Université Blida 1 : Séjour d'études en Allemagne des étudiants en gestion des déchets    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Des astuces pour améliorer naturellement sa vue    Un scandale du foncier industriel à Skikda : Un investisseur «curieusement» écarté et remplacé !    Situation du logement public locatif à Sétif : 10 613 appartements non distribués    Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation    16e édition du rallye féminin    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Justice: L'ex-wali d'Alger et le wali d'El Bayadh sous contrôle judiciaire    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Bordj Badji-Mokhtar: Deux enfants meurent piqués par des scorpions    Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    MC Oran: L'éclaircie n'est pas pour demain    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Tlemcen: Disparition de la tente géante : Khalida Toumi et Abdelouahab Nourri devant la Justice    CAT: L'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Equipe Nationale : Delort signe son baptême du feu et offre la victoire aux Verts    Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne    Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Dans le respect des dispositions de la constitution : Urgence d'accélerer l'élection présidentielle affirme Gaïd Salah    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Préparation de la CAN-2019 : L'Algérie bat le Mali (3-2)    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Les personnes sinistrées seront indemnisées    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    300 milliards de dollars détournés en 20 ans !    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Le sujet qui fâche    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    L'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh mis sous contrôle judiciaire    La présidentielle et la lutte contre la corruption, deux priorités pour l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 02 - 2019

«La guerre d'Algérie dans le roman français», tome 1 «L'esthétique du bourreau» et tome 2 «Elégie pour une terre perdue» est le nouvel essai de Rachid Mokhtari paru aux éditions ‘Chihab'.
«La guerre d'Algérie dans le roman français» est un essai de Rachid Mokhtari qui ambitionne d'offrir un panel de réflexions et d'évocations sur la littérature algérienne des français depuis sa genèse aux nouveaux auteurs postindépendance. Cette littérature reste chevillée au passé colonial avec ses événements historiques. Aussi est-il mentionné en quatrième de couverture. «Cet essai» «la guerre d'Algérie dans le roman français» s'appuie dans son contenu et sa démarche sur une centaine d'ouvrages de genres variés : fiction, récit, carnets de voyage, témoignage romancé, polar. Il offre ainsi un large éventail de pistes de lectures et de réflexions sur la littérature algérienne des français qui , depuis ses fondateurs à la nouvelle générations des écrivains nés après 1962, reste essentiellement une littérature ancrée dans le passé colonial avec ses faits d'histoire collective et ses pathos.
La gégène
«Divisé en deux tomes distincts mais complémentaires et solidaires du point de vue de la réalité historique et des structures narratives des romans étudiés, l'essai offre aux lecteurs une diversité de regards emphatiques, croisés, divergents, antagoniques parfois sur le passé colonial de la France en Algérie, la période de la conquête peu exploitée et la guerre proprement dite (1954 /1962)», explique l'auteur. Ainsi Rachid Mokhtari pour ce premier tome intitulé «l'esthétique du bourreau» développe une approche comparative de romans sur différentes périodes de publication ayant pour principal protagoniste, le militaire de la guerre d'Algérie, appelé le soldat du contingent trahi par des mensonges d'Etat de son pays. Cette guerre putride, si elle ne l'a pas transformé en bourreau expert de la gégène, a fait de lui un spectateur désarmé et coupable d'avoir tu l'abject généré par son armée sur les populations indigènes. «Est-il, ce faisant, une victime en uniforme malgré lui ?».
A travers diverses lectures d'écrivains notamment Jérôme Ferrari, Alexis Jenni, Joseph Andras, Anna Berbera et Laurent Mauvignier, Rachid Mokhtari met à jour le rôle de ce soldat dans cette guerre enrôlé souvent malgré lui. Dans le second tome au titre significatif «Elégie pour une terre perdue», l'auteur met l'accent sur la distance prise par ces écrivains par rapport à la guerre et plaide sur la nostalgie comme vecteur principal de leurs écrits. De ce fait, Rachid Mokhtari précise «dans ce deuxième tome, la lecture des romans y afférents montre que la guerre s'efface ou du moins devient un écho». La nostalgie en devient l'élément moteur, vive et traumatique aussi de celles ou ceux qui depuis l'Exode et l'Exil de leur terre natale, les pieds-noirs et leurs descendants écrivains entament des retours réels ou imaginaires au paradis perdu, au puits matriciel, à la ferme ancestrale. Contrairement aux apparences peu de français d'Algérie versent dans l'identité défaitiste des complaintes victimaires.
Impartialité
Les tons changent d'un auteur à l'autre dans la quête mémorielle, d'Alain Ferry, Alain Vircondelet, Hélène Cixous, Marie Cardinal, à Jean-Noël Pancrazi, Sylvain Prudhomme, Anne-lise Roux et Anne Plantagenet. Cet essai bien documenté et empreint de moult informations permet d'avoir une vue synoptique sur la littérature des français sur la guerre d'Algérie. Un pavé de plus de 490 pages (tome 1) et de 300 pages pour le tome deux appréhende de manière impartiale cette littérature sur un événement historique et une mémoire collective qui suscitent encore des débats et des controverses. Cet ouvrage de Rachid Mokhtari est un livre très intéressant qui s'adresse au citoyen lambda comme aux spécialistes de la littérature. A lire pour avoir une meilleure visibilité des deux côtés de cette guerre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.