Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    AC Milan : Bennacer retenu pour le match contre l'Udinese    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que la fête du tapis est prévue du 17 au 21 Août: Les tisseuses d'Aït Hichem craignent pour leur métier
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 08 - 2017

A quelques jours de la tenue de la dixième édition de la fête du tapis d'Aït Hichem, dans la commune d'Aït Yahia, daïra d'Aïn-El-Hammam, prévue du 17 au 21 du mois en cours, les tisseuses de cette localité tirent la sonnette d'alarme quant aux contraintes auxquelles elles font face et qui portent atteinte à la pérennité de cette activité ancestrale qu'elles ont héritée de mère en fille.
C'est dans ce sens que les tisseuses en question appellent les pouvoirs publics concernés à octroyer une prime ou ce qu'elles appellent un près-salaire pour encourager ces femmes qui accordent un intérêt particulier à la sauvegarde de ce tapis. Initiée par l'association des femmes tisseuses pour la sauvegarde et la promotion du tapis d'Ait Hichem, Azetta, en collaboration avec le comité du village, cette nouvelle édition semble être une occasion pour les tisseuses d'exposer les problèmes qui les pénalisent à pérenniser leur activité qui, pour la quasi-totalité d'entre elles, constitue leur gagne-pain. A ce propos, Ghenima Lakroud, l'une des tisseuses et membre de l'Association Azetta, a soulevé le problème de l'inexistence de laine pure dans la wilaya de Tizi Ouzou et ce, depuis de longues années. «Nous voulons la création d'une usine de fabrication de laine au niveau local, pour assurer notre approvisionnement en cette matière première au niveau local au lieu de nous déplacer dans les wilayas de Ghardaïa, Laghouat ou Skikda pour faire les approvisionnements». «C'est pour cela qu'il est temps, dira-t-elle, de créer une unité de fabrication et de transformation de laine au niveau de la localité», a-t-elle insisté. Ainsi, les tisseuses d'Aït Hichem veulent la promotion de leur tapis non seulement au niveau national, mais aussi qu'il soit exporté à l'étranger. Pour cela, elles recommandent la mise en place d'un centre d'estampillage dont l'objectif est d'assurer la labellisation de leur produit et bien sûr son exportation sur le marché international. Les mêmes tisseuses n'ont pas hésité à affirmer que le tissage est en voie de disparition. Une menace qui les a poussées à créer leur association au mois de février dernier dont l'objectif est de sauvegarder ce patrimoine ancestral. A cet effet, elles ont appelé le gouvernement à rémunérer les femmes tisseuses pour les encourager à sauvegarder ce tapis, tout en appelant les jeunes filles à s'impliquer dans ce métier et de rejoindre les centre de formation professionnelle pour avoir un savoir-faire dans la tapisserie et le transmettre aux futures générations. «Il faut qu'il y ait la relève dans ce métier car nous avons constaté un certain recul dans la confection de la tapisserie qui est confectionnée avec des dessins symétriques et tissée avec des calculs mathématiques», a regretté Fatiha Benaïssa. Cette dernière a indiqué que la promotion de ce tapis qui est une réelle richesse pourra contribuer favorablement au développement du tourisme de montagne, non sans insister sur la nécessité de maintenir le lieu de déroulement de cette fête du tapis au niveau du village Ait Hichem. «Nous n'accepterons jamais que cette fête soit décentralisée, mais nous combattrons pour qu'elle soit organisée au niveau de notre village», affirme-t-elle. Notons que lors de cette dixième édition, des stands d'exposition-vente et de démonstration de tapisserie seront installés au niveau de l'école primaire d'Aït Hichem. Des conférences-débats sur le tissage seront au rendez-vous tout au long de la tenue de cette 10e édition de la fête du tapis. Ainsi, cet évènement sera marqué par la participation de différents dispositifs d'aide à l'emploi de jeunes (Angem, Cnac, Ansej) pour expliquer aux tisseuses les modalités de contracter un crédit pour lancer une activité ou un atelier de tissage. un défilé de mode et deux galas sont programmés pour l'ouverture et la clôture de cette fête, a-t-on appris auprès des tisseuses.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.