Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



116 types de médicaments concernés
LES TARIFS DE REFERENCE EN VIGUEUR DÈS JANVIER
Publié dans L'Expression le 27 - 12 - 2005

L'application de cette mesure fera gagner à la Sécurité sociale 4 à 5 milliards de dinars annuellement.
Le remboursement des médicaments sur la base d'un tarif de référence entrera en vigueur à partir de janvier 2006. Toutefois, un moratoire de trois mois a été donné aux opérateurs économiques pour se conformer à cette décision. C'est ce qu'a annoncé, hier, le ministre du Travail, Tayeb Louh, lors d'une journée d'étude organisée sur ce thème. Les tarifs de référence de remboursement des médicaments sont des montants de remboursement déterminés par groupe de produits dits similaires, c'est-à-dire, ayant la même dénomination commune internationale (DCI), forme et dosage et pour lesquels seuls les noms de marques diffèrent.
Il y a lieu de souligner que pour un médicament d'une DCI correspondent plusieurs marques de produits dont le médicament original et le générique. Cette mesure est prévue, dira le ministre, par la législation en vigueur en matière de sécurité sociale et précisée par la loi 83-11 du 2 juillet 1983 relative aux assurances sociales modifiée et complétée.
Concrètement, donc et pour un premier temps, 116 DCI - forme et dosage de médicaments auxquels correspondent 928 marques différentes - vont être soumis à des tarifs de référence dès janvier. Ce premier groupe de médicaments représente 10% des 1073 médicaments remboursables existant sur le marché. M.Louh a indiqué que ces médicaments ont été sélectionnés sur la base des recommandations de l´Organisation mondiale de la santé (OMS), du programme national de santé et les différentes maladies chroniques fréquentes en Algérie.
Il explique que ces médicaments ont été également évalués, grâce aux données validées et disponibles, notamment l´existence d´un nombre appréciable de génériques correspondants et commercialisés au niveau national, leur poids important en matière de fréquence et de dépense au plan du remboursement, ainsi que la garantie d´un niveau suffisant d´approvisionnement du marché. Par ailleurs, le ministre a fait savoir que «l'utilisation du médicament générique en Algérie ne représente que 15% alors que ce taux est de l'ordre de 50% dans les pays développés». S'agissant du rythme de croissance des dépenses pharmaceutiques de la sécurité sociale, il est, selon lui, de l´ordre de 20% par an, alors que l´expérience internationale «montre que, dans la plupart des pays, le taux d´évolution de ces dépenses ne dépasse pas les 6%», précisant que le montant des dépenses est passé de 19,6 milliards de DA à en 2000 à 41,5 milliards de DA en 2004.
Pour M.Louh, la nouvelle réglementation de remboursement s´impose d´autant plus que «des produits strictement identiques sur le plan médical ont des prix qui varient de manière très importante pouvant aller de 1 à 10». Selon le premier responsable du secteur, l'application des tarifs de référence de remboursement fera gagner à la Sécurité sociale 4 à 5 milliards de dinars annuellement et sans aucune incidence sur le prix public algérien (PPA). Les ressources qui pourraient ainsi être économisées, ajoute le ministre, seront redistribuées et contribueront à l´amélioration des niveaux de prise en charge d´autres soins de santé tels les actes médicaux.
«A l´avenir tout médicament donné en termes de DCI, pour lequel existe au niveau national de nombreuses marques à des prix différents, il lui sera déterminé un tarif de référence unique de remboursement en tenant compte de sa disponibilité sur le marché national», a-t-il précisé. M.Louh a affirmé, par ailleurs, que cette mesure sera accompagnée d´une série d´actions de facilitation de son application en direction de tous les acteurs concernés, notamment les prescripteurs, les patients et les pharmaciens et de la publication d´un guide qui sera mis à la disposition des prescripteurs. Pour les pharmaciens, M.Louh a indiqué qu´il est prévu un réaménagement de la convention actuelle, prévoyant la suppression de la domiciliation des assurés sociaux au niveau d´une seule officine.
Concernant le non-remboursement de certains médicaments anticancéreux, le ministre a précisé que ces médicaments «sont à usage hospitalier et ce, dans l´intérêt du malade, notamment pour un meilleur suivi et une plus grande sécurité à leur usage». «Certains médicaments anticancéreux nouveaux, très coûteux, prévus pour être pris à domicile dans le traitement de certains cancers, ne sont pas enregistrés en Algérie», a-t-il encore ajouté.
Dans le même contexte, M.Louh a fait savoir que son secteur avec celui da la santé sont en train d´examiner, à court terme, les meilleures solutions pour la prise en charge de ces produits. Par ailleurs, il a révélé que 1 150.000 assurés bénéficient du système du tiers-payant et que 5614 officines sont conventionnées au niveau du territoire national. Enfin et évoquant le système de la contractualisation avec les établissements de santé, M.Louh a assuré que «ce système verra bel et bien le jour».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.