Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De grands retards dans les infrastructures
RENTREE UNIVERSITAIRE À TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 17 - 09 - 2014


Tous les responsables sont sur la brèche
Les statistiques et les chiffres cachent les vrais problèmes des étudiants.
La rentrée universitaire s'annonce difficile cette année. C'est presque l'avis de tous les responsables concernés qui ont pris part au conseil de wilaya consacré justement à ce sujet avant-hier. Comme prévu, présidée par le wali, la réunion s'est tenue avec la présence des entreprises de réalisation et des bureaux d'études concernés, le recteur de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, le contrôleur financier, le trésorier de la wilaya, les directeurs des équipements publics, le contrôleur technique des constructions, le chef de daïra de Ouaguenoun, les directeurs de Lnhc de Tizi Ouzou, du Douh, du Douc.
Pour sa part, Le directeur des équipements publics précisait que dans le cadre de la préparation de la rentrée sociale, toutes les dispositions nécessaires ont été prises par ses services pour aplanir toutes les créances des entreprises. Une démarche qui contribuera amplement à concrétiser les projets.
Pour le même orateur, le projet de 7000 places pédagogiques dont l'entreprise Cosider est en charge est en construction alors que les nouvelles facultés 7000/14.000 places pédagogiques à Tamda ont atteint un taux physique d'avancement de 33% et de consommation de délais contractuels de 63%.
Ce qui ne semble pas satisfaire le même responsable qui reconnaît que le rythme des travaux demeure en-deçà des attentes, car le chantier possède un effectif ouvrier suffisant pour faire mieux. Malgré la promesse de livrer le projet dans des délais raisonnables, il paraît évident que l'engagement de l'entreprise ne convainquait pas grand-monde. Un fait pour lequel celle-ci a été instruite de travailler plus.
Aussi, pour parer à toute fâcheuse éventualité, le conseil de wilaya a prévu une autre séance de travail afin de mieux cerner les problèmes rencontrées par les entreprises. Elle se déroulera, en cette fin de semaine, en présence de tous les partenaires au siège de la direction des équipements publics. Toujours dans le même souci d'accélérer la cadence, le wali a instruit le directeur des équipements publics d'appliquer rigoureusement la réglementation régissant les marchés publics et à lancer les procédures requises en vue de redynamiser les projets.
Par ailleurs, l'intérêt accordé aux divers chantiers de construction des infrastructures ne devrait pas faire oublier les conditions d'hébergement des étudiants. Les chiffres sur l'état d'avancement des chantiers et le nombre de places et autres statistiques ne sont pas les points qui intéressent les étudiants et leurs parents. Ce qui les préoccupe, c'est plutôt la sécurité à l'intérieur des campus.
Les années précédentes, les étudiants ne faisaient pas de grèves et des marches pour appeler les entreprises à livrer les chantiers. Cela relève des préoccupations des services concernés. Ils élevaient la voix plutôt pour ale0rter les pouvoirs publics sur la dégradation de la sécurité dans les cités universitaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.