux qui guettaient depuis plusieurs décennies l'occasion de sortir de derrière les fagots. Ce qui arrive aux Arabes n'est ni un printemps, ni un hiver, ni quelque chose d'autre qui peut être exprimé par les particularités d'une saison... Les révolutions ne se sont pas terminées dans les pays où on a voté et donné la majorité absolue ou relative au courant islamiste... Le premier acte des révolutions arabes a été le soulèvement des peuples dans plusieurs pays en même temps ; le deuxième, la chute du régime, et le troisième, les élections. Le quatrième sera celui de la mise au banc d'essai de l'islamisme... La victoire des islamistes aux élections en Tunisie, au Maroc et en Egypte est une excellente chose. Les peuples qui se sont libérés du despotisme sont devant un test espéré, redouté ou différé depuis les indépendances. Le moment est venu de faire face à la situation, quels que soient les périls encourus... C'est la grande épreuve qui les attendait et à laquelle ils ont échappé jusqu'ici pour une raison ou une autre. Il vaut mieux crever l'abcès une fois pour toutes et affronter le problème, si problème il y a, plutôt que de continuer à le renvoyer au lendemain ou à vivre avec une épée de Damoclès sur la tête. Le moment est venu de lever l'hypothèque islamiste en donnant aux partis qui s'en réclament l'occasion de montrer ce dont ils sont capables. S'ils démontrent qu'ils sont respectueux des lois républicaines, qu'ils n'engageront pas leurs pays sur des chemins aventureux à la recherche de quelque chimère, qu'ils tiendront leurs promesses d'apporter la justice et la prospérité, alors ils gouverneront aussi longtemps que le voudra le suffrage populaire. Mais s'ils échouent à améliorer le sort de leurs compatriotes ou s'ils portent atteinte aux libertés nouvellement conquises, alors ils seront chassés de la scène politique par une révolution...» (cf. «Le nouvel âge arabe», Le Soir d'Algérie du 26 janvier 2012).
N'est-ce pas, exactement, une année et demie après l'écriture de ces lignes, ce qui vient de se produire en Egypte ? Cette mise au banc d'essai aura au total duré une année et débouché sur un «coup d'Etat populaire». Des dizaines de millions d'Egyptiens insatisfaits des résultats de la mise à l'épreuve étant sortis dans la rue pour réclamer le départ du régime islamiste, l'armée avait le choix entre les réprimer sur ordre du pouvoir légal du Dr Morsi, ou contraindre ce dernier au départ au nom de la «volonté populaire». C'est cette deuxième option qu'elle a choisie avec l'appui d'Al-Azhar, de l'Eglise copte, des salafistes d'an-Nour, du Front du salut national et de trente millions de citoyens de toutes tendances et confessions. Mais, peut-on se demander où était cette «volonté populaire» au moment des élections législatives et présidentielle ? Elle était aux abonnés absents, elle ne s'était pas encore formée, elle en était au stade de «poussière d'individus» composant la fameuse «majorité silencieuse» qui ne vote pas lors des scrutins mais râle le reste du temps. Je disais d'elle dans «Réveil magique, vote mécanique» (Le Soir d'Algérie du 23 janvier 2012) : «Ceux qui ont manifesté et affronté les forces de la répression, hommes, femmes, musulmans, coptes, jeunes, classes moyennes, artistes, intellectuels, libéraux, gauchistes, islamistes, etc., étaient unis autour d'un objectif unique : la chute du régime. Le but atteint, le gros d'entre eux a regagné ses pénates heureux et comblé. Pour l'essentiel, ils appartenaient à la jeunesse «branchée» qui a agi spontanément et par idéalisme. Elle n'avait pas d'intérêts particuliers à défendre, ni de programme politique à proposer, ni de pénates à rejoindre à la fin des opérations. Les islamistes, par contre, avaient leurs intérêts, leur «programme» et des pénates où se replier, rendre compte et prendre les ordres. Ils ont rejoint la révolution à pas de loup, regardant devant et derrière, avançant ou reculant en fonction des directives, participant un jour et s'absentant un autre... C'est de la sorte qu'ont été récupérées les révolutions là où elles ont eu lieu à travers l'histoire. Il y a toujours eu ceux qui agissent par exaltation et ceux qui agissent par calcul. A tous les coups, ce sont ces derniers qui partent avec la caisse. Une fois encore, les minorités agissantes ont fait l'histoire. En science comme en politique, c'est toujours un petit groupe d'individus qui fait avancer l'humanité.» Ce sont l'amateurisme, les erreurs et la tentation du totalitarisme des «Frères musulmans» et de Morsi qui ont permis à l'ancienne minorité de devenir la nouvelle majorité. Prédisant ce qui allait arriver aux partis islamistes, je déclarais dans «La boîte de Pandore» (Le Soir d'Algérie du 24 janvier 2012) : «Les islamistes ne croient pas au fond d'eux-mêmes à la souveraineté populaire comme source du pouvoir, ni à la démocratie comme cadre de vie institutionnel, ni à la citoyenneté comme ensemble de droits et de devoirs de l'individu, ils composent avec ces idées qui vont à l'encontre de leurs principes fondamentaux tant qu'ils n'ont pas le choix, autrement, c'est vers le califat et le modèle taliban qu'ils marcheraient d'un pas vaillant...» Dans «La lampe d'Aladin» (Le Soir d'Algérie du 25 janvier 2012), j'ajoutais : «La «solution islamique» qu'ils brandissaient comme une lampe d'Aladin, ils vont devoir la mettre en place et en démontrer rapidement l'efficacité, sinon, personne ne les croira plus et eux-mêmes peut-être cesseront d'y croire. Car grande sera leur déconvenue lorsqu'ils s'apercevront que la lampe mirifique est vide, qu'il n'en sort aucun «djinn» faiseur de prodiges, qu'il ne tombe rien du ciel et qu'ils devront tout faire eux-mêmes... C'est de problèmes d'emplois, de logement, de dette extérieure, de rentrées en devises et autres «patates chaudes» que les islamistes ont hérités. Or, leur savoir-faire en matière de gestion des affaires publiques est modeste. Prêcher la bonne parole, raconter en boucle les merveilleuses histoires d'un passé mythifié et momifié, exhorter les gens à l'observance des prescriptions religieuses et aux signes extérieurs de religiosité ne suffira pas et ne pourra pas tenir lieu de programme de gouvernement. Les opérations caritatives ponctuelles, l'aide aux nécessiteux, les actions de bienfaisance ambulatoires et intermittentes ne rimeront plus à rien, sauf à en faire bénéficier toute la nation. Le background de secouriste n'est plus de mise, il faut déployer de véritables aptitudes opérationnelles pour faire face aux urgences brûlantes et aux attentes pressantes. L'attirail de charité devra être remplacé par une batterie d'instruments de gouvernement efficients, sinon, c'est l'échec assuré et peut-être une nouvelle révolution...»
C'est ce qui vient d'arriver dans la populeuse Egypte et arrivera immanquablement en Tunisie où existe une société civile d'une certaine consistance. Je poursuivais dans le même article : «Ayant placé la barre trop haut en laissant croire à des masses crédules qu'Allah allait regarder de leur côté et multiplier ses bénédictions sur elles pour avoir voté en faveur de l'Islam, les nouveaux dirigeants vont devoir à tout le moins faire mieux que l'ancien régime... Les islamistes prétendaient incarner la troisième voie entre le socialisme et le capitalisme et être une alternative à l'Occident. Voici que l'opportunité d'en faire la démonstration devant leurs peuples et l'humanité leur est offerte... Arrivés au pouvoir par la voie des urnes, ils ne pourront pas espérer retirer l'échelle après s'en être servis pour grimper. Ils ne pourront pas vouloir abolir la démocratie sans voir se soulever contre eux les autres partis, les citoyens qui n'ont pas voté pour eux, les instances internationales et l'opinion publique mondiale. Ils se trompent ceux qui, parmi eux, pensent qu'ils pourront rester au pouvoir par la force. Ils l'auraient gardé s'ils l'avaient conquis de haute lutte. Or, ils ne l'ont pas conquis, ils n'ont pas vaincu le despote, c'est "le peuple facebook" qui l'a vaincu et le vote atavique qui leur a confié les clés du pays dans l'espoir d'une vie meilleure, voire de résultats miraculeux. Ils auront juste été les premiers bénéficiaires de l'alternance. Ils céderont la place un jour...»
Deux années et demie après la chute de Moubarak, la «minorité» qui a fait la révolution sans être alors en état de prendre le pouvoir a réussi le tour de force de recueillir 22 millions de signatures en faveur de la pétition exigeant le départ de Morsi, confirmant les prévisions que je faisais dans «Le nouvel âge arabe».
Il a fallu tout ce temps pour que la «jeunesse internet», les libéraux, les nassériens, les laïcs, les coptes et des personnalités nationales en vue trouvent les compromis nécessaires à une action de cette ampleur. Voici ces prévisions : «La phase postrévolutionnaire ne s'arrêtera pas avec l'investiture des partis qui ont gagné les premières élections. On n'est qu'au début d'une nouvelle ère qui verra s'installer une véritable vie politique qui clarifiera au fur et à mesure les idées et les choses. Au fil du temps, des expériences et des leçons tirées, de nouveaux partis vont se former, des alliances se nouer, une société civile apparaître, le corps électoral s'instruire des conséquences de son vote et les esprits crédules se désensorceler.
Le courage qui a soulevé des centaines de milliers de personnes et la liberté de pensée et d'expression arrachée dans la foulée ne disparaîtront pas parce que des courants politiques religieux ont été portés au pouvoir. Ceux qui se sont soulevés contre la dictature et fait face à des moyens de répression impressionnants le referont le cas échéant. Ils étaient des milliers à échanger sur la Toile, ils deviendront des dizaines et des centaines de milliers...Ceux qui ont trouvé le courage de s'insurger contre le despotisme séculier trouveront celui de se soulever contre le despotisme religieux ou l'Etat totalitaire. Ils n'accepteront pas que le père qu'ils ont tué soit remplacé par un beau-père autoproclamé. Les médias, jaloux de leur nouvelle liberté, défendront la liberté éditoriale et le pluralisme télévisuel. Les syndicats de magistrats qui se sont investis dans la révolution exigeront et obtiendront l'indépendance de la justice. Dans l'opposition, les partis démocrates se feront connaître en harcelant le gouvernement, en mettant en avant ses contre-performances en ne lui concédant rien qui puisse remettre en cause les acquis de la démocratie... Petit à petit, ils trouveront le répondant nécessaire auprès de leurs concitoyens, toucheront en eux des fibres nouvelles et finiront par en attirer un certain nombre dans leurs rangs.
Dans cette nouvelle vie politique libérée de la peur et de la censure, les masses s'intéresseront au débat politique, croiront en ce qu'elles verront, formeront leur jugement et se libéreront progressivement de la culture théocratique. Les intellectuels, les journalistes, les artistes et les cinéastes mettront en branle leurs capacités et leur génie pour contribuer à cette prise de conscience et à l'œuvre de rationalisation des masses. Il en sortira que la religion est une foi et la politique un art de gérer, que Dieu n'est pour rien dans les actes des hommes politiques, qu'il n'en a missionné aucun et qu'ils n'engagent qu'eux-mêmes. Telle est la dynamique intellectuelle et politique dans laquelle vont rentrer les peuples arabes, même ceux non touchés par la révolution...
Les pays concernés passeront peut-être par une période d'instabilité, de tensions, voire de violence, mais s'il faut en passer par là, ils gagneront à le faire le plus tôt possible. Lorsque la mise à l'épreuve de l'islamisme aura été menée à son terme, ses effets, qu'ils soient positifs ou négatifs, libéreront l'esprit musulman, et c'est de cette libération que dateront les efforts réels et profonds d'adaptation de l'Islam au monde moderne. Si les nouveaux gouvernements déçoivent leurs peuples, l'islamisme disparaîtra de l'esprit des gens comme panacée capable de remédier aux problèmes des musulmans...»
Tout indique que l'Egypte qui s'était unifiée dans le combat contre le despotisme est désormais divisée en deux camps rassemblant chacun des dizaines de millions de citoyens prêts à s'étriper. Ces deux peuples sont aujourd'hui aux portes de la guerre civile comme deux ennemis n'ayant rien en commun et résolus à en découdre jusqu'à la dernière goutte de leur sang.
En fait, il y avait deux peuples dès le début, ils s'ignoraient seulement. Le même phénomène peut être observé dans n'importe quel pays arabo-musulman. J'avais traité aussi de cette dualité dans «La boîte de Pandore» : «Par la suite, il est apparu que le ‘'peuple'' qui a lancé la dynamique révolutionnaire et le "peuple" qui a donné la majorité aux islamistes formaient deux populations distinctes. Dans un premier temps, il y a eu la révolution suivie de la chute du régime, et dans un deuxième, les élections. Les deux temps se sont succédé mais ne découlent pas l'un de l'autre et ne sont pas de même nature. Ceux qui ont fait tomber les despotes ne sont pas ceux qui ont hissé sur leurs épaules les islamistes pour les porter au pouvoir. Dans les deux étapes, nous avons eu affaire à deux catégories d'acteurs, à deux ensembles différents, comme si dans ces pays, il y avait deux peuples dans chacun. Le peuple qui a fait la révolution était formé de la "jeunesse facebook" et de membres de la classe moyenne (intellectuels, avocats, magistrats, artistes, etc.) auxquels s'est joint par la suite un peu de tout, tandis que celui qui a voté pour les partis islamistes était formé des militants islamistes mais aussi et surtout de la frange conservatrice de la société.
Les premiers étaient acquis aux idées modernes, et les seconds attachés aux idées traditionnelles. Le dénominateur commun qui les unissait ne valait que pour la première étape, le rejet du pouvoir, autrement, chacun avait plus ou moins son idée sur ce qu'il ferait de sa liberté recouvrée... Les premiers figurent ce que pourrait être une société démocratique arabe composée de musulmans ouverts, modernes et tolérants comme l'étaient les musulmans de Cordoue et de Chine au XIIIe siècle, ou d'Inde au XVIIe siècle. Les seconds seraient plus heureux dans quelque «chariâland», vivant entre eux, rassemblant salafistes, djihadistes, modérés et conservateurs.
Ces regroupements s'effectueraient d'eux-mêmes s'il était possible de permuter les populations et les nationalités, ou d'échanger les territoires...» Les révolutions arabes ont commencé en Tunisie, mais la Tunisie n'a pas l'importance humaine, intellectuelle, culturelle, historique, politique et géostratégique de l'Egypte. Elle n'a pas la même résonance dans le monde et le monde arabo-musulman en particulier. Mais elle a une société civile qui est consciente d'avoir été flouée par les islamistes qui n'ont pas déclenché la révolution mais en ont empoché les bénéfices. Plusieurs centaines de milliers de Tunisiens ont déjà signé «Tamarod Tunisie», une pétition demandant le renvoi de l'Assemblée constituante et du gouvernement d'Ennahda. C'est en Egypte que l'histoire du monde musulman est en train de se faire, que le problème resté en suspens depuis l'entrée en décadence du monde musulman au XVe siècle va devoir trouver une réponse : «Que faire de l'Islam ?» Les révolutions arabes en sont arrivées à l'essentiel, aux vrais enjeux, au cœur du problème. Ce qui s'est passé jusque-là n'était qu'un préalable : le départ du despotisme et la remise de la souveraineté au peuple. Celui-ci s'est avéré divisé au moment du choix de ce qu'il fallait faire de la liberté retrouvée. Quel régime ? Quelle démocratie ? Elles sont enfin entrés dans le vif du sujet : «islamisme ou démocratie ?» à défaut de «Islam et démocratie», une équation qui n'a pas été résolue.
Le premier tour (élections) a été remporté par l'islamisme. Une année après, les perdants islamistes. Une finale doit donc être jouée pour les départager. C'est un match de coupe du monde (musulman). Si celle-ci se joue tous les quatre ans, le match qui va commencer durera, lui, des années et n'a jamais été joué entre une armée et la moitié de son peuple, ou entre deux moitiés à peu près égales d'un même peuple. Il s'était joué à un niveau inférieur, peu pléthorique et sans violence, au niveau des élites, entre réformateurs religieux et modernistes au siècle dernier. L'histoire, selon Hegel et Marx à sa suite, avance grâce à la dialectique entre une thèse et une antithèse. Une synthèse doit naître de cette contradiction, de cet affrontement. On appelle cela le «dépassement dialectique d'un conflit». En Egypte, le conflit est entre l'islam des «Frères musulmans», d'un côté, et l'Islam d'Al-Azhar et des dizaines de millions de musulmans qui les ont renversés avec le soutien de leurs compatriotes coptes, de l'autre. C'est un conflit entre deux conceptions de l'Islam, l'une traditionnelle, l'autre moderne ; entre l'islamisme théorisé par Sayyed Qotb, le penseur des «Frères musulmans», et la démocratie ; les deux camps maîtrisent l'éloquence, savent chauffer les masses et possèdent des arguments non négligeables. Le gagnant ne pourra pas être l'islamisme ; il ne pourra pas être l'armée toute seule ; le gagnant sera la synthèse, le compromis historique, l'adoption et la complète consécration de la démocratie en tant qu'esprit et non en tant que pures formes et simples urnes. Ce sera difficile, long et même sanglant. Si l'Egypte ne le règle pas, il se reposera ailleurs, demain, plus tard encore, jusqu'au jour où l'islam aura réglé son problème avec les musulmans.
C'est à cette condition que l'histoire des pays arabo-musulmans se remettra en marche. J'écrivais dans «Le nouvel âge arabe» : «Les révolutions en cours ont signé le réveil de la conscience arabo-musulmane dans les proportions révélées par les élections. Les peuples qui les ont faites ne sont pas entrés en démocratie, mais dans un nouvel âge qui peut les mener à la démocratie. Ce nouvel âge commencera avec la confrontation entre les tenants de la culture théocratique et les tenants de l'Etat démocratique et se confirmera avec la définition d'une vie institutionnelle qui prenne en compte les valeurs musulmanes, mais aussi la diversité des croyances, des opinions politiques et des ethnies... Le «Nouvel Age» c'est une ère, une étendue de temps durant laquelle il faudra réunir l'une après l'autre les conditions nécessaires à l'établissement d'une vie nationale pacifiée et civilisée»... Chaque expérience en cours dans le monde arabo-musulman sera une source d'inspiration, chaque expérience aboutie deviendra un précédent, chaque précédent tendra à devenir une norme, et le tout donnera aux musulmans une nouvelle conception du monde. Cette évolution mènera à la pratique d'un Islam éclairé, tolérant, comme celui qu'ont connu leurs ancêtres. L'important est que le chemin soit pris, que l'on se mette dans l'axe, qu'on regarde loin devant soi, par-dessus l'épaule des despotes et des ulémas obscurantistes... Ce sera, à long terme, l'acquis le plus extraordinaire de ces révolutions, quand elles auront réconcilié l'homme arabe avec la modernité, la citoyenneté et le reste de l'univers. La promesse de cet acquis est infiniment plus importante que le renversement des régimes dictatoriaux. C'est ce qu'il faut déjà comptabiliser comme gain historique. Le Nouvel Age s'imposera, le cours de l'histoire le dicte, et l'exemple de pays musulmans non arabes comme la Turquie, la Malaisie et l'Indonésie, qui ont beaucoup avancé sur la voie de la modernité et de la démocratie le montre. Il résultera de la convergence de trois évolutions : celle du courant moderniste, celle du courant islamiste et celle de la conscience populaire. Elles ont commencé il y a un siècle, surtout dans les républiques, mais elles ont été retardées et contrariées par le despotisme intéressé par leur immobilisme...»
Dans un autre écrit, «Avant et aujourd'hui» (Le Soir d'Algérie du 19 février 2012), je disais : «Le problème de l'islamisme appelle d'autres solutions que les coups d'Etat et la répression, il attend des réponses éducationnelles, culturelles, intellectuelles et économiques. Il ne s'agit pas de chercher à refermer la boîte de Pandore sur lui, cela a déjà été fait en pure perte, mais d'améliorer le niveau d'éducation et de développement socioéconomique des masses. Comment sortir de la culture théocratique, comme en sont sortis les pays de tradition chrétienne, comme sont sortis du communisme les peuples qui y étaient asservis : par l'aspiration à la liberté, par la libération de la pensée et de l'expression, par une rénovation du fonds mental. L'Occident est passé par là, il a attaqué le despotisme de droit divin à la base, sapé ses fondements culturels en lui opposant la raison, la philosophie, la critique, les sciences humaines et le droit des gens, avant de l'achever par les révolutions politiques. Ensuite, il a mis à sa place la souveraineté populaire, le droit positif, la liberté de culte et d'expression, et le couronnement de tout cela, l'Etat de droit. C'est ainsi que la culture théocratique a été progressivement remplacée par la culture démocratique. La religion n'a pas été supprimée ou interdite, mais éloignée de l'exercice du pouvoir qui est la somme des délibérations, décisions et actes pris au quotidien pour gérer au mieux et sur la base de ces valeurs les intérêts de tous. En quelques décennies, les peuples arabo-musulmans peuvent réaliser ce que les Occidentaux ont mis un demi-millénaire à réaliser parce qu'ils n'avaient pas à leur disposition le savoir, le potentiel économique et les technologies de communication d'aujourd'hui. Les idées circulaient à la vitesse du cheval, alors que de nos jours, elles vont à la vitesse de l'éclair, du clic d'une souris d'ordinateur.» J'ai cité des écrits remontant à l'année dernière. J'aurai pu en citer d'autres remontant à plusieurs décennies comme «Coups d'Etat» paru il y a vingt ans dans l'hebdomadaire algérien La Nation (du 25 août 1993), où j'écrivais : «Les musulmans sont confrontés à une atroce contradiction : ils n'arrivent pas à s'insérer dans l'évolution historique et ils ne parviennent pas à définir un mode de vie social, économique et politique compatible avec leurs croyances. Les citoyens de la plupart des Etats musulmans sont indifférents à leurs régimes politiques car ils ne leur semblent conformes ni à l'original, dont ils ont une vue idéalisée ni aux modèles contemporains auxquels ils reconnaissent une grande efficacité. L'inné islamique en eux est en grave conflit avec l'acquis moderne autour d'eux...
Le dispositif d'idées avec lequel les musulmans de tous les pays abordent le XXIe siècle est en grande partie erroné et les expose par conséquent à de nouvelles déconvenues... Il faut rompre avec cette logique de l'échec. Les quelques années qui restent d'ici à la fin du siècle constituent la dernière chance de nouer des rapports nouveaux avec la pensée moderne et les institutions mondiales qui se mettent doucement en place ; faute de quoi, nous rejoindrons les précolombiens au cimetière des civilisations définitivement révolues.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.