Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SAIDA
Le patrimoine arch�ologique � l'abandon
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2005

La m�moire de la ville des Eaux continue toujours d'�tre viol�e en raison de l'insouciance des uns et l'incomp�tence des autres � prot�ger les monuments et vestiges historiques, avons-nous am�rement constat�.
En effet, plus d'une centaine de ruines et vestiges historiques datent de l'�poque romaine, berb�re et fran�aise. A titre d'illustration, nous trouvons des ruines berb�res aux environs de Sa�da comme � Tidernatine o� une muraille, �paisse de 1,40 m, en pierres s�ches, non taill�es constituait un refuge. A Tafrent, il y a les ruines d'un grand village berb�re avec une enceinte. A A�n Soltane, son plateau ne d�semplit pas de ruines berb�res formant un trac� polygonal. Dans la ferme Solari, nous d�couvrons �galement les ruines de trois agglom�rations berb�res, dont l'une �tait un gros bourg fortifi�, il y a aussi des vestiges de camp romain. Les vestiges de Maata sur une superficie de 4 hectares sont �galement abandonn�s. Dans les quatre coins de la wilaya de Sa�da, nous trouvons les traces du silex, du Bazinas et du Tumulus qui t�moignent tous de la pr�sence de vestige que nous pouvons attribuer m�me � l'�poque n�olithique. Une hache en pierre polie par-ci, une meule contenant encore du bl� grill� par-l�, tel est en somme l'�tat d�solant dans lequel se trouvent les monuments et toutes sortes d'objets des civilisations pass�es. Pis encore, la d�mission des pouvoirs publics � restaurer et prot�ger ces sites historiques a atteint son apog�e avec la destruction d�lib�r�e de plusieurs monuments et sites historiques comme l'�glise ; le palais du th��tre dans la ville de Sa�da. C'est dire que nos gouvernants ne concilient aucunement le pseudo-d�veloppement des am�nagements urbains et l'arch�ologie pr�ventive. Ils ont d�truit carr�ment une meule datant de l'�re romaine � Sidi-Amar pour construire des logements. Hormis les recherches arch�ologiques effectu�es par des Fran�ais, le patrimoine culturel et touristique reste le parent pauvre des pr�occupations des responsables qui auraient d� au moins prot�ger cette m�moire collective contre le viol inou� qu'accomplit une faune de fossoyeurs qui attentent au patrimoine arch�ologique et historique. Cela dit, la valorisation et la protection du patrimoine est fonction de l'�volution des mentalit�s. Abdelkader Ouedjedi

La r�alisation du CET ajourn�e
La construction d'un centre d'enfouissement technique (CET), pr�vue depuis des ann�es, a �t� ajourn�e, avons-nous appris de source concordante. En effet, le ma�tre de l'ouvrage, la Direction de l'environnement en l'occurrence, a avis� qui de droit sur l'infructuosit� de son offre, appelant les potentiels investisseurs � construire un tel site d'une importance capitale non seulement pour les eaux superficielles et souterraines de la nappe phr�atique mais aussi pour la sant� de la population en raison des diff�rents d�chets. Il faut dire que de l'avis de la majorit� des citoyens sa�dis, un tel avis ne devait aucunement �tre publi� dans un journal � faible tirage et donc moins lu afin d'amener le maximum de soumissionnaires � participer � la r�alisation d'un projet d'une telle envergure. D'autres citoyens ont un autre avis puisqu'ils nous ont confi� que l'astuce de certaines administrations consiste tout bonnement � publier leurs soumissions dans des journaux de moindre importance afin d'obtenir l'infructuosit� esp�r�e et plus tard accorder le march� au gr� � gr� avec tous les risques qui en d�coulent. Notons que le directeur de l'environnement �tait injoignable la semaine derni�re et qu'une de ses subordonn�es nous a confi� l'infructuosit� de l'avis portant r�alisation du CET. Cela dit, la wilaya de Sa�da comptabilise 40400 tonnes de d�chets solides par an ; 47 d�charges sauvages ; 40 tonnes de d�chets hospitaliers et les diff�rents d�chets des unit�s industrielles qui sont incin�r�s au vu et au su de tout le monde en pleine nature � Ben-Adouane (09 km � l'ouest du chef-lieu de wilaya). Soulignons que juste � c�t� dans la wilaya de Na�ma, les pouvoirs publics ont r�alis� en un temps record un CET alors que Sa�da dont l'eau est min�rale n'a pas encore r�alis� son CET. C'est ce qui explique le taux �lev� de cancers parmi la population � cause des d�chets toxiques des pollueurs non payeurs gr�ce � l'inertie de la soci�t� civile et l'indulgence de l'administration.
La construction d'un centre d'enfouissement technique (CET), pr�vue depuis des ann�es, a �t� ajourn�e, avons-nous appris de source concordante. En effet, le maitre de l'ouvrage, la Direction de l'environnement en l'occurrence, a avis� qui de droit sur l'infructuosit� de son offre, appelant les potentiels investisseurs � construire un tel site d'une importance capitale non seulement pour les eaux superficielles et souterraines de la nappe phr�atique mais aussi pour la sant� de la population en raison des diff�rents d�chets. Il faut dire que de l'avis de la majorit� des citoyens sa�dis, un tel avis ne devait aucunement �tre publi� dans un journal � faible tirage et donc moins lu afin d'amener le maximum de soumissionnaires � participer � la r�alisation d'un projet d'une telle envergure. D'autres citoyens ont un autre avis puisqu'ils nous ont confi� que l'astuce de certaines administrations consiste tout bonnement � publier leurs soumissions dans des journaux de moindre importance afin d'obtenir l'infructuosit� esp�r�e et plus tard accorder le march� au gr� � gr� avec tous les risques qui en d�coulent. Notons que le directeur de l'environnement �tait injoignable la semaine derni�re et qu'une de ses subordonn�es nous a confi� l'infructuosit� de l'avis portant r�alisation du CET. Cela dit, la wilaya de Sa�da comptabilise 40400 tonnes de d�chets solides par an ; 47 d�charges sauvages ; 40 tonnes de d�chets hospitaliers et les diff�rents d�chets des unit�s industrielles qui sont incin�r�s au vu et au su de tout le monde en pleine nature � Ben-Adouane (09 km � l'ouest du chef-lieu de wilaya). Soulignons que juste � c�t� dans la wilaya de Na�ma, les pouvoirs publics ont r�alis� en un temps record un CET alors que Sa�da dont l'eau est min�rale n'a pas encore r�alis� son CET. C'est ce qui explique le taux �lev� de cancers parmi la population � cause des d�chets toxiques des pollueurs non payeurs gr�ce � l'inertie de la soci�t� civile et l'indulgence de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.