El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour un vrai pacte politique consensuel.. Le FFS propose une conférence nationale de concertation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 05 - 2019

Le Front des forces socialistes (FFS) a proposé hier, la tenue d'une «conférence nationale de concertation et de dialogue», regroupant «les forces vives du changement démocratique», et ce dans des «délais raisonnables». Pour sortir de l'impasse politique qui dure depuis trois mois déjà, le FFS propose une initiative de rapprochement politique. Constatant l'urgence d'accélérer la cadence des rapprochements d'idées et de visions, le parti souhaite «la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue, regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables». Selon le communiqué du FFS, signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel, cette rencontre servira «d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel, qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays». Constatant aussi «avec beaucoup de fierté et de satisfaction, la multiplication des initiatives politiques», le plus vieux parti de l'opposition affirme qu'il «ne peut qu'être réceptif et attentif à l'évolution de ces propositions de sortie de crise émanant de l'opposition, et sa disponibilité à les discuter dans un cadre approprié, et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle (…)».
Le Premier secrétaire du FFS assure aussi que cette nouvelle dynamique de l'opposition sous toutes ses formes, (partis politiques, organisations sociales, syndicales et autres personnalités nationales), ne peut être que «bénéfique et salvatrice pour accompagner le peuple dans sa révolution pacifique contre l'ordre établi». Le parti s'est dit disposé à «contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique, qui est salutaire pour l'avenir du peuple et de la nation». L'auteur du communiqué a affirmé que le FFS «n'épargnera aucun effort afin de faire aboutir toute initiative politique, capable de nous s'inscrire dans un vrai processus démocratique de transition, protégé et garanti par l'institution militaire, sans que celle-ci ne s'interfère dans ses tenants et aboutissants».
Le parti de feu Hocine Ait Ahmed appelle «les vraies forces du changement à agir». Si «l'heure est grave, l'initiative politique est à portée de main, pourvu que les bonnes volontés s'affichent et les organisations politiques, sociales, syndicales et personnalités nationales indépendantes se décident enfin à prendre le train de l'histoire dans le bon quai et dans le bon sens», a-t-on noté.
Par ailleurs, le FFS a indiqué que plusieurs semaines de mobilisation et d'engagement ont drainé la quasi-totalité d'un peuple plus que jamais décidé et déterminé à imposer un changement radical du régime autoritaire algérien. En réponse à cette légendaire démonstration de force populaire, le FFS accuse le pouvoir résiduel en place de multiplier «ses manœuvres et ses manigances, dans l'unique espoir de mettre en échec cette déferlante citoyenne».
«Aujourd'hui, le Pouvoir réel est assumé et exercé entièrement par l'état-major de l'armée, qui lègue occasionnellement quelques-unes de ses attributions de façade à un fonctionnaire à la tête de l'Etat, et à un gouvernement factice et impopulaire», note le FFS qui revient aux fameuse consultations avortées de Bensalah, en les qualifiant de «forfaiture politique». Ainsi donc, «nous devons immédiatement apporter notre pierre à cet édifice de transition démocratique, tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par les millions d'Algériennes et d'Algériens», lit-on dans le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.