L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



DEPUIS L'INSTAURATION DU TARIF DE REFERENCE
De l�utilit� d�un rappel des faits
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 04 - 2006

Ch�rif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Le tarif de r�f�rence, fix� par arr�t� du 29 d�cembre 2005 et entr� en vigueur depuis le 16 avril 2006, porte sur une liste de 116 produits pharmaceutiques, portant le code DCI (D�nomination commune internationale), rembours�s par la S�curit� sociale. En fait, ce tarif est calcul� sur la base du prix du m�dicament g�n�rique le plus vendu au niveau des officines et le plus disponible.
Ch�rif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Le tarif de r�f�rence, fix� par arr�t� du 29 d�cembre 2005 et entr� en vigueur depuis le 16 avril 2006, porte sur une liste de 116 produits pharmaceutiques, portant le code DCI (D�nomination commune internationale), rembours�s par la S�curit� sociale. En fait, ce tarif est calcul� sur la base du prix du m�dicament g�n�rique le plus vendu au niveau des officines et le plus disponible. En effet, il faut rappeler qu�un m�dicament peut �tre commercialis� sous la forme d�un princeps ou en forme de g�n�riques. Certes, la mise en place de ce tarif ob�it surtout � une volont� politique, celle de ma�triser les d�penses de sant�, encourager le traitement par les m�dicaments g�n�riques et r�duire la facture nationale de l�importation de m�dicaments. En effet, une baisse de l�ordre de 200 millions de dollars est escompt�e gr�ce � la g�n�ralisation de ce type de m�dication. Cela m�me si, � la diff�rence du minist�re du Travail et de la S�curit� sociale, le minist�re de la Sant� et de la Population a �t� absent de la campagne, notamment m�diatique, de sensibilisation sur le tarif de r�f�rence. Cependant, les conditions n�cessaires � l�application de ce tarif n�ont pas toutes �t� r�unies et notamment l�accessibilit� et la disponibilit� du m�dicament g�n�rique. Ainsi, il est significatif de relever l�absence d�une certitude sur la disponibilit� en continu des produits dits de r�f�rence, d�autant que, selon l�arr�t�, la liste des m�dicaments rembours�s et de ce tarif doit �tre r�vis�e tous les six mois. En effet, l�absence d�outil statistique exploitable sur la consommation des m�dicaments en Alg�rie et l�instabilit� chronique du m�dicament due notamment aux incessants changements de la r�glementation ne permettent pas d�avoir la certitude que les m�dicaments g�n�riques choisis comme prix de r�f�rence soient disponibles de mani�re continue. En d�autres termes, l�insuffisance d�approvisionnement ou la sur�valuation des possibilit�s d�importation ou de production de certains op�rateurs de produits g�n�riques correspondant aux prix de r�f�rence, peut conduire le malade, s�il ne trouve pas dans les officines, � cause d�une rupture de stock, son m�dicament au prix de r�f�rence, � devoir acheter ses m�dicaments partiellement rembours�s s�il en a les moyens ou � arr�ter son traitement si ses conditions ne le lui permettent pas. Cela �tant, cette mesure est opportune tant pour la CNAS dont la facture de remboursement sera r�duite que pour l�op�rateur Saidal dont toute la production est g�n�rique ou pour d�autres op�rateurs en pharmacie qui estiment qu�elle est avantageuse pour le consommateur puisque le prix du m�dicament peut baisser jusqu�� 80% de son co�t actuel. M�me si certains acteurs du secteur estiment que les malades chroniques ou les retrait�s peuvent �tre l�s�s dans le cas o� la diff�rence entre le tarif de remboursement et le prix du m�dicament g�n�rique ou princeps est trop importante pour leurs bourses ou si le g�n�rique rembours� ne leur convient pas. Toutefois, il faudra veiller � �viter le jeu de certains importateurs de g�n�riques dont ils tirent, gr�ce � des variations de prix incontr�lables sur le march� international, de substantiels b�n�fices. Certains de ces op�rateurs ayant d�j� divis� leurs prix sur le march� par 2 pour correspondre au tarif de r�f�rence, ou ils vendent leurs m�dicaments 2 fois trop cher ou le doute persiste quant � la qualit� de leurs produits. D�autant que les grandes multinationales du m�dicament se sont engag�es directement en Alg�rie, parfois avec des projets industriels et n�importent plus leurs produits � travers ces importateurs qui, d�sormais, se ruent sur le march� du g�n�rique. Cela en consid�rant que cette liste des 116 recoupe une partie de la nomenclature des m�dicaments import�s par ces op�rateurs. De plus, il faut relever la possibilit� de d�remboursement partiel en cas de glissement du dinar, l�Alg�rie important plus de 80% de ses besoins en m�dicaments et en devises (euro, dollar,�) et 80% des importations proviennent de France. Si bien qu�en fonction de la cotation du dinar, le prix public appos� sur la vignette du m�dicament varie. Ainsi, une baisse significative du dinar par rapport � l�euro entra�ne invariablement une augmentation des prix des m�dicaments import�s. Dans le cas contraire, si le m�dicament g�n�rique dit au prix de r�f�rence voit son prix augmenter, le malade se verra dans l�obligation de payer une partie du prix du m�dicament et cela m�me s�il est pris en charge � 100% car les prix de r�f�rence �tant fix�s par arr�t�, ils ne pourront �tre modifi�s que par p�riode. D�autre part, il n�y a pas eu de concertation et d�implication des prescripteurs m�decins pas encore conventionn�s mais qui sont les ordonnateurs du march� du m�dicament remboursable. En effet, les m�decins n��tant pas conventionn�s, il est impossible de les responsabiliser sur leurs prescriptions et si les prescriptions ne sont pas encadr�es, il est alors impossible de rationaliser les d�penses de sant�. Outre le probl�me du stock de produits princeps maintenant partiellement d�rembours�s, les pharmaciens ne pourront pas, dans le cas o� leurs marges ne sont pas r��valu�es, assumer la perte de chiffre d�affaires engendr� par la vente de produits beaucoup moins chers. De m�me, les prescripteurs risquent de ne plus prescrire des mol�cules g�n�riques pour lesquelles un tarif de r�f�rence a �t� arr�t� au profit de la prescription de mol�cules non g�n�riques beaucoup plus ch�res.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.