Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi de finances 2019: Le projet adopté sans l'opposition
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 11 - 2018

Pour une fois, les députés des partis de l'opposition (RCD, PT et islamistes) ont été unanimes à voter contre le projet de loi de finances 2019, adopté à la majorité, avant-hier jeudi.
Pour les députés du RCD, le texte consacre un statu quo qui reconduit les inconséquences au plan économique et qui approfondit la détresse sociale de larges couches de la population. «L'absence de nouveaux impôts et taxes présentée par le gouvernement et ses partis comme un butin de guerre n'est rien devant le gel des salaires, la dévaluation continue du dinar, le non remplacement de plus de 47 000 postes de départs en retraite, la coupe de 440 milliards de dinars dans le budget d'équipements ou le maintien du gel de projets structurants comme les CHU», ont-ils souligné dans un communiqué. Depuis 2014, année marquée par la chute des prix des hydrocarbures, les gouvernements successifs annoncent des réformes de structures pour augmenter la part de la fiscalité ordinaire, opérer un ciblage des subventions et résorber les déficits des caisses sociales, rappellent ces parlementaires. Pour eux, «rien de cela n'a été entrepris. Le pays est toujours suspendu au prix du baril suppléé depuis plus d'une année par une planche à billets qui risque de réveiller un processus inflationniste difficile à maîtriser avec la baisse tendancielle des réserves de change. En somme, ce projet, fortement influencé par la tenue de l'élection présidentielle de 2019, aggrave les problèmes en différant les solutions». De son côté, le groupe parlementaire du PT a soutenu que le projet du gouvernement «ne répond pas aux aspirations de la majorité des citoyens et ignore la souffrance qu'ils endurent d'autant qu'il ne prévoit pas de mesures pour l'amélioration de la situation financière et économique du pays». «Si ce projet de loi ne prévoit pas de taxes et d'impôts supplémentaires et le gel de certains projets, il reste toutefois peu différent des autres projets de loi ayant appliqué depuis 2015 la politique d'austérité qui a influé sur le pouvoir d'achat des citoyens», a-t-il souligné, en dénonçant «la réduction et la non-attribution de budgets supplémentaires aux secteurs sensibles qui rencontrent des problèmes en raison de la réduction du budget d'équipement de 10% et d'une légère augmentation du budget de fonctionnement». Le groupe parlementaire MSP a regretté le fait que le projet «n'a pas examiné le déficit du budget de l'Etat et de la balance des paiements en particulier commerciale». Il a dénoncé le recours fréquent aux solutions de facilité et conjoncturelles au lieu de s'orienter sérieusement vers des réformes structurelles. Le groupe parlementaire de l'union Ennahda-Adala-Bina a critiqué, pour sa part, le maintien du financement non conventionnel sans définir ses délais et le plafond de la planche à billet. «En dépit de la non-imposition de nouveaux taxes et impôts assimilés dans le PLF 2019, il y a absence de garanties et d'engagement politique pour la continuité de la loi de finances complémentaire de la même année, ce qui nous inquiète quant aux conséquences qui pèseront sur le citoyen», souligne l'alliance islamiste dans un communiqué. Le groupe parlementaire du FFS qui a gelé ses activités parlementaire n'a pas manqué de critiquer le projet du gouvernement. Il a dénoncé le climat et les conditions d'élaboration, d'examen et du vote du PLF 2019, soutenant que le texte a été présenté «d'une façon expéditive sans aucun bilan de gestion annuelle du budget de l'état et les ajustements budgétaires opérés échappant complètement au contrôle parlementaire». Les parlementaires du FFS considèrent que l'objectif recherché derrière le battage médiatique autour du maintien des transferts sociaux et la non introduction de nouvelles taxes est purement électoraliste et vise à acheter la paix sociale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.