Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales: Les experts parlent de leurs expériences
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 11 - 2018

Le séminaire international «Cœur de l'enfant», qui s'est articulé en cette deuxième édition, sur la prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales, s'est clôturé hier, dans une ambiance nourrie d'un échange de plusieurs expériences de différents experts de par le monde.
Dans son intervention, Pr Toufik Laiche Achour, chef de service d'anesthésie réanimation au CHU Hussein Dey d'Alger, s'est penché sur l'amélioration de la prise en charge néonatale des cardiopathies congénitales, du point de vue de l'anesthésiste réanimateur. «La prise en charge de ces cardiopathies congénitales infantiles en Afrique et dans les pays à revenu moyens ou bas, posent encore d'énormes difficultés de diagnostic et d'accès au traitement, notamment chirurgical, contribuant ainsi à une augmentation de la mortalité et de la morbidité infantile», affirme Pr Laiche. Pour lui, «les progrès de la réanimation pédiatrique, la cardio-chirurgie et la cardiologie ont eu deux conséquences majeures pour l'anesthésie. Premièrement, on opère de plus en plus tôt des cardiopathies des plus complexes, ce qui centralise ces interventions dans des centres dédiés à ce type de traitement. Et deuxièmement, les enfants qui survivent sont de plus en plus nombreux, soit qu'ils aient bénéficié d'une correction totale, soit subir une palliation non-anatomique». De ce fait, ajoute-t-il, il n'est pas rare de les retrouver ultérieurement pour une intervention de chirurgie non-cardiaque. Pour cela, ajoute Pr Laiche, «il est donc important que chaque anesthésiste ait des notions de base sur les cardiopathies congénitales, même si les cas complexes doivent être pris en charge dans des centres, où pratiquent des médecins anesthésistes investis dans ce domaine». Concernant les solutions a mettre en place, il précise qu'«il faut proposer des actions d'amélioration dans l'orientation des grossesses, dont le fœtus porte une cardiopathie congénitale, vers des maternités niveau 3 ; ces maternités doivent être structurées en pole, regroupant un service de maternité, chirurgie néonatologie, cardiologie pédiatrique, chirurgie cardiaque pédiatrique, et aussi une service d'anesthésie réanimation». «Tout cela, avec bien sûr, des compétences approfondies en circulation extra-corporelle chez le nouveau né ECMO. Ce dernier service est le coordinateur de ce pole», a-t-il appuyé. «Le perfectionnement de ce pole d'excellence doit s'inscrire dans un partenariat durable avec un centre référent de niveau mondial. Ce perfectionnement doit concerner tout les membres et au même temps», a-t-il conclu.
Sténose aortique néonatale, l'expérience suisse
Dans son intervention, Pr René Prêtre, chef du service de chirurgie cardio-vasculaire du CHU Vaudois, également professeur à l'Université de Lausanne en Suisse, a expliqué la sténose aortique congénitale, une cardiopathie congénitale consistant en un rétrécissement de la voie d'éjection gauche de la valve aortique. «La sténose aortique néonatale est une urgence médicale. Habituellement, elle peut être traitée par angioplastie percutanée, ou par une commissurotomie chirurgicale. Cette deuxième option a le désavantage de nécessiter une circulation extra -corporelle dans la fragile période néonatale, mais à l'énorme avantage de contrôler précisément l'ouverture d'une ou deux commissures», précise le Pr Prêtre, ajoutant que «tant l'ouverture que la fermeture de la valve sont supérieurs aux valeurs obtenues par une dilatation à l'aveugle. Certaines valves sont si dystrophiques que leurs remplacement est inévitable». «Dans cette situation critique», ajoute-t-il, «la commissurotomie chirurgicale réussit à améliorer l'hémodynamique de manière satisfaisante, pour retarder le remplacement valvulaire par une opération de ROSS-Kono de quelques mois». Précisant que «cette opération est pratiquement délicate à effecteur en période néonatale, alors qu'elle retrouve une difficulté normale après quelques mois».
Traitement palliatif
De son coté le Professeur Driss Boumzebra, chef de service de chirurgie cardiovasculaire du CHU Mohammed VI de Marrakech, a expliqué le traitement chirurgical palliatif des cardiopathies congénitales en période néonatale. Il affirme que «le traitement palliatif des cardiopathies congénitales en période néonatale visent, soit à augmenter le débit pulmonaire pour les cardiopathies avec obstacle sur la voie pulmonaire, soit à réduire le débit pulmonaire en cas de Cerclage de l'artère pulmonaire, ou l'augmentation du ménage sanguin à l'étage atrial, en cas d'hypoxémie systématique». Concernant les procédures du traitement palliatives, il dit qu'«ils sont classiquement réalisées chirurgicalement, car actuellement, des techniques interventionnelles et non invasives sont rentrées en compétition avec les techniques traditionnelles». Pour ce qui de la situation de ce type de traitement en Afrique, «les procédures sont plus réalisées en dehors de la période néonatale du fait du retard diagnostique et du manque de plateau technique spécialisé», conclu-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.