Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    De nombreux pays comptent sur le rôle de l'Algérie pour hisser la coopération en Afrique    Une organisation équatorienne dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme au Sahara occidental    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Déclin du RND et recul du MSP    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Libye : la présidentielle en équation    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SAIDA
Le patrimoine arch�ologique � l'abandon
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2005

La m�moire de la ville des Eaux continue toujours d'�tre viol�e en raison de l'insouciance des uns et l'incomp�tence des autres � prot�ger les monuments et vestiges historiques, avons-nous am�rement constat�.
En effet, plus d'une centaine de ruines et vestiges historiques datent de l'�poque romaine, berb�re et fran�aise. A titre d'illustration, nous trouvons des ruines berb�res aux environs de Sa�da comme � Tidernatine o� une muraille, �paisse de 1,40 m, en pierres s�ches, non taill�es constituait un refuge. A Tafrent, il y a les ruines d'un grand village berb�re avec une enceinte. A A�n Soltane, son plateau ne d�semplit pas de ruines berb�res formant un trac� polygonal. Dans la ferme Solari, nous d�couvrons �galement les ruines de trois agglom�rations berb�res, dont l'une �tait un gros bourg fortifi�, il y a aussi des vestiges de camp romain. Les vestiges de Maata sur une superficie de 4 hectares sont �galement abandonn�s. Dans les quatre coins de la wilaya de Sa�da, nous trouvons les traces du silex, du Bazinas et du Tumulus qui t�moignent tous de la pr�sence de vestige que nous pouvons attribuer m�me � l'�poque n�olithique. Une hache en pierre polie par-ci, une meule contenant encore du bl� grill� par-l�, tel est en somme l'�tat d�solant dans lequel se trouvent les monuments et toutes sortes d'objets des civilisations pass�es. Pis encore, la d�mission des pouvoirs publics � restaurer et prot�ger ces sites historiques a atteint son apog�e avec la destruction d�lib�r�e de plusieurs monuments et sites historiques comme l'�glise ; le palais du th��tre dans la ville de Sa�da. C'est dire que nos gouvernants ne concilient aucunement le pseudo-d�veloppement des am�nagements urbains et l'arch�ologie pr�ventive. Ils ont d�truit carr�ment une meule datant de l'�re romaine � Sidi-Amar pour construire des logements. Hormis les recherches arch�ologiques effectu�es par des Fran�ais, le patrimoine culturel et touristique reste le parent pauvre des pr�occupations des responsables qui auraient d� au moins prot�ger cette m�moire collective contre le viol inou� qu'accomplit une faune de fossoyeurs qui attentent au patrimoine arch�ologique et historique. Cela dit, la valorisation et la protection du patrimoine est fonction de l'�volution des mentalit�s. Abdelkader Ouedjedi

La r�alisation du CET ajourn�e
La construction d'un centre d'enfouissement technique (CET), pr�vue depuis des ann�es, a �t� ajourn�e, avons-nous appris de source concordante. En effet, le ma�tre de l'ouvrage, la Direction de l'environnement en l'occurrence, a avis� qui de droit sur l'infructuosit� de son offre, appelant les potentiels investisseurs � construire un tel site d'une importance capitale non seulement pour les eaux superficielles et souterraines de la nappe phr�atique mais aussi pour la sant� de la population en raison des diff�rents d�chets. Il faut dire que de l'avis de la majorit� des citoyens sa�dis, un tel avis ne devait aucunement �tre publi� dans un journal � faible tirage et donc moins lu afin d'amener le maximum de soumissionnaires � participer � la r�alisation d'un projet d'une telle envergure. D'autres citoyens ont un autre avis puisqu'ils nous ont confi� que l'astuce de certaines administrations consiste tout bonnement � publier leurs soumissions dans des journaux de moindre importance afin d'obtenir l'infructuosit� esp�r�e et plus tard accorder le march� au gr� � gr� avec tous les risques qui en d�coulent. Notons que le directeur de l'environnement �tait injoignable la semaine derni�re et qu'une de ses subordonn�es nous a confi� l'infructuosit� de l'avis portant r�alisation du CET. Cela dit, la wilaya de Sa�da comptabilise 40400 tonnes de d�chets solides par an ; 47 d�charges sauvages ; 40 tonnes de d�chets hospitaliers et les diff�rents d�chets des unit�s industrielles qui sont incin�r�s au vu et au su de tout le monde en pleine nature � Ben-Adouane (09 km � l'ouest du chef-lieu de wilaya). Soulignons que juste � c�t� dans la wilaya de Na�ma, les pouvoirs publics ont r�alis� en un temps record un CET alors que Sa�da dont l'eau est min�rale n'a pas encore r�alis� son CET. C'est ce qui explique le taux �lev� de cancers parmi la population � cause des d�chets toxiques des pollueurs non payeurs gr�ce � l'inertie de la soci�t� civile et l'indulgence de l'administration.
La construction d'un centre d'enfouissement technique (CET), pr�vue depuis des ann�es, a �t� ajourn�e, avons-nous appris de source concordante. En effet, le maitre de l'ouvrage, la Direction de l'environnement en l'occurrence, a avis� qui de droit sur l'infructuosit� de son offre, appelant les potentiels investisseurs � construire un tel site d'une importance capitale non seulement pour les eaux superficielles et souterraines de la nappe phr�atique mais aussi pour la sant� de la population en raison des diff�rents d�chets. Il faut dire que de l'avis de la majorit� des citoyens sa�dis, un tel avis ne devait aucunement �tre publi� dans un journal � faible tirage et donc moins lu afin d'amener le maximum de soumissionnaires � participer � la r�alisation d'un projet d'une telle envergure. D'autres citoyens ont un autre avis puisqu'ils nous ont confi� que l'astuce de certaines administrations consiste tout bonnement � publier leurs soumissions dans des journaux de moindre importance afin d'obtenir l'infructuosit� esp�r�e et plus tard accorder le march� au gr� � gr� avec tous les risques qui en d�coulent. Notons que le directeur de l'environnement �tait injoignable la semaine derni�re et qu'une de ses subordonn�es nous a confi� l'infructuosit� de l'avis portant r�alisation du CET. Cela dit, la wilaya de Sa�da comptabilise 40400 tonnes de d�chets solides par an ; 47 d�charges sauvages ; 40 tonnes de d�chets hospitaliers et les diff�rents d�chets des unit�s industrielles qui sont incin�r�s au vu et au su de tout le monde en pleine nature � Ben-Adouane (09 km � l'ouest du chef-lieu de wilaya). Soulignons que juste � c�t� dans la wilaya de Na�ma, les pouvoirs publics ont r�alis� en un temps record un CET alors que Sa�da dont l'eau est min�rale n'a pas encore r�alis� son CET. C'est ce qui explique le taux �lev� de cancers parmi la population � cause des d�chets toxiques des pollueurs non payeurs gr�ce � l'inertie de la soci�t� civile et l'indulgence de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.