Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vacance du poste de Gouverneur de la Banque d'Algérie.. Le système financier risque la paralysie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 04 - 2019

La vacance de ce poste stratégique risque d'avoir des effets très négatifs sur l'économie nationale, particulièrement sur le monde de la finance.
Le poste de Gouverneur de la Banque d'Algérie est resté vacant depuis la nomination de son directeur général, Mohamed Loukal, comme ministre des finances. Cette nomination a été notifiée dans le Journal Officiel n°20, en date du 31 mars 2019. La vacance de ce poste stratégique risque d'avoir des effets très négatifs sur l'économie nationale, particulièrement sur le monde de la finance. Cela, d'autant plus que les nominations à ce poste sont du ressort exclusif du Président de la République. Dans la situation actuelle que traverse notre pays, la nomination d'un nouveau Gouverneur de la Banque d'Algérie risque de prendre du temps. Quelles conséquences sur le fonctionnement de l'institution névralgique comme la Banque Centrale, et quels peuvent être les effets sur l'économie nationale dans le cas d'une absence prolongée d'un Gouverneur, en remplacement de Loukal ? Contacté par Le Temps d'Algérie, Brahim Guendouzi, professeur en Economie, suggère que dans la situation actuelle, «il faut revenir à la loi sur la monnaie et le crédit (LMC) qui définit les missions de la Banque d'Algérie, les prérogatives de son Gouverneur ainsi que le rôle du Conseil de la Monnaie et du Crédit (CMC) en tant qu'autorité monétaire.
Seul le Président de la République peut nommer et mettre fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie qui est faut-il le rappeler l'Institut d'émission (banque des banques). Or la situation qui prévaut actuellement dans le pays laisse présager que l'institution risque de rester sans Gouverneur jusqu'à l'élection d'un nouveau Président de la République, qui pourrait prendre plus de temps». Le même export ajoute que «Les actions habituellement menées par la Banque d'Algérie en matière de politique monétaire et de politique de change risquent d'être gelées en l'absence du Gouverneur qui préside le CMC, alors que les Vice Gouverneurs s'occuperont juste des affaires courantes de l'institution.
Il peut y avoir des répercussions négatives sur l'activité des établissements bancaires et financiers qui rendent compte régulièrement à l'autorité monétaire, mais aussi reçoivent des orientations à travers les instruments comme les réserves obligatoires, les taux d'intérêt, le taux de change, les opérations de commerce extérieur, les paiements extérieurs, etc. En définitive, c'est tout le système financier algérien qui risque la paralysie, dans le cas où il y aurait problème dans la durée de la nomination d'un nouveau Gouverneur de la Banque d'Algérie», déclare Brahim Guendouzi. De son coté, un autre expert, observateur de la scène économique nationale, déclare que «cette vacance actuelle à la tête de la BA n'est pas réellement risquée à court terme, les directeurs assurant la continuité de l'activité. Cependant, le processus actuel de création monétaire (planche à billets) demande à être encadré, et à ce titre, la désignation rapide d'un gouverneur serait une bonne nouvelle», dit-il. A rappeler que Mohamed Loukal a été nommé Gouverneur de la Banque d'Algérie en 2016, en remplacement à Mohamed Laksaci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.