TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tsunami de
MARCHE DES LEGUMES
Publié dans L'Expression le 06 - 11 - 2014

Devant l'absence de contrôle des prix, le citoyen est livré au diktat des spéculateurs.
Ça devient presque un luxe. Après les viandes et les fruits, les légumes prennent des ailes. Les prix des produits de base donnent sérieusement le tournis.
Les familles nombreuses souffrent sérieusement de la crise de l'assiette. Avec des prix exorbitants, un simple plat revient trop cher pour les petites bourses. La pomme de terre, la reine de la cuisine, passe de 35 DA à 80 jusqu'à 100 DA le kg. Selon les statistiques de l'Ugcaa, la pomme de terre a battu le record avec une flambée de plus de 150% par rapport à la même période de novembre 2013.
Les autres produits ne sont pas en reste. L'oignon, qui était à 20 DA il y a quelques semaines, a grimpé pour atteindre les 60 DA le kg pour ne pas dire plus.
La tomate se fait encore désirer en haut des 90 DA le kg. Pour les navets et les carottes qui étaient les moins chers, ils se situent entre 80 et 100 DA le kg. La salade ne dégrippe pas en se maintenant entre 120 et 150 DA le kg. N'en parlons pas pour la courgette qui a mis la barre haute et se négocie entre 160 et 180 DA le kg.
Un petit tour d'horizon permet de constater le triste quotidien des pères de famille.
«Le marché est devenu comme une pharmacie», ironise une vieille dame pour commenter la flambée des prix. Rencontrée au marché de Kouba, cette sexagénaire revient avec un couffin presque vide. «Tout est cher on va se mettre au régime», se plaint-elle. Pour les fruits, c'est une autre histoire. Les fruits sont à la portée des familles aisées. Avec des bananes à 180 DA et le raisin de fin de saison qui dépasse la barre de 300 DA, ces deux fruits affichent une augmentation de plus de 40% et de 140% respectivement. Devant l'absence de contrôle des prix, le citoyen est livré au diktat des spéculateurs. Le pire est que la flambée enregistrée à la veille des fêtes s'installe dans la durée. Que fait le ministère du Commerce? Où sont les quantités stockées de pomme de terre?
Quel est le rôle du Syrpalac? Cette situation traduit encore une fois l'échec des mécanismes pris par le gouvernement dans la gestion et le contrôle des produits de large consommation. Alors que d'importantes quantités de pommes de terre ont été stockées durant le mois d'août dernier, son prix reste élevé en raison de la pénurie. Pourtant, le président du Conseil national interprofessionnel de la pomme de terre (Cnifpt), Bachir Séraoui a déclaré en mai dernier que l'Etat a réactivé le système Syrpalac. Il a même avancé que les quantités stockées «avoisinent les 250.000 tonnes». Comment expliquer cette flambée? «La flambée des prix de fruits et légumes sur les étals est imputable aux commerçants de détail. J'appelle les autorités publiques à plafonner les prix des produits agricoles frais et à fixer une marge bénéficiaire afin de maîtriser les prix», accuse le secrétaire général de l'Ugcaa, Salah Souilah, qui dénonce les marges bénéficiaires des revendeurs.
Cependant, le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes relevant de l'Ugcaa, Mustapha Achour, estime que la hausse des prix a atteint également les marchés de gros et qu'il impute aux «carences de la régulation» de ces marchés pénalisés par la spéculation. Selon lui, la hausse s'est aussi accentuée par le manque de pluie. «C'est l'anarchie totale. Comment voulez-vous que les prix soient maîtrisés?», s'indigne-t-il avant d'observer qu'avec la baisse de productivité causée par le déficit pluviométrique, «la spéculation gagne de plus en plus de terrain». Le citoyen reste le seul perdant dans cette affaire. Le président de l'association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce), Mustapha Zebdi, réclame, pour sa part, un débat entre les autorités publiques, les producteurs et commerçants sur les prix des produits agricoles. Pour lui, «les prix des fruits et légumes ont atteint des niveaux inadmissibles. Nous appelons les pouvoirs publics à réagir afin de préserver le pouvoir d'achat du consommateur». L'Etat n'a aucun poids sur le marché qui est livré à la mafia de la spéculation. Celle-ci fait la pluie et le beau temps loin de tout contrôle ni la moindre amende.
Avec le retour de la pluie, les récoltes seront perturbées ce qui risque de faire grimper les prix des légumes. Face à cette situation, le gouvernement doit assumer ses responsabilités pour éviter une éventuelle émeute comme celle de l'huile et du sucre en janvier 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.