Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Paris sur la voie de la repentance
CRIMES FRANÇAIS EN ALGERIE
Publié dans L'Expression le 13 - 03 - 2005

Les officiels et les médias français considèrent que la tragédie du 8 mai 1945, reste l'une des pages les plus sombres de l'histoire des deux pays.
«Excellence, nous aimerions vous voir renouveler à Guelma, si vous le désiriez, l'initiative symbolique que vous aviez effectuée à Sétif». C'est là, un extrait d'une lettre adressée par le président de l'association du 8 Mai 1945 de Guelma à M.Hubert Colin de Verdière, ambassadeur de France en Algérie. Dans sa missive M.Saci Benhamla a estimé que les propos de M.de Verdière, tenus récemment à Sétif, ont été appréciés, à juste titre par l'opinion publique «qui considère qu'il s'agit bel et bien d'un grand pas sérieux et appréciable, de la part des autorités françaises, dans l'attente qu'un jour, l'Etat français décide enfin de présenter au peuple algérien des excuses officielles...» A quelques encablures, donc de la signature par les présidents Bouteflika et Chirac, à Paris, au courant de ce semestre, de l'accord d'amitié algéro-français, les officiels et les médias français considèrent que la tragédie du 8 mai 1945, à Sétif, Guelma et Kherrata reste l'une des pages les plus sombres de l'histoire des deux pays. «Tragédie inexcusable» et «massacre» sont les termes utilisés par l'ambassadeur de France pour qualifier les évènements du 8 mai 1945, lors de sa visite dans la capitale des Hauts-Plateaux où il s'est recueilli devant la stèle du premier martyr des évènements, en l'occurrence Bouzid Saal. Par ailleurs, dans un article intitulé «Paris reconnaît que le massacre de Sétif était inexcusable», le quotidien Le Monde rappelle que «le 8 mai 1945, la France célèbre l'armistice marquant la capitulation de l'Allemagne nazie. De l'autre côté de la Méditerranée, on s'apprête également à fêter la victoire, d'autant que nombre d'Algériens ont donné leur vie pour la libération de la France». Ce jour-là, poursuit le journal, «une foule estimée à 10.000 personnes défile en scandant des slogans nationalistes». Plus loin, le journal relèvera que «la répression sera d'une brutalité extrême, disproportionnée (...) et de nombreuses exécutions sommaires se produisent, en particulier dans la ville de Guelma». Pour sa part, l'ambassadeur de France en Algérie a insisté dans un entretien récent avec Radio France Internationale sur le «travail de mémoire» qu'il faut faire sur les massacres du 8 mai 1945. M. de Vérdière a souligné qu' «il faut rapporter les faits tels qu'ils ont été, et établir la vérité concernant ces massacres». Il reste que même si le gouvernement français, comme les tortionnaires de la guerre d'Algérie refusent le principe de repentance, «le fait de qualifier ce qui s'est passé à Sétif en mai 1945 est essentiel pour pouvoir effectuer ce travail de mémoire qui doit, bien entendu, être fait avec des chercheurs algériens», a tenu à préciser, M. de Verdière.
C'est la première fois qu'un officiel français reconnaît, implicitement le caractère de crime contre l'humanité commis, à travers les boucheries du 8 mai 1945. S'exprimant devant les étudiants de l'Université Ferhat-Abbas, l'ambassadeur avait déclaré: «Je veux parler des massacres du 8 mai 1945, il y aura bientôt 60 ans : une tragédie inexcusable. Fallait-il, hélas, qu'il y ait sur cette terre un abîme d'incompréhension entre les communautés, pour que se produise cet enchaînement d'un climat de peur, de manifestations et de leur répression, d'assassinats et de massacres!» C'est là réellement un pas de géant dans la reconnaissance par la France de son passé colonial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.