«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales: Les experts parlent de leurs expériences
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 11 - 2018

Le séminaire international «Cœur de l'enfant», qui s'est articulé en cette deuxième édition, sur la prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales, s'est clôturé hier, dans une ambiance nourrie d'un échange de plusieurs expériences de différents experts de par le monde.
Dans son intervention, Pr Toufik Laiche Achour, chef de service d'anesthésie réanimation au CHU Hussein Dey d'Alger, s'est penché sur l'amélioration de la prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales, du point de vue de l'anesthésiste réanimateur. «La prise en charge de ces cardiopathies congénitales infantiles en Afrique et dans les pays à revenu moyens ou bas, posent encore d'énormes difficultés de diagnostic et d'accès au traitement, notamment chirurgical, contribuant ainsi à une augmentation de la mortalité et de la morbidité infantile», affirme Pr Laiche. Pour lui, «les progrès de la réanimation pédiatrique, la cardio-chirurgie et la cardiologie ont eu deux conséquences majeures pour l'anesthésie. Premièrement, on opère de plus en plus tôt des cardiopathies des plus complexes, ce qui centralise ces interventions dans des centres dédiés à ce type de traitement. Et deuxièmement, les enfants qui survivent sont de plus en plus nombreux, soit qu'ils aient bénéficié d'une correction totale, soit subir une palliation non-anatomique». De ce fait, ajoute-t-il, il n'est pas rare de les retrouver ultérieurement pour une intervention de chirurgie non-cardiaque. Pour cela, ajoute Pr Laiche, «il est donc important que chaque anesthésiste ait des notions de base sur les cardiopathies congénitales, même si les cas complexes doivent être pris en charge dans des centres, où pratiquent des médecins anesthésistes investis dans ce domaine». Concernant les solutions a mettre en place, il précise qu'«il faut proposer des actions d'amélioration dans l'orientation des grossesses, dont le fœtus porte une cardiopathie congénitale, vers des maternités niveau 3 ; ces maternités doivent être structurées en pole, regroupant un service de maternité, chirurgie néonatologie, cardiologie pédiatrique, chirurgie cardiaque pédiatrique, et aussi une service d'anesthésie réanimation». «Tout cela, avec bien sûr, des compétences approfondies en circulation extra-corporelle chez le nouveau né ECMO. Ce dernier service est le coordinateur de ce pole», a-t-il appuyé. «Le perfectionnement de ce pole d'excellence doit s'inscrire dans un partenariat durable avec un centre référent de niveau mondial. Ce perfectionnement doit concerner tout les membres et au même temps», a-t-il conclu.
Sténose aortique néonatale, l'expérience suisse
Dans son intervention, Pr René Prêtre, chef du service de chirurgie cardio-vasculaire du CHU Vaudois, également professeur à l'Université de Lausanne en Suisse, a expliqué la sténose aortique congénitale, une cardiopathie congénitale consistant en un rétrécissement de la voie d'éjection gauche de la valve aortique. «La sténose aortique néonatale est une urgence médicale. Habituellement, elle peut être traitée par angioplastie percutanée, ou par une commissurotomie chirurgicale. Cette deuxième option a le désavantage de nécessiter une circulation extra -corporelle dans la fragile période néonatale, mais à l'énorme avantage de contrôler précisément l'ouverture d'une ou deux commissures», précise le Pr Prêtre, ajoutant que «tant l'ouverture que la fermeture de la valve sont supérieurs aux valeurs obtenues par une dilatation à l'aveugle. Certaines valves sont si dystrophiques que leurs remplacement est inévitable». «Dans cette situation critique», ajoute-t-il, «la commissurotomie chirurgicale réussit à améliorer l'hémodynamique de manière satisfaisante, pour retarder le remplacement valvulaire par une opération de ROSS-Kono de quelques mois». Précisant que «cette opération est pratiquement délicate à effecteur en période néonatale, alors qu'elle retrouve une difficulté normale après quelques mois».
Traitement palliatif
De son coté le Professeur Driss Boumzebra, chef de service de chirurgie cardiovasculaire du CHU Mohammed VI de Marrakech, a expliqué le traitement chirurgical palliatif des cardiopathies congénitales en période néonatale. Il affirme que «le traitement palliatif des cardiopathies congénitales en période néonatale visent, soit à augmenter le débit pulmonaire pour les cardiopathies avec obstacle sur la voie pulmonaire, soit à réduire le débit pulmonaire en cas de Cerclage de l'artère pulmonaire, ou l'augmentation du ménage sanguin à l'étage atrial, en cas d'hypoxémie systématique». Concernant les procédures du traitement palliatives, il dit qu'«ils sont classiquement réalisées chirurgicalement, car actuellement, des techniques interventionnelles et non invasives sont rentrées en compétition avec les techniques traditionnelles». Pour ce qui de la situation de ce type de traitement en Afrique, «les procédures sont plus réalisées en dehors de la période néonatale du fait du retard diagnostique et du manque de plateau technique spécialisé», conclu-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.