Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 02 - 2019

«La guerre d'Algérie dans le roman français», tome 1 «L'esthétique du bourreau» et tome 2 «Elégie pour une terre perdue» est le nouvel essai de Rachid Mokhtari paru aux éditions ‘Chihab'.
«La guerre d'Algérie dans le roman français» est un essai de Rachid Mokhtari qui ambitionne d'offrir un panel de réflexions et d'évocations sur la littérature algérienne des français depuis sa genèse aux nouveaux auteurs postindépendance. Cette littérature reste chevillée au passé colonial avec ses événements historiques. Aussi est-il mentionné en quatrième de couverture. «Cet essai» «la guerre d'Algérie dans le roman français» s'appuie dans son contenu et sa démarche sur une centaine d'ouvrages de genres variés : fiction, récit, carnets de voyage, témoignage romancé, polar. Il offre ainsi un large éventail de pistes de lectures et de réflexions sur la littérature algérienne des français qui , depuis ses fondateurs à la nouvelle générations des écrivains nés après 1962, reste essentiellement une littérature ancrée dans le passé colonial avec ses faits d'histoire collective et ses pathos.
La gégène
«Divisé en deux tomes distincts mais complémentaires et solidaires du point de vue de la réalité historique et des structures narratives des romans étudiés, l'essai offre aux lecteurs une diversité de regards emphatiques, croisés, divergents, antagoniques parfois sur le passé colonial de la France en Algérie, la période de la conquête peu exploitée et la guerre proprement dite (1954 /1962)», explique l'auteur. Ainsi Rachid Mokhtari pour ce premier tome intitulé «l'esthétique du bourreau» développe une approche comparative de romans sur différentes périodes de publication ayant pour principal protagoniste, le militaire de la guerre d'Algérie, appelé le soldat du contingent trahi par des mensonges d'Etat de son pays. Cette guerre putride, si elle ne l'a pas transformé en bourreau expert de la gégène, a fait de lui un spectateur désarmé et coupable d'avoir tu l'abject généré par son armée sur les populations indigènes. «Est-il, ce faisant, une victime en uniforme malgré lui ?».
A travers diverses lectures d'écrivains notamment Jérôme Ferrari, Alexis Jenni, Joseph Andras, Anna Berbera et Laurent Mauvignier, Rachid Mokhtari met à jour le rôle de ce soldat dans cette guerre enrôlé souvent malgré lui. Dans le second tome au titre significatif «Elégie pour une terre perdue», l'auteur met l'accent sur la distance prise par ces écrivains par rapport à la guerre et plaide sur la nostalgie comme vecteur principal de leurs écrits. De ce fait, Rachid Mokhtari précise «dans ce deuxième tome, la lecture des romans y afférents montre que la guerre s'efface ou du moins devient un écho». La nostalgie en devient l'élément moteur, vive et traumatique aussi de celles ou ceux qui depuis l'Exode et l'Exil de leur terre natale, les pieds-noirs et leurs descendants écrivains entament des retours réels ou imaginaires au paradis perdu, au puits matriciel, à la ferme ancestrale. Contrairement aux apparences peu de français d'Algérie versent dans l'identité défaitiste des complaintes victimaires.
Impartialité
Les tons changent d'un auteur à l'autre dans la quête mémorielle, d'Alain Ferry, Alain Vircondelet, Hélène Cixous, Marie Cardinal, à Jean-Noël Pancrazi, Sylvain Prudhomme, Anne-lise Roux et Anne Plantagenet. Cet essai bien documenté et empreint de moult informations permet d'avoir une vue synoptique sur la littérature des français sur la guerre d'Algérie. Un pavé de plus de 490 pages (tome 1) et de 300 pages pour le tome deux appréhende de manière impartiale cette littérature sur un événement historique et une mémoire collective qui suscitent encore des débats et des controverses. Cet ouvrage de Rachid Mokhtari est un livre très intéressant qui s'adresse au citoyen lambda comme aux spécialistes de la littérature. A lire pour avoir une meilleure visibilité des deux côtés de cette guerre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.