«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN réitère son attachement à la repentance
Projet de loi criminalisant le colonialisme français
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 05 - 2010

La date historique du 8 mai 1945, qui est revenue dans son soixantième anniversaire rappeler les crimes de guerre commis par la France coloniale en Algérie, a coïncidé cette année avec un certain flou qui entoure les relations entre Alger et Paris.
A commencer par le refus de non-lieu par la justice française au diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, accusé dans l'assassinat de l'avocat Ali Mecili, survenu en 1987 à Paris, avant que ne vienne le ministre français des Affaires étrangères pour déclarer que «les relations entre la France et l'Algérie ne peuvent être bonnes qu'après que la génération des novembristes aurait quitté le pouvoir».
Et à la partie algérienne d'insister sur les excuses de la France officielle sur les exactions commises en Algérie. Et de là le projet de loi criminalisant le colonialisme proposé par le parti du Front de libération nationale soumis au gouvernement en février dernier.
Contacté par nos soins pour savoir où en est ce projet de loi, le porte-parole du FLN, Aïssi Kassa, qu'il faut toujours se référer à la déclaration du secrétaire général Abdelaziz Belkhadem à ce sujet lors de sa conférence de presse du 24 février dernier, et ce, au lendemain de la nomination du nouveau bureau politique du parti.
Interpellé sur une éventuelle démarche à venir de la part de son parti afin d'accélérer le processus quant à l'aboutissement du projet de loi en question, notre interlocuteur a signifié qu'il n'existe pas encore de nouveaux rebondissements dans ce volet et l'affirmation de Belkhadem le 24 février dernier, en déclarant que le projet est toujours en étude auprès du gouvernement, est de mise au sein de son parti.
Ce qui signifie qu'une éventuelle évolution dans ce dossier n'est pas encore à l'ordre du jour chez le FLN.
A priori, dans un communiqué qu'il a rendu public vendredi, le FLN déclare qu'«il ne se contentera pas de réitérer les revendications légitimes du peuple algérien de
criminalisation du fait colonial mais affirme la continuité entre les générations de la nation et l'accroissement de l'esprit nationaliste à l'intérieur du pays et parmi l'émigration dans le monde»,
tout en précisant que le parti «ne se lassera jamais» de revendiquer la reconnaissance de la vérité du crime colonial en Algérie ni d'exiger des excuses officielles et l'indemnisation du peuple algérien.
Le FLN a une nouvelle fois exprimé sa ferme condamnation de «la campagne féroce menée par les apologistes du colonialisme et tous ceux qui veulent établir leur présence au détriment des chouhada et des vérités historiques».
Par ailleurs, notre interlocuteur, que nous avons interpellé sur la polémique entourant le livre du secrétaire général du RCD, Saïd Sadi, sur le colonel Amirouche, intitulé Amirouche :
une vie, deux morts, un testament, et ce, suite aux déclarations de l'ancien président du HCE, Ali Kafi, le porte-parole du FLN pense que «l'écriture de l'histoire est un débat qui reste toujours ouvert, mais cette mission doit se faire selon des règles scientifiques…
et doit être réservée à des gens outillés car la recherche de la vérité est complexe». Tout en précisant qu'au sein de son parti on pense que l'écriture de l'histoire doit se faire selon un dialogue serein et loin de toute instrumentalisation à des fins subjectives, le porte-parole du FLN estime qu'«aucun ne détient le monopole sur l'écriture de l'histoire, ni encore le pouvoir de détenir toute la vérité, il peut toujours exister des contradictions».
mais lorsqu'«il y a des affirmations d'une volonté délibérée, l'histoire peut être faussée», tout en précisant que ça restera toujours un avis personnel, puisque le parti FLN n'a pas émis quoi que ce soit sur cette polémique qui restera, selon lui, un débat concentré entre seulement trois ou quatre personnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.