Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La Guerre d'Algérie dans le roman français»
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 02 - 2019

Un essai appuyé sur une lecture critique d'une centaine de romans d'auteurs français sur «la Guerre d'Algérie» a été publié récemment par Rachid Mokhtari, sous le titre «La guerre d'Algérie dans le roman français». L'ouvrage est édité en deux tomes, «Esthétique du bourreau» et «Elégie pour une terre perdue», par Chihab.
Dans le premier tome, «Esthétique du bourreau» (461 pages), l'auteur -pour qui le terme «Guerre d'Algérie» renvoi à toute la période coloniale (1830-1962)- s'intéresse d'abord aux écrits ayant accompagné la colonisation de l'Algérie, particulièrement à l'œuvre d'Eugène Fromentin, artiste peintre et auteur de «Un été dans le Sahara» (1857), et celle d'André Gide auteur de «Les nourritures terrestres» (1897).
Rachid Mokhtari compare ces deux ouvrages et croit déceler une volonté de «poétiser la conquête», c'est-à-dire la colonisation de l'Algérie. Il souligne également le contraste entre deux grandes sagas de la littérature française: «Les chevaux du soleil» publiée en six volumes par Jules Roy à partir de 1967 et la trilogie «C'était notre terre» (2008), «Les vieux fous» (2011), et «Un faux pas dans la vie d'Emma Picard» (2015) publiée par Mathieu Belezi, pour confronter des conceptions différentes d'une de ce qu'il appelle la «fresque de l'Algérie pré 1954». Un autre chapitre est également dédié à «la victime en uniforme», l'image littéraire du militaire français (engagé volontaire, parachutiste, appelé du contingent...) qui «se donne à lire dans sa misère de victime de guerre».
Dans le même ordre d'idées, l'universitaire s'intéresse à l'image littéraire du parachutiste français, antithèse du soldat du contingent. Une image passant du «spécialiste de la gégène» au «symbole de l'honneur de la nation» donnant naissance au «mythe du para», «une nébuleuse qui entrave le témoignage des victimes au profit des propos fantasques du bourreau». Le second tome de cette essai, «Elégie pour une terre perdue» (288 pages), se penche sur les écrits de «pieds-noirs» qui ont entamé des retours, réels ou imaginaires au «paradis perdu». Dans ces écrits,»"la guerre s'efface pour ne devenir qu'un écho», analyse l'auteur. Rachid Mokhtari évoque la «nostalgérie du pied-noir» et le traumatisme de «l'exode de 1962» à travers «Au pays de mes racines» (1980) de Marie Cardinal, un roman qu'il qualifie d' «autoanalyse thérapeutique» où la romancière revient «à la rencontre d'une nouvelle Algérie».
Ce concept se décline de manière plus «nostalgique et inconsolable», comme dans le «roman-complainte», Maman la blanche (1982) de Alain Vircondelet, écrit l'auteur. Dans cette production d'écrivains pieds-noirs, l'universitaire signale les rares écrits évoquant la guerre et les horreurs dont les auteurs étaient témoins directs et parfois impliqués eux-mêmes, à l'image de Jean-Noël Pancrazi et de Marie-Christine Saragosse. Rachid Mokhtari a également sélectionné deux autres groupes de romans, les carnets de retour en Algérie et les récits de «retour généalogique» sur les parcours intimes de familles pieds-noirs. Universitaire, romancier et journaliste, Rachid Mokhtari a publié plusieurs ouvrages consacrés à la littérature algérienne dont «Tahar Djaout, un écrivain pérenne», «Le nouveau souffle du roman algérien» ou encore «La graphie de l'horreur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.