Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Le 53e vendredi s'annonce grandiose à Alger    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La Guerre d'Algérie dans le roman français»
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 02 - 2019

Un essai appuyé sur une lecture critique d'une centaine de romans d'auteurs français sur «la Guerre d'Algérie» a été publié récemment par Rachid Mokhtari, sous le titre «La guerre d'Algérie dans le roman français». L'ouvrage est édité en deux tomes, «Esthétique du bourreau» et «Elégie pour une terre perdue», par Chihab.
Dans le premier tome, «Esthétique du bourreau» (461 pages), l'auteur -pour qui le terme «Guerre d'Algérie» renvoi à toute la période coloniale (1830-1962)- s'intéresse d'abord aux écrits ayant accompagné la colonisation de l'Algérie, particulièrement à l'œuvre d'Eugène Fromentin, artiste peintre et auteur de «Un été dans le Sahara» (1857), et celle d'André Gide auteur de «Les nourritures terrestres» (1897).
Rachid Mokhtari compare ces deux ouvrages et croit déceler une volonté de «poétiser la conquête», c'est-à-dire la colonisation de l'Algérie. Il souligne également le contraste entre deux grandes sagas de la littérature française: «Les chevaux du soleil» publiée en six volumes par Jules Roy à partir de 1967 et la trilogie «C'était notre terre» (2008), «Les vieux fous» (2011), et «Un faux pas dans la vie d'Emma Picard» (2015) publiée par Mathieu Belezi, pour confronter des conceptions différentes d'une de ce qu'il appelle la «fresque de l'Algérie pré 1954». Un autre chapitre est également dédié à «la victime en uniforme», l'image littéraire du militaire français (engagé volontaire, parachutiste, appelé du contingent...) qui «se donne à lire dans sa misère de victime de guerre».
Dans le même ordre d'idées, l'universitaire s'intéresse à l'image littéraire du parachutiste français, antithèse du soldat du contingent. Une image passant du «spécialiste de la gégène» au «symbole de l'honneur de la nation» donnant naissance au «mythe du para», «une nébuleuse qui entrave le témoignage des victimes au profit des propos fantasques du bourreau». Le second tome de cette essai, «Elégie pour une terre perdue» (288 pages), se penche sur les écrits de «pieds-noirs» qui ont entamé des retours, réels ou imaginaires au «paradis perdu». Dans ces écrits,»"la guerre s'efface pour ne devenir qu'un écho», analyse l'auteur. Rachid Mokhtari évoque la «nostalgérie du pied-noir» et le traumatisme de «l'exode de 1962» à travers «Au pays de mes racines» (1980) de Marie Cardinal, un roman qu'il qualifie d' «autoanalyse thérapeutique» où la romancière revient «à la rencontre d'une nouvelle Algérie».
Ce concept se décline de manière plus «nostalgique et inconsolable», comme dans le «roman-complainte», Maman la blanche (1982) de Alain Vircondelet, écrit l'auteur. Dans cette production d'écrivains pieds-noirs, l'universitaire signale les rares écrits évoquant la guerre et les horreurs dont les auteurs étaient témoins directs et parfois impliqués eux-mêmes, à l'image de Jean-Noël Pancrazi et de Marie-Christine Saragosse. Rachid Mokhtari a également sélectionné deux autres groupes de romans, les carnets de retour en Algérie et les récits de «retour généalogique» sur les parcours intimes de familles pieds-noirs. Universitaire, romancier et journaliste, Rachid Mokhtari a publié plusieurs ouvrages consacrés à la littérature algérienne dont «Tahar Djaout, un écrivain pérenne», «Le nouveau souffle du roman algérien» ou encore «La graphie de l'horreur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.