Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film marocain à l'ouverture du 1er Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger
Cinéma
Publié dans Le Temps d'Algérie le 04 - 11 - 2013

La première édition du Festival culturel maghrébin du cinéma prévue du 3 au 8 novembre à Alger a été inaugurée dimanche à la salle El Mouggar par le long métrage de Selma Bargach "La cinquième corde", un mélodrame dans lequel la musique offre des alternatives de changement à une jeunesse en quête d'ouverture vers un nouveau monde, approprié à ses aspirations.
Premier long métrage de la cinéaste marocaine qui en a également écrit le scénario, "La cinquième corde", une fiction de 98 minutes, répercute sur le grand écran un nouveau regard en quête de tolérance traduisant la nécessité d'une nouvelle vision sur une culture enracinée depuis des siècles.
Réalisé en 2011, le long métrage qui a obtenu plusieurs distinctions et participé à des rencontres internationales, relate le parcours créatif de Malek, un passionné de luth, qui, voulant encore progresser, arrive chez son oncle Amir, maître de musique et détenteur du secret de la 5ème corde, symbole de renouveau que Ziryab a ajouté à son "Oud" au VIII siècle.
Rencontrant Laura, Malek affiche clairement son obstination à vouloir percer le mystère de la 5ème corde, signe d'une volonté prononcée à se libérer du conservatisme de son oncle qui devient furieux lorsqu'il entend son neveu jouer sa première composition où le luth n'est plus dans la tradition mais dans un mélange de sonorités jazz, aux allures modernistes.
"Le parcours de Malek jalonné d'épreuves est aussi celui de centaines de jeunes incompris et sans soutien, vivant en marge de la société", explique Selma Bargach, avant d'ajouter, "c'est aussi celui de ceux qui ont gardé l'espoir et qui ont su s'inscrire dans une énergie fertile".
"La présence dans une fiction marocaine du comédien tunisien Ali Esmili, dans le rôle de Malek et celle de Safy Boutella qui a signé la musique du film, met en valeur cette synergie dans le fait culturel qui permis entre autre, la réussite de ce projet", a noté un observateur.
Née à Casablanca, Selma Bargach étudie l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts-métrages avant de se lancer dans le long-métrage et a soutenu un doctorat sur le thème "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain".
Le premier Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger verra la projection de 15 courts métrages, 11 longs métrages et 9 films documentaires représentant outre l'Algérie avec 11 productions, la Tunisie et le Maroc avec 10 productions chacun et la Mauritanie avec 4 productions.
Le déroulement du festival, réparti entre deux salles, connaitra quotidiennement la projection de quatre courts métrages et deux à trois longs métrages à la salle El Mouggar et une moyenne de deux documentaires par jour à la cinémathèque d'Alger où il est également prévu d'organiser tous les débats qui concernent l'ensemble des projections.
Les jurys des trois sections, composés d'universitaires et professionnels du cinéma au Maghreb seront présidés par Lamine Merbah pour le long métrage, Rabah Laradji pour le court métrage et Fadéla Mehal pour le film documentaire.
Dans la section longs métrages, l'Amayas d'or, plus haute distinction du festival, sera décerné à la meilleure fiction, ainsi que quatre autres prix qui récompenseront les meilleurs rôles masculin et féminin, le meilleur scénario et le prix spécial jury.
Les sections courts métrages et films documentaires seront quant à elles couronnées d'une seule distinction chacune, respectivement, l'Amayas d'or et le Grand prix du documentaire.
Par ailleurs, une conférence sur le thème de la post-production et la numérisation des films est programmée en marge du festival.
Auparavant, la cérémonie d'ouverture a été présidée par la ministre de la Culture Khalida Toumi, en présence du ministre des affaires étrangères Ramtane Lamamra, invité à l'inauguration de cette première édition ainsi que nombre de professionnels du septième art en Algérie et au Maghreb.
Le Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger se fixe pour objectif de faire connaître au grand public les productions récentes des jeunes auteurs et cinéastes maghrébins en particulier et de promouvoir et développer les échanges dans le domaine de la production cinématographique entre les pays du Maghreb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.