Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les consommateurs n'ont pas suivi
APPEL À UNE GRÈVE DU COUFFIN
Publié dans L'Expression le 21 - 12 - 2014


Dans certains marchés, la grève à été suivie...
Faute de production, le consommateur souffre des conséquences du manque de suivi, à commencer par la production, le marché de gros et le marché de détail.
L'association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce) échoue dans son appel au mouvement de boycott des produits, mais réussit tout de même, un bon coup médiatique. Programmée pour hier, samedi 20 décembre 2014, la journée sans achats a été marquée par des réactions mitigées de part et d'autre. Seule parmi 32 associations qui activent dans le domaine de l'action de protection des consommateurs, l'Apoce impose une question qui est revenue à plus d'un titre. «L'Apoce est-elle la plus intelligente et active que toutes autres associations, ou veut-elle se montrer sur le terrain, afin de gagner des espaces,» s'interroge-t-on dans le milieu des commerçants et consommateurs en même temps. Cris du coeur, SOS des consommateurs affaiblis par les prix très élevés des fruits et légumes dans les marchés, l'association Apoce a réussi tout de même a réduire le nombre des consommateurs qui ont l'habitude de se diriger vers le marché Ali Mellah, au 1er Mai, à Alger, afin de s'approvisionner pour les besoins de la journée ou pour les quelques jours qui suivent. «La Fédération nationale des consommateurs ne partage pas la même vision que l'Apoce qui dépend elle-même de la fédération. Ce n'est pas le moment et il n'y a pas que les fruits et légumes qui sont chers sur le marché national», a déploré Hassan Menaouar, vice-président de la FAC (Fédération algérienne des consommateurs). Qualifiant de manipulation et de tentative de coup médiatique, le mouvement de boycott annoncé par l'association Apoce, il est passé inaperçu dans la plupart des marchés que nous avons visités dans la capitale. Pis encore, des responsables du marché de gros à Eucalyptus, n'ont pas manqué de souligner que cette journée a été marquée par la présence des commerçants qui sont venus des 48 wilayas afin de s'approvisionner en marchandises. Contrairement à la FAC, l'organisation des commerçants Ugcaa, soutient l'action. Hadj Tahar Boulanouar, porte-parole de l'Ugcaa ne badine pas avec l'intérêt général des consommateurs et des commerçants en même temps. «Le problème des prix réside dans la problématique du marché de l'offre et de la demande. Il faut bien mettre un terme à la spéculation et à la maffia des importations qui s'enrichissent aux dépens de la production nationale», dira-t-il. «Cette journée de boycott à profité davantage aux grossistes du marché de gros des Eucalyptus et plus. Nous avons des pommes, des mandarines de 1er choix et sans pépins qui se vendent à 25 DA/kg, mais malheureusement, les consommateurs courent toujours derrière le produits d'importation», déplore-t-on. Tout en dénonçant la cherté des prix des fruits et légumes qui ont atteint le plafond, tels que la courgette et les haricots verts qui se vendent à 200 DA, le poivron 120 à 150 DA, la pomme de terre 75DA/kg, la salade verte à 120DA/kg, consommateurs et commerçants s'accordent sur le même sujet qui revient toujours au manque de production et autres produits d'importation inutiles qui influent négativement sur la production locale. «Il est préférable d'apprendre à pêcher le poisson, que de l'avoir frais», dit le dicton chinois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.