Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une fortune qui va à la...poubelle
PEAUX DES MOUTONS DE L'AID
Publié dans L'Expression le 15 - 09 - 2016


Un vrai gâchis
Plus de 4 millions de peaux de moutons qui peuvent être collectés en une journée, c'est tout une industrie qui peut tourner avec.
Autres temps, autres moeurs! La mondialisation et l'importation ont relégué au second plan les vêtements et autres matelas en laine de mouton. Fini donc le bon vieux temps où nos femmes laissaient sécher les peaux de moutons après le sacrifice de l'Aïd avant de les laver et leur retirer la laine, puisque désormais cette dernière ne leur est d'aucune utilité, les foyers préférant mettre ces fameuses peaux à la poubelle! Ces peaux ont inondé les bacs à ordures et envahi nos trottoirs où elles sont abandonnées après le dépeçage du mouton. En plus de nuire à leur environnement avec les odeurs nauséabondes que dégagent ces peaux abandonnées, les gens ne savent pas qu'ils mettent une fortune à la poubelle! Plus de quatre millions de peaux de moutons qui peuvent être collectées en une journée, c'est tout une industrie qui peut tourner avec.
Les manufactures du cuir en Algérie qui sont en pleine léthargie pourraient sortir de leur coma grâce à ces peaux. Des emplois directs et indirects peuvent même être créés dans leur collecte et leur transformation. Un véritable exploit en ces temps de crise où chaque dinar qui rentre et chaque nouveau poste de travail créé comptent. Mieux encore, la laine et le cuir qui en ressortent, après le tannage peuvent être une source de devises pour le pays. Le cuir algérien est très apprécié à l'étranger. Il a une haute valeur, étant considéré comme l'un des meilleurs cuirs au monde. A la belle époque de l'industrie du cuir du pays, les mastodontes mondiaux de la tannerie venaient s'approvisionner chez nous. Imaginons alors ce que cela pourrait nous rapporter... Le commerce international du cuir représente 43 milliards de dollars. La part de l'Algérie est devenue quasi-inexistante dans le domaine. Pourtant, son potentiel est énorme! Elle a le plus grand cheptel du Maghreb avec près de 35 millions de têtes. Mais paradoxalement, toute l'industrie du cuir dans le pays est paralysée par le manque «criard» de matière première. Les tanneries algériennes manquent de peau. Ce sont donc des millions de dollars qui sont perdus dans les difficultés de la collecte et la commercialisation d'un produit à faible valeur ajoutée, car la collecte reste archaïque et informelle. Seuls quelques malins font le tour des maisons et des poubelles pour les récupérer! Mais ce ne sont pas des professionnels du domaine. Ce ne sont que de jeunes débrouillards qui abandonnent la collecte du plastique et de la ferraille, le temps d'un Aid El Adha. Certains ont des «touches» directement avec les tanneries, ils les leur revendent à des prix qui varient entre 300 à 500 DA. Mais ils doivent d'abord laisser sécher ces peaux et les laver. Certains préfèrent donc passer par des intermédiaire, ils les revendent donc à 100 DA pièce. Ils perdent certes au change, mais ces jeunes issus de milieux défavorisés voient l'argent rentrer directement sans trop se casser la tête à les bichonner. Cette collecte, qui est informelle, reste cependant confinée seulement dans les régions qui ont une tannerie dans les environs ou au niveau des villes frontalières, notamment avec le Maroc et la Tunisie où ces peaux se vendent comme des petits pains. Dans les autres régions du pays, tant que cette peau ne se mangera pas, on préfère la jeter...Des milliards vont ainsi dans les poubelles!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.