Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



116 M�DICAMENTS REMBOURSABLES SUR LA BASE DU TARIF UNIQUE
Louh instaure les nouveaux tarifs de r�f�rence
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 12 - 2005

Apr�s l��chec de la premi�re tentative men�e en 2001, le ministre du Travail et de la S�curit� sociale, Tayeb Louh, a annonc� hier � l�occasion de la journ�e d�information consacr�e aux tarifs de r�f�rence de remboursement des m�dicaments les nouvelles mesures applicables � partir du 1er janvier 2006.
Ilhem B. Tir - Alger (Le Soir) - �A l�avenir, tout m�dicament donn� en termes de d�nomination commune internationale (DCI), pour lequel existe au niveau national de nombreuses marques � des prix diff�rents, il lui sera d�termin� un tarif de r�f�rence unique de remboursement en tenant compte de sa disponibilit� sur le march� national�, a d�clar� Tayeb Louh en pr�sence d e Amar Tou, ministre de la Sant�, et de Hachemi Dja�boub, ministre du Commerce. Concr�tement, 116 DCIformes et dosages de m�dicaments auxquels correspondent 928 marques diff�rentes vont �tre soumis � des tarifs de r�f�rence. Ces 116 m�dicaments ont �t� s�lectionn�s sur la base de plusieurs crit�res, �valu�s gr�ce aux donn�es valid�es comme l�existence d�un nombre appr�ciable de g�n�riques enregistr�s et commercialis�s en Alg�rie, leur poids important en mati�re de fr�quence et de d�pense au plan du remboursement, la grande variation de leur prix de vente public en fonction des marques disponibles et surtout la garantie d�un niveau suffisant d�approvisionnement du march�. L�impact de l�effet du prix unique de remboursement, selon le ministre du Travail, est de ma�triser les d�penses pharmaceutiques dont le rythme de croissance annuel a atteint 20%. Le montant des d�penses est pass� de 19,6 milliards de dinars en 2000 � 41,5 milliards de dinars en 2004. Avec l�instauration du prix de r�f�rence, �la Caisse de S�curit� sociale pourra �conomiser entre 4 et 5 milliards de dinars�, selon le ministre, et �cette somme va �tre redistribu�e dans le domaine des actes m�dicaux dont nous sommes en train de revoir la tarification�. Par ailleurs, l�entr�e en vigueur des tarifs de r�f�rence sera accompagn�e par plusieurs actions, notamment la facilitation de son application et une meilleure adh�sion de tous les intervenants surtout les pharmaciens qui b�n�ficieront d�un r�am�nagement de la convention actuelle du tiers payant. L�arr�t� consacrant les tarifs de r�f�rence pr�voit un d�lai de trois mois accord� aux laboratoires pharmaceutiques pour proc�der aux mises en conformit� exig�es par la l�gislation et la r�glementation en mati�re de m�dicament, et ce, notamment pour ce qui est du vignettage dont le contenu doit comporter des informations importantes pour le citoyen avant l�achat du m�dicament. Pour ce qui est des cons�quences sur les assur�s sociaux, le ministre a indiqu� qu�il n�y aura aucune r�percussion n�gative quant � l�accessibilit� aux m�dicaments. �Les objectifs recherch�s par le biais des tarifs r�f�rentiels sont l�incitation des prescripteurs, pharmaciens et assur�s sociaux � prescrire, dispenser et consommer les produits les moins chers et favoriser par la m�me occasion une concurrence en mati�re de prix entre les laboratoires pharmaceutiques, �tant donn� que leur part de march� sera ainsi fortement influenc�e par ce syst�me de remboursement. I. T.
Les pharmaciens r�ticents
Le lancement du tarif de r�f�rence par le minist�re du Travail et de la S�curit� sociale et l��tablissement par le m�me minist�re de la nomenclature des m�dicaments les classifiant en sp�cialit�s� et �g�n�riques� constituent, selon le Syndicat national des pharmaciens d�officines (Snapo), des signes forts et significatifs qui doivent �tre suivis par la mise en place du nouveau syst�me de calcul des marges de b�n�fice. Cependant, le Snapo tient � faire part de ses craintes et ses propositions quant � cette application. �Nous esp�rons qu�un travail r�gulier sera effectu� pour la mise � jour de la r�vision des tarifs de r�f�rence en fonction des changements et �volutions r�elles des prix du march� du m�dicament afin que les assur�s ne soient pas l�s�s par les �carts de prix dus � la non-actualisation des tarifs de r�f�rence�, a soulign� Belambri Messaoud, pr�sident du Snapo. Ce dernier souhaite que �les produits dont les prix sont proches du tarif de r�f�rence soient r�ellement disponibles sur le march� de mani�re r�guli�re et qu�ils ne fassent l�objet ni de ruptures r�p�t�es, ni de vente concomitante, ni de sp�culations. Et c�est aux minist�res du Commerce et de la Sant� d�intervenir en ce sens�. Le sydicat des pharmaciens propose �galement l�application � l�importation du tarif de r�f�rence pour que les prix connaissent une meilleure ma�trise et une meilleure stabilit�.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.