Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En bref…
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

– Benflis soutient «l'appel» d'Ibrahimi, Ali Yahia et Benyelles
Ali Benflis applaudit l'appel des trois personnalités Ahmed Taleb Ibrahimi, Abdennour Ali Yahia et Rachid Benyelles pour une transition. «La gravité de la crise de régime actuelle autant que l'urgence de son règlement exigent la contribution de toutes les forces patriotiques, soucieuses d'éviter à l'Etat national un surcroît de fragilité et au pays davantage d'instabilité et d'incertitude», souligne-t-il, affirmant que «l'appel pour un règlement consensuel de la crise, lancé par Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles, s'inscrit clairement dans cette perspective». «Ces personnalités nationales, précise M. Benflis, comptent parmi les autorités morales de notre pays.
Leur passé parle pour eux et témoigne des services éminents rendus à la nation. Leur parcours est fait de devoirs qu'ils ont toujours assumés et de sacrifices qu'ils n'ont jamais hésité à consentir.» «Leur appel mérite l'écoute attentive et la réflexion sereine. Il définit le cadre d'un règlement de la crise qui reste à notre portée.
Il indique, avec sagesse et lucidité, la voie à emprunter pour parvenir à un règlement rapide et définitif de la crise actuelle. Cette voie est la plus sûre et la moins coûteuse pour notre pays», poursuit-il, relevant l'impératif du dialogue qui «est au cœur de cet appel». «Il est le plus indiqué pour épargner au pays l'entrée dans la spirale sans fin de l'instabilité et des tensions», conclut-il. R. N.
– Opposition : Le FFS invite «les forces du changement» au dialogue
Le Front des forces socialistes (FFS) a appelé, hier, à la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue, qui regroupera «les forces vives du changement démocratique», alors que le mouvement populaire entame son quatrième mois de contestation antirégime. «Aujourd'hui, il est plus qu'indispensable, voire urgent, d'accélérer la cadence de ces rapprochements d'idées et de visions.
A cet effet, le FFS propose la tenue d'une conférence nationale de concertation et de dialogue regroupant les forces vives du changement démocratique dans des délais raisonnables», a souligné le parti dans un communiqué signé par son premier secrétaire, Hakim Belahcel.
Cette rencontre «servira d'assise et de rampe de lancement à un vrai pacte politique consensuel qui définira par la suite les contours du processus de transition démocratique dans le pays», a expliqué le parti. Alors que les propositions de sortie de crise formulées par l'opposition se multiplient, le FFS a exprimé son «entière disponibilité à les discuter et à les débattre dans un cadre approprié et favorable à l'émergence d'une issue consensuelle et adaptée à la crise multidimensionnelle qui mine l'avenir du pays».
«Nous devons immédiatement apporter notre pierre à cet édifice de transition démocratique, tout en restant en phase avec les revendications légitimes exprimées par les millions d'Algériennes et d'Algériens», a insisté le parti. «Soucieux de l'impératif du succès de cette initiative de rapprochement politique et conscient de sa portée sur le devenir du pays», le parti propose que cette rencontre se tienne «sans préalables et sans conditions».
«Le FFS est disposé à contribuer activement à mettre en œuvre ce projet politique qui est salutaire pour l'avenir du peuple et de la nation. Agissons et travaillons ensemble sans préjugés et sans calculs afin de faire triompher cette formidable révolution populaire et la délivrer de la persécution du pouvoir despotique», a assuré le parti, qui a déjà entamé «un programme de rencontres avec des personnalités nationales et associatives évoluant dans divers horizons».
Le FFS, qui milite depuis sa création pour une Assemblée constituante, a dénoncé à nouveau les «manœuvres» et les «manigances» du régime visant à faire capoter le mouvement de la contestation qui dure depuis le 22 février. «La dernière forfaiture politique ‘‘fabriquée de toutes pièces'' par les laboratoires du régime fut le simulacre de dialogue qui a été boudé par tout le monde, y compris les partis proches du sérail ainsi que par le chef de l'Etat par intérim lui-même», a fustigé le parti.
«Devant cette situation de flottement politique généralisée et face à l'entêtement pesant du pouvoir, les vraies forces du changement doivent agir. Elles doivent être à la hauteur du contexte politique qui devient de plus en plus épineux», a souligné le plus vieux parti de l'opposition. H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.