SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    8 con seils pour améliorer sa santé mentale    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    Nouvelles attaques de l'Armée sahraouie contre des positions des forces d'occupation marocaine    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coup d'envoi du Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger
"Une tribune au débat, à la réflexion et à la recherche"
Publié dans Liberté le 05 - 11 - 2013

Pour cette 1re édition, un total de 35 films (longs et courts métrages et documentaires) d'Algérie, de Mauritanie, du Maroc et de Tunisie seront en compétition jusqu'au 8 novembre pour décrocher le grand prix, l'Amayas d'or.
Le Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger a été inauguré dans la soirée de dimanche avec le film marocain La 5e corde de la réalisatrice Selma Bergache, dans le cadre de sa première édition organisée sous le haut patronage du président de la République et sous l'égide de la ministre de la Culture. "Ce festival offre une occasion et une tribune au débat, à la réflexion commune, à la recherche solidaire des voies et moyens à même de lever les entraves au rayonnement du film maghrébin, chez lui, au Maghreb", a souligné Khalida Toumi, dans son allocution. Dans l'esprit de la création d'un espace de "partage et de communion", le coup d'envoi a été donné avec la projection du film marocain (malgré les tensions entre les deux pays) de la réalisatrice Selma Bergache. La 5e corde (2011), d'une durée de 98 minutes, traite de la musique andalouse, à travers son personnage principal Malek (Ali Esmili), un jeune luthier, qui aspire à évoluer en composant sa propre musique. Mais aussi à percer le secret de la 5e corde, du maître de l'andalou Ziryab. Sur une musique signée Safy Boutella, le spectateur est transporté tout au long de cette fiction par les jolies compositions de musique andalouse et parfois de flamenco et quelques sonorités jazz. On perçoit dans le personnage de Malek l'espoir de la jeunesse maghrébine de vouloir contourner son destin et réaliser son propre chemin. Le personnage se bat contre vents et marées pour arriver à ses fins : jouer de la musique. Par contre, de nombreuses failles gâchent la trame du film, notamment le montage (le fil conducteur est quasi absent, on se retrouve projeté d'une scène à une autre sans qu'il n'y ait de logique), les comédiens sont nonchalants et peu crédibles. Malgré ces inconvénients, La 5e corde reste une jolie œuvre musicale. Cette première édition verra la projection de 35 films entre documentaires, courts et longs métrages d'Algérie, du Maroc, de Tunisie et de Mauritanie. La Libye participera dans le jury des différentes catégories et aux tables rondes. Parmi les longs métrages : Le Repenti de Merzak Allouache (Algérie), Les chevaux de Dieu (Maroc) de Nabil Ayouch, Mille Feuilles, beautés cachées de Fouzi Bouzid (Tunisie). Pour la section court métrage, il sera présenté Les pieds sur terre d'Amine Hattou (Algérie), Fleurs de Tiwilit de Wassim Korbi (Tunisie), Baba Noël de Walid Mattar (Mauritanie) et Sur la route du Paradis d'Uda Benyamina (Maroc). Pour les documentaires, on peut citer : El-Oued, El-Oued de Abdenour Zehzah (Algérie), 1989 de Djibril Djaou (Mauritanie), C'était mieux demain de Hind Boudjemaa (Tunisie) et Femmes hors-la-loi de Mohamed El-Aboudi (Maroc). La salle El-Mouggar verra la projection des longs et courts métrages. Quant aux documentaires, ils seront diffusés à la cinémathèque d'Alger. Consacrés à la compétition, les 11 longs métrages (Algérie, Tunisie et Maroc) se disputeront le grand prix du festival, l'Amayas d'or, le prix spécial du jury, le prix du meilleur scénario et le prix de la meilleure interprétation masculine et féminine. Les 15 films courts (Algérie, Tunisie, Mauritanie et Maroc) concourront aussi pour l'Amayas d'or du festival culturel du cinéma maghrébin. Les 9 documentaires (Algérie, Tunisie, Mauritanie et Maroc) seront consacrés par le Grand prix du documentaire. Outre les projections, le festival sera ponctué d'une conférence sur la "Post-production et numérisation de films : nouvelles technologies", par des professionnels de la Société éclair (Paris). Et un séminaire sur "Pour une dynamique de co-production et de distribution des films maghrébins dans l'espace Maghreb" (à l'intention des cinéastes, producteurs et distributeurs du Maghreb).
H M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.