Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vacance du poste de Gouverneur de la Banque d'Algérie.. Le système financier risque la paralysie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 04 - 2019

La vacance de ce poste stratégique risque d'avoir des effets très négatifs sur l'économie nationale, particulièrement sur le monde de la finance.
Le poste de Gouverneur de la Banque d'Algérie est resté vacant depuis la nomination de son directeur général, Mohamed Loukal, comme ministre des finances. Cette nomination a été notifiée dans le Journal Officiel n°20, en date du 31 mars 2019. La vacance de ce poste stratégique risque d'avoir des effets très négatifs sur l'économie nationale, particulièrement sur le monde de la finance. Cela, d'autant plus que les nominations à ce poste sont du ressort exclusif du Président de la République. Dans la situation actuelle que traverse notre pays, la nomination d'un nouveau Gouverneur de la Banque d'Algérie risque de prendre du temps. Quelles conséquences sur le fonctionnement de l'institution névralgique comme la Banque Centrale, et quels peuvent être les effets sur l'économie nationale dans le cas d'une absence prolongée d'un Gouverneur, en remplacement de Loukal ? Contacté par Le Temps d'Algérie, Brahim Guendouzi, professeur en Economie, suggère que dans la situation actuelle, «il faut revenir à la loi sur la monnaie et le crédit (LMC) qui définit les missions de la Banque d'Algérie, les prérogatives de son Gouverneur ainsi que le rôle du Conseil de la Monnaie et du Crédit (CMC) en tant qu'autorité monétaire.
Seul le Président de la République peut nommer et mettre fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie qui est faut-il le rappeler l'Institut d'émission (banque des banques). Or la situation qui prévaut actuellement dans le pays laisse présager que l'institution risque de rester sans Gouverneur jusqu'à l'élection d'un nouveau Président de la République, qui pourrait prendre plus de temps». Le même export ajoute que «Les actions habituellement menées par la Banque d'Algérie en matière de politique monétaire et de politique de change risquent d'être gelées en l'absence du Gouverneur qui préside le CMC, alors que les Vice Gouverneurs s'occuperont juste des affaires courantes de l'institution.
Il peut y avoir des répercussions négatives sur l'activité des établissements bancaires et financiers qui rendent compte régulièrement à l'autorité monétaire, mais aussi reçoivent des orientations à travers les instruments comme les réserves obligatoires, les taux d'intérêt, le taux de change, les opérations de commerce extérieur, les paiements extérieurs, etc. En définitive, c'est tout le système financier algérien qui risque la paralysie, dans le cas où il y aurait problème dans la durée de la nomination d'un nouveau Gouverneur de la Banque d'Algérie», déclare Brahim Guendouzi. De son coté, un autre expert, observateur de la scène économique nationale, déclare que «cette vacance actuelle à la tête de la BA n'est pas réellement risquée à court terme, les directeurs assurant la continuité de l'activité. Cependant, le processus actuel de création monétaire (planche à billets) demande à être encadré, et à ce titre, la désignation rapide d'un gouverneur serait une bonne nouvelle», dit-il. A rappeler que Mohamed Loukal a été nommé Gouverneur de la Banque d'Algérie en 2016, en remplacement à Mohamed Laksaci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.