BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif: 12.000 bouteilles par heure
M.ATTIA JUNIOR À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 12 - 06 - 2005

L'Expression: Pourriez-vous nous établir d'une manière succincte, le diagnostic de l'entreprise Source Batna lorsque vous avez pris son contrôle?
Attia Junior: Lorsque nous l'avons prise en main, l'entreprise était à l'arrêt total. Bien que le groupe de boissons algériennes ait installé une nouvelle chaîne de production, les employés venaient faire acte de présence et rentraient chez eux. L'air de la faillite soufflait. Elle était complètement livrée à elle-même. L'entreprise était en butte à une mauvaise gestion et aux problèmes inhérents à l'approvisionnement des bouchons, des bouteilles, équipements, PET. Mais ce qui l'a enfoncé complètement et a gelé ses activités c'est le cumul des dettes. Elles l'ont complètement alourdie et l'ont plongée dans l'inertie la plus totale. L'entreprise est arrivée même à vendre quelques machines pour survivre et payer ses salariés. A ce sujet, 1 milliard 600 millions de centimes, nous ont été légués et nous posent jusqu'à maintenant des problèmes, à chaque fois que nous demandons la livraison d'une commande, les fournisseurs de l'entreprise nous réclament la créance passive alors que nous n'avons rien à voir avec ce problème. Les responsables de l'entreprise ne nous ont pas déclaré la dette ancienne. Après la vente de l'entreprise, deux machines, la machine des bouchons et la machine de l'emballage ont été vendues à notre insu. L'affaire est longue. Bref! Je préfère vous annoncer que nous avons remédié au manque en machines et en équipements et que l'usine est en marche.
Depuis que vous êtes à son chevet, comment jugez-vous son état actuel?
En l'espace de deux mois, les choses ont beaucoup changé. Nous avons apporté beaucoup de corrections. A titre d'exemple, nous avons placé de nouveaux filtres de 0,25 micron pour obtenir une eau pure et sans aucune souillure (...). Actuellement, les machines tournent à un taux de production de 50%. La production va connaître une courbe ascendante d'ici la prochaine semaine, une fois que le problème technique aura été réglé par une équipe de techniciens italiens. Une fois les machines réparées et la stabilité retrouvée, nous atteindrons la vitesse de croisière, à 100%, et nous produirons les 12.000 bouteilles par heure. A l'heure actuelle, nous produisons 5000 bouteilles à l'heure (...) Nous tenons à vous informer que l'entreprise Source Batna a déjà engagé des pourparlers pour acheter une deuxième chaîne de production toute neuve pour couvrir les besoins du marché. Notre objectif actuel est de satisfaire la demande nationale. Plus tard, nous envisagerons l'exportation vers des pays étrangers. Je vous rappelle que l'entreprise Source Batna, autrefois, vendait à l'Arabie Saoudite.
En quoi la politique commerciale de l'entreprise Source Batna a-t-elle changé par rapport à l'ancienne?
D'abord, Batna est passée du peloton des eaux minérales chères à celui des eaux minérales sages: une bonne qualité et un prix à la portée des bourses faibles. Nous avons complètement baissé les prix. Maintenant la bouteille d'un litre et demi est cédée à 15,80 DA et le transport est assuré gratuitement par nos 10 camions. De l'usine aux fournisseurs, le produit est livré sans aucune contrepartie.
Notre premier objectif se dessine dans la récupération de notre place dans le marché national. Nous disposons de tous les atouts pour reprendre notre place sur le podium parmi les grands, surtout que nous disposons d'une eau 100% minérale et qui a beaucoup de vertus thérapeutiques. D'ailleurs, elle était canalisée et exploitée par les Romains pour sa valeur curative. Elle sort sans pompage d'une profondeur de 600 mètres de dessous des montagnes de Kasrou (...). Nous allons nous équiper de machines plus compétitives et plus performantes pour couvrir tous les besoins en eau minérale (...). Notre politique se base essentiellement sur le dialogue, l'écoute et le respect de l'autre. Notre entreprise est dirigée par les salariés. Ils proposent, et nous leur fournissons ce qu'ils demandent pour le bien de tous.
On dit que le nom de Attia rime davantage avec licenciements et plans de restructuration. Est-ce vrai?
Plutôt, je dirai qu'il a une réputation de chirurgien acquis au chevet des entreprises en déclin. Toutes les entreprises prises en charge ont retrouvé leur santé et tous les travailleurs en témoigneront. Nous n'avons privé aucun salarié de son emploi.
Au contraire, depuis que nous sommes à la tête de nos entreprises, nous n'avons fait que recruter. Uniquement à l'entreprise Source Batna, nous avons recruté 6 ingénieurs et nous allons dans les jours qui viennent recruter 100 à 110 employés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.