ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le prince héritier saoudien    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    Coronavirus : le représentant de l'OMS salue les efforts de l'Algérie en matière de prévention    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    LE DIRECTEUR DE LA PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM AU FORUM DE REFLEXION : 3000 secouristes formés par la protection civile    EXPLOSION DANS UNE HABITATION : 19 blessés dont 7 enfants à Oum El Bouaghi    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    L'inébranlable détermination des étudiants    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    Une médaille pour le hirak à Montréal    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    2 vendeurs de drogue et psychotropes arrêtés    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En bref…
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

– Benflis soutient «l'appel» d'Ibrahimi, Ali Yahia et Benyelles
Ali Benflis applaudit l'appel des trois personnalités Ahmed Taleb Ibrahimi, Abdennour Ali Yahia et Rachid Benyelles pour une transition. «La gravité de la crise de régime actuelle autant que l'urgence de son règlement exigent la contribution de toutes les forces patriotiques, soucieuses d'éviter à l'Etat national un surcroît de fragilité et au pays davantage d'instabilité et d'incertitude», souligne-t-il, affirmant que «l'appel pour un règlement consensuel de la crise, lancé par Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles, s'inscrit clairement dans cette perspective». «Ces personnalités nationales, précise M. Benflis, comptent parmi les autorités morales de notre pays.
Leur passé parle pour eux et témoigne des services éminents rendus à la nation. Leur parcours est fait de devoirs qu'ils ont toujours assumés et de sacrifices qu'ils n'ont jamais hésité à consentir.» «Leur appel mérite l'écoute attentive et la réflexion sereine. Il définit le cadre d'un règlement de la crise qui reste à notre portée.
Il indique, avec sagesse et lucidité, la voie à emprunter pour parvenir à un règlement rapide et définitif de la crise actuelle. Cette voie est la plus sûre et la moins coûteuse pour notre pays», poursuit-il, relevant l'impératif du dialogue qui «est au cœur de cet appel». «Il est le plus indiqué pour épargner au pays l'entrée dans la spirale sans fin de l'instabilité et des tensions», conclut-il. R. N.
– Opposition : Le FFS invite «les forces du changement» au dialogue
Le Front des forces socialistes (FFS) a appelé, hier, à la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue, qui regroupera «les forces vives du changement démocratique», alors que le mouvement populaire entame son quatrième mois de contestation antirégime. «Aujourd'hui, il est plus qu'indispensable, voire urgent, d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions.
A cet effet, le FFS propose la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables», a souligné le parti dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel.
Cette rencontre «servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays», a expliqué le parti. Alors que les propositions de sortie de crise formulées par l'opposition se multiplient, le FFS a exprimé son «entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir du pays».
«Nous devons immédiatement apporter notre pierre à cet édifice de transition démocratique, tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par les millions d'Algériennes et d'Algériens», a insisté le parti. «Soucieux de l'impératif du succès de cette initiative de rapprochement politique et conscient de sa portée sur le devenir du pays», le parti propose que cette rencontre se tienne «sans préalables et sans conditions».
«Le FFS est disposé à contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique qui est salutaire pour l'avenir du peuple et de la nation. Agissons et travaillons ensemble sans préjugés et sans calculs afin de faire triompher cette formidable révolution populaire et la délivrer de la persécution du pouvoir despotique», a assuré le parti, qui a déjà entamé «un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives évoluant dans divers horizons».
Le FFS, qui milite depuis sa création pour une Assemblée constituante, a dénoncé à nouveau les «manœuvres» et les «manigances» du régime visant à faire capoter le mouvement de la contestation qui dure depuis le 22 février. «La dernière forfaiture politique ‘‘fabriquée de toutes pièces'' par les laboratoires du régime fut le simulacre de dialogue qui a été boudé par tout le monde, y compris les partis proches du sérail ainsi que par le chef de l'Etat par intérim lui-même», a fustigé le parti.
«Devant cette situation de flottement politique généralisée et face à l'entêtement pesant du pouvoir, les vraies forces du changement doivent agir. Elles doivent être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux», a souligné le plus vieux parti de l'opposition. H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.