Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ça gronde toujours
PROTESTATIONS À TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 04 - 12 - 2014

Une vue de Tizi Ouzou
Les actions de protestation se poursuivent et se ressemblent dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Cette fin de semaine, c'est au tour des futurs dentistes, en formation à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, d'investir le terrain de la contestation. Les étudiants en médecine dentaire ont, en effet, observé un rassemblement de protestation à l'intérieur du Centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed, dans le but de déplorer les problèmes auxquels ils font face. Cette montée au créneau intervient après le dépôt d'une plainte contre des internes en médecine dentaire. La goutte qui a fait déborder le vase est la réception d'une convocation de la part d'un huissier de justice informant les trois internes qu'une action en justice est intentée contre eux. Une action qui fait suite à l'observation, par les concernés, d'une grève jugée illégale et ce, à la clinique dentaire de M'douha. Les étudiants mécontents se demandent pourquoi sur les centaines de leurs collègues ayant observé ladite grève, seuls ces trois ont fait l'objet de poursuites. Les concernés précisent, par ailleurs, que le débrayage en question a été décidé par l'ensemble des étudiants et non pas par les trois «mis en cause» seulement. Du côté de la direction du CHU, on laisse entendre que la prise en charge des revendications des étudiants en question ne relève point des prérogatives de l'hôpital puisqu'elles sont inhérentes au volet pédagogique. Il incombe donc à la faculté de médecine de l'université de Tizi Ouzou de trouver la solution aux problèmes posés, toujours d'après la direction du CHU de Tizi Ouzou.
A l'université de Tizi Ouzou, ce sont les travailleurs affiliés au syndicat Snapap qui observent une grève de trois jours. Un débrayage dont la tenue a été décidée le 5 novembre dernier, un préavis de grève avait été déposé au rectorat de l'université «Mouloud-Mammeri» ainsi qu'à l'inspection du travail de la wilaya de Tizi Ouzou. Les grévistes déplorent, entre autres, un problème de logements de fonction. A travers cette action de protestation, les employés de l'université entendent exiger plus de transparence dans la gestion du dossier inhérent aux 200 logements LSP en cours de réalisation à Tamda et dont les travaux ne cessent d'être retardés. C'est la deuxième action de protestation à être menée en moins de trois mois, après celle d'octobre dernier, rappelle-t-on. Enfin, et toujours dans le sillage des grèves et des actions de protestation, les travailleurs de la direction des transports de la wilaya de Tizi Ouzou observent actuellement un débrayage de trois jours. La grève en question a été initiée par la section syndicale de l'Union générale des travailleurs algériens de la direction de wilaya des transports. Le débrayage a été appuyé par un sit-in observé par tous les employés, qui ont répondu favorablement à l'appel de l'Ugta. La grève en question a été suivie à plus de 60%. A l'origine de ce mécontentement, le recrutement de nouveaux travailleurs alors que les contestataires exigent la promotion de ceux qui sont déjà en poste depuis plus de 25 ans mais aussi une dizaine d'autres problèmes restés en suspens, en dépit de maints rappels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.