La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En attendant la réponse de Bouteflika aux appels à sa candidature: Tout pour une présidentielle dans les délais
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 01 - 2019

ce qui est certain, c'est que les options du report ou d'un prolongement de mandat sont désormais exclues
On n'est plus dans les appels à «la continuité». De plus en plus, le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, est «poussé» par ses soutiens à se présenter à la prochaine élection présidentielle. Une échéance qui, selon les mêmes acteurs, aura lieu dans les délais constitutionnels. A quelques jours seulement de la convocation du corps électoral qui doit intervenir 3 mois avant la date du scrutin, la situation politique n'est, certes, toujours pas claire. Mais, ce qui est certain, c'est que les options du report ou d'un prolongement de mandat sont désormais exclues. Hier, le parti TAJ a, dans un communiqué sanctionnant les travaux de son conseil national tenu samedi, appelé Bouteflika à se porter candidat. «Le conseil national de TAJ réitère son appel au père moudjahid, Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, à continuer à diriger le pays et à se présenter à l'élection présidentielle de 2019». Un appel que le parti de Amar Ghoul justifie par «le bilan positif» accompli sous la conduite du chef de l'Etat «sur tous les plans politique, économique, social, culturel et sécuritaire». Au sein de l'Alliance présidentielle, c'est la première fois qu'un des partis membres appelle clairement à un cinquième mandat de Bouteflika. «La continuité» défendue jusque-là était un concept vague qui pouvait se traduire par de multiples options, y compris le prolongement et le report. Amar Ghoul qui, depuis quelques jours, apparaît comme un homme jouissant d'une étroite proximité en haut lieu, fait un grand virage en soutenant «la candidature» de l'actuel Président. Ceci bien que ses partenaires restent dans la prudence. En effet, Mouad Bouchareb, chef provisoire du FLN, Ahmed Ouyahia, patron du RND et Amara Benyounès, président du MPA, gardent une position pour le moins «intrigante». Soutenir la continuité sans appel à la candidature, enfonce davantage le flou et ne contribue pas à une décantation de la scène politique. En l'absence de ces trois acteurs, ce sont les anciens élus du FLN qui volent au secours de la nouvelle voie qui se dessine. Lors d'un meeting animé samedi à la salle omnisports Mohamed Bâaziz de Blida, Mahdjoub Bedda, président de l'Association des anciens élus du FLN, a appelé le chef de l'Etat à briguer un autre mandat à la tête du pays. Un appel qu'il va étayer par la volonté de «renforcer la stabilité et de préserver les acquis réalisés tout au long des deux décennies écoulées». Le fait que cette association qui trouve toutes les facilités pour mener à bien ses activités pousse vers une candidature de Bouteflika prouve que l'idée est sérieusement envisageable. Pourtant, jusqu'à preuve du contraire, c'est désormais une présidentielle dans les délais dont il est question. Même dans le camp de l'opposition d'ailleurs, les initiatives visant à concocter un scénario autre que celui constitutionnellement prévu n'ont plus de place dans le débat. Abderrezak Makri, que l'appel au report de l'élection avait propulsé sur le devant de la scène, a admis «l'échec» de son projet. Pour le chef du MSP, la voie est balisée pour un cinquième mandat de l'actuel Président. Il ne reste, semble-t-il, que la parole du chef de l'Etat pour dissiper tout le flou et mettre fin au suspense. Lorsque Bouteflika parle pour, d'abord convoquer le corps électoral, ensuite s'exprimer sur ses intentions de se représenter à un autre mandat ou non, ce sera un élément déclencheur et pour les prétendants à la magistrature suprême du pays, et pour ceux qui, pour l'instant, le soutiennent à demi-mot.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.