Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour un vrai pacte politique consensuel.. Le FFS propose une conférence nationale de concertation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 05 - 2019

Le Front des forces socialistes (FFS) a proposé hier, la tenue d'une «conférence nationale de concertation et de dialogue», regroupant «les forces vives du changement démocratique», et ce dans des «délais raisonnables». Pour sortir de l'impasse politique qui dure depuis trois mois déjà, le FFS propose une initiative de rapprochement politique. Constatant l'urgence d'accélérer la cadence des rapprochements d'idées et de visions, le parti souhaite «la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue, regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables». Selon le communiqué du FFS, signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel, cette rencontre servira «d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel, qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays». Constatant aussi «avec beaucoup de fierté et de satisfaction, la multiplication des initiatives politiques», le plus vieux parti de l'opposition affirme qu'il «ne peut qu'être réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise émanant de l'opposition, et sa disponibilité à les discuter dans un cadre approprié, et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle (…)».
Le Premier secrétaire du FFS assure aussi que cette nouvelle dynamique de l'opposition sous toutes ses formes, (partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales), ne peut être que «bénéfique et salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi». Le parti s'est dit disposé à «contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique, qui est salutaire pour l'avenir du peuple et de la nation». L'auteur du communiqué a affirmé que le FFS «n'épargnera aucun effort afin de faire aboutir toute initiative politique, capable de nous s'inscrire dans un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l'institution militaire, sans que celle-ci ne s'interfère dans ses tenants et aboutissants».
Le parti de feu Hocine Ait Ahmed appelle «les vraies forces du changement à agir». Si «l'heure est grave, l'initiative politique est à portée de main, pourvu que les bonnes volontés s'affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l'histoire dans le bon quai et dans le bon sens», a-t-on noté.
Par ailleurs, le FFS a indiqué que plusieurs semaines de mobilisation et d'engagement ont drainé la quasi-totalité d'un peuple plus que jamais décidé et déterminé à imposer un changement radical du régime autoritaire algérien. En réponse à cette légendaire démonstration de force populaire, le FFS accuse le pouvoir résiduel en place de multiplier «ses manœuvres et ses manigances, dans l'unique espoir de mettre en échec cette déferlante citoyenne».
«Aujourd'hui, le Pouvoir réel est assumé et exercé entièrement par l'état-major de l'armée, qui lègue occasionnellement quelques-unes de ses attributions de façade à un fonctionnaire à la tête de l'Etat, et à un gouvernement factice et impopulaire», note le FFS qui revient aux fameuse consultations avortées de Bensalah, en les qualifiant de «forfaiture politique». Ainsi donc, «nous devons immédiatement apporter notre pierre à cet édifice de transition démocratique, tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par les millions d'Algériennes et d'Algériens», lit-on dans le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.