Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Je suis inquiète...»
MME HANOUNE À PROPOS DES ELECTIONS LOCALES
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2012

«Les prochaines élections constituent un tournant important dans la vie du pays»
Le peu d'engouement des partis politiques pour le rendez-vous électoral du 29 novembre prochain est un mauvais signe pour le PT.
Les élections législatives du 10 mai dernier semblent avoir beaucoup marqué le Parti des travailleurs qui redoute un scénario analogue lors des prochaines municipales. En conclave durant deux jours dans la ville touristique de Zéralda, les membres du comité central sont revenus sur ce scrutin et sur les résultats qui l'ont sanctionné, accusant le FLN et le RND d'avoir détourné, à leur profit, des centaines de milliers de voix, avec la complicité de l'administration. «Les élections législatives du 10 mai ont été entachées par de nombreuses irrégularités qui ont profité essentiellement au FLN et au RND. Partout, le PT a terminé en tête, mais le détournement des voix au profit de ces deux formations a fait perdre à notre parti un nombre incalculable de sièges», a déclaré, hier, Louisa Hanoune, en marge des travaux du CC. Qualifiant ces élections de triste épisode, la présidente du PT dit s'en remettre aux membres de son comité central qui décideront de la participation ou non du parti aux élections communales et de wilaya, prévues pour le 29 novembre prochain. «Les prochaines élections constituent un tournant important dans la vie du pays. Cela fait des mois que nous les préparons, mais nous n'avons pas encore pris de décision quant à notre participation. Tout se décidera à l'issue des travaux du comité central qui étudiera la situation, en pesant le pour et le contre, avant de faire connaître sa position.» Se disant très inquiète quant au peu d'engouement qu'elles suscitent auprès des citoyens, Louisa Hanoune en appelle au président de la République pour qu'il intervienne et donne des garanties concernant l'organisation du scrutin. Usant de la métaphore «chat échaudé craint l'eau froide», la conférencière trouve normal le manque d'engouement des citoyens qui en ont marre, dit-elle, des tricheries et des promesses non tenues. «La mise à jour du fichier électoral, l'assainissement des listes pour éviter que des électeurs ne soient portés sur plusieurs registres, l'arrêt du processus d'attribution d'agrément à des partis qui ne représentent qu'eux-mêmes, sont indispensables et peuvent susciter un meilleur engouement de la part des électeurs», a-t-elle souligné. Revenant sur les élections de 2007 qui ont vu le PT se présenter dans près de 1000 APC, Louisa Hanoune est persuadée que son parti est sur une trajectoire ascendante et que si les élections du 29 novembre sont transparentes et ne sont pas entachées d'irrégularités et si le CC donne son feu vert, le Parti des travailleurs en serait le grand vainqueur. Adepte des formules chocs et analysant la crise interne qui secoue présentement les partis au pouvoir, la dame de fer parle de chat qui se mord la queue, allusion au nomadisme politique et aux défections en cascade d'élus du FLN et du RND qui ont rejoint d'autres formations politiques. «Ces partis se sont fait hara-kiri, en refusant d'amender le texte de loi relatif au nomadisme politique. A la longue, il s'est retourné contre eux.» Louisa Hanoune a abordé, ensuite, les questions brûlantes de l'actualité nationale et internationale. Selon elle, le nouveau gouvernement ne diffère pas beaucoup de l'ancien parce qu'il n'a pas en son sein de véritables technocrates capables de répondre aux préoccupations des citoyens et relancer la machine économique. «Nous ne nous reconnaissons pas dans ce gouvernement. De même que nous refusons les concessions faites aux investisseurs étrangers afin, soi-disant, de les inciter à venir investir chez nous.» Pointant un doigt accusateur en direction du FCE, Louisa Hanoune est convaincue qu'il défend les intérêts des patrons étrangers. «Nous sommes contre la révision de la loi sur les hydrocarbures ainsi que celle relative à la suppression ou réduction de certaines taxes pour drainer les investisseurs étrangers», a-t-elle martelé. Irritée par les problèmes auxquels est confronté, actuellement, le secteur de l'éducation, Mme Hanoune plaide pour un plan Orsec pour sauver les 8.300.000 élèves et extirper l'Ecole algérienne des griffes de ceux qui s'opposent à son essor. Idem concernant l'université qui, selon elle, est une bombe à retardement en raison des multiples problèmes qu'elle vit, particulièrement, ces dernières années.
La question de la Syrie et la sécurisation de nos frontières ont été, aussi, abordées par Louisa Hanoune qui pense que l'Algérie est toujours menacée en raison de ses positions courageuses et de l'intérêt qu'elle porte aux causes justes et aux pays qui luttent pour recouvrer leur liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.