32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Un vendredi sans heurts    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les jeux sont faits
ELECTION DU NOUVEAU SECRETAIRE GENERAL DU FLN
Publié dans L'Expression le 28 - 08 - 2013

L'hôtel El Aurassi où aura lieu la réunion du groupe de Boumehdi
Le retour en force de Amar Saâdani, est le résultat d'un long parcours politique partisan, marqué par son soutien indéfectible au Président Bouteflika.
C'est presque acquis, le futur secrétaire général du FLN est presque déjà connu: c'est Amar Saâdani, l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale. L'ex-n°3 de l'Etat bénéficie pour son élection du soutien fort du clan présidentiel, de l'allégeance des dizaines de députés et sénateurs, mais surtout d'un nombre important des élus du comité central du FLN, qui sont convoqués jeudi et vendredi prochains pour élire le nouveau secrétaire général à l'hôtel Aurassi.
Amar Saâdani sera donc officiellement «installé» demain à la tête du Front de libération nationale comme l'avait souhaité le clan présidentiel.
Juridiquement, Saâdani sera élu si certains membres n'assisteront pas à la réunion, puisque la session de la dernière réunion du comité central, qui avait destitué Belkhadem était restée ouverte. Le nom de Saâdani comme futur SG avait déjà circulé juste après le départ de l'ancien SG, Abdelaziz Belkhadem, il y a environ neuf mois, mais la prise en main du parti par Belayat et la constitution de clans dans l'ex-parti unique, l'élection de Saâdani avait été retardée. Mais depuis que Boumehdi a obtenu le quitus «politique» du ministre de l'Intérieur, Daho Ould Kablia, pour organiser la réunion du comité central à El Aurassi, les choses se sont très vite précipitées et les traits du nouveau secrétaire général du parti majoritaire à l'Assemblée sont de plus en plus visibles. D'autant plus que de nombreuses pointures du FLN se sont ralliées au camp de Saâdani depuis 24h, c'est le cas notamment de Amar Tou, Abdelaziz Ziari et Rachid Harraoubia, les trois ministres membres du bureau politique du FLN qui ont décidé d'assister à la réunion du comité central, mais également Abdelhamid Si Affif qui s'était opposé dans le passé à l'élection de Saâdani au poste de SG et qui a décidé de se rallier à sa cause pour préserver «l'unité et la cohésion du parti», «favoriser l'intérêt du parti», ne pas être à l'origine «d'un approfondissement de la crise ou de la division» et par «respect aux institutions de l'Etat, notamment celle qui a délivré l'autorisation». Amar Saâdani a bénéficié même du soutien «indirect» de l'ex-SG Abdelaziz Belkhadem qui a décidé de ne pas se porter candidat, mais qui a appelé les membres du CC à se rendre à El Aurassi (Nom qui tire son étymologie des Aurès, lieux de départ de la Révolution algérienne), pour l'unité des rangs et la primauté de la raison. Même si l'ex-patron du FLN n'assistera pas à la réunion du comité central, affirmant que le plus important est de tenir la réunion du CC et de recourir à l'urne avec une liberté de candidature.
Ce retour en force de Saâdani est le résultat d'un long parcours politique partisan. Président de la coordination nationale de ses comités de soutien à l'élection de Bouteflika en 1999, ce fils de moudjahid, natif de Tunis, était membre de l'Ugta, membre du conseil syndical national de Sonatrach, secrétaire général adjoint de l'Union arabe du pétrole, membre du conseil national de la Fédération du pétrole et des mines (pendant 26 ans), secrétaire de mouhafadha (pendant 15 ans), député 1997 et 2002, vice-président de l'Assemblée populaire nationale et élu président de l'Assemblée populaire nationale le 23 Juin 2004 en remplacement de Karim Younès. Avant de connaître, à partir de 2009, une légère traversée du désert. En 2012, il a été même empêché de se présenter aux élections législatives, lui qui était pourtant le président de l'APN.
Aujourd'hui, il revient par la grande porte et occupe le poste le plus prisé et le plus important sur la scène politique, celui à la fois du parti historique et celui de la majorité à l'Assemblée.
Au quartier général de campagne de Amar Saâdani à la mouhafadha de Hussein Dey, c'est l'euphorie. Le téléphone et le fax ne cessent de vibrer pour donner naissance aux multiples messages de soutien et d'allégeance.
L'ultime tentative de résistance d'anciens responsables de l'ex-parti unique, parmi eux, l'actuel président du groupe parlementaire du tiers présidentiel au Sénat, Mohamed Boukhalfa, les sénateurs du même tiers présidentiel, Salah Goudjil, et Affane Guezzane, Djillali, Abdelkrim Abada, Hadi Khaldi pour l'empêcher d'arriver au poste de SG n'aboutira sûrement pas. Et à l'heure où nous mettons sous presse, certains de ces opposants risquent de rallier sa cause avant la réunion capitale du 29 août.
Si l'élection de Saâdani est officiellement confirmée, reste à savoir quel est son objectif réel sur l'agenda politique du pays, dominé par la prochaine élection présidentielle en avril 2014. Le nouveau SG du FLN qui n'a pas d'ambition politique pour se présenter comme candidat, serait-il en train de baliser le terrain pour la candidature de Abdelaziz Belkhadem, qui, lui, n'a jamais caché ses ambitions présidentielles pour 2014. Si c'est le cas, il existe des institutions républicaines qui devront intervenir pour mettre fin à cette alliance dangereuse pour l'avenir du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.