Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il n'y a pas de genre, il y a l'être humain..."
KARIM NAZIM TIDAFI
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2018

img src="http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P180725-06.jpg" alt=""Il n'y a pas de genre, il y a l'être humain..."" /
A Racont'Arts 2018 il y a de nombreux artistes algériens qui y exposent cette année entre artistes visuels, photographe, artiste peintre, collage, street art, le choix est large. On citera la photographe Louisa Ammi, l'artiste visuel Merine Hadj Abderrhamane, le groupe d'artistes du mouvement Massar entre autres et enfin les 10 artistes issus de la résidence «le genre et l'identité» qu'à eu à encadrer Karim Tidafi le mois d'avril dernier et dont le résultat a été dévoilé en exclusivité au village de Tiferdoud. Dans cette interview, il revient sur ce travail artistique et aborde avec nous notamment, les difficultés rencontrées pour rendre compte de ce sujet bien délicat et qui demeure un tabou en Algérie.
L'Expression: Un mot sur cette résidence?
Karim Nazim Tidali: Cette résidence est née sous la tutelle de l'association «Sauvez la casbah», en collaboration avec le Cisp qui a commandé une résidence qui s'est déroulée en deux parties d'une semaine chacune. La thématique portait sur le genre et l'identité. J'ai encadré pas seulement des artistes. Il y avait aussi une doctorante en sociologie, des architectes, des autodidactes, des peintres. C'était vraiment pluridisciplinaire. La première résidence s'est tenue en avril et la seconde en mai. Elle s'est tenue au niveau du Diocèse d'El Biar. La première de cette expo se tient à Racont'Arts. Après, elle va faire comme la résidence «le monde selon les femmes», tourner un peu à travers l'Algérie. J'y avais participé et elle avait fait le tour d'Algérie pendant 11 mois. Elle a fini au Bastion 23. Celle-là est à Racont'Arts, ensuite elle partira à «La nuit blanche d'Oran», un événement artistique. Le but de par cette expo, n'était pas seulement de faire des oeuvres d'art, mais d'apporter des solutions multipédagogiques. L'artiste était confronté à un autre problème selon lequel grâce à cette thématique il devait questionner cette notion du genre justement. Ces artistes ont été suivis par plusieurs personnes qui les ont formées dont un Italien. La résidence se déclinait entre des formations le matin et des ateliers l'après-midi. Ceci avait pour objectif d'inculquer des connaissances pour pouvoir différencier entre la notion de genre et d'identité. Il fallait donc digérer tout cet outil pédagogique pour pouvoir créer après. En fait, j'ai été contacté par le Cisp pour encadrer cette résidence après avoir fait la résidence «Le monde selon les femmes» en rapport avec la violence faite à l'encontre des femmes. Et celle-ci en est juste une continuité.
Donc le vernissage de la première se tient à Racont'Arts et que pouvons-nous découvrir alors dans cette expo pour ceux qui ne sont pas à Tiferdoud?
En tout on est 11 artistes. Il y a entre autres de la peinture, de la sculpture, des films documentaires un court métrage cinématographique de Haytem Ameur. Ce dernier s'est occupé de la partie visuelle entièrement.
Comment as-tu procédé pour aborder ce sujet très délicat? Sur quel angle y a-t-il eu des restrictions ou des choses auxquelles il ne fallait pas toucher?
Oui et non. Par exemple, Mérine avait fait des moulages de sexes carmaient. Or, ça devait être un outil pédagogique, il ne fallait pas que cela soit aussi brute et explicite. Et pour montrer cela, ici, ça aurait été difficile car on sait qu'à Racont'Arts il y a souvent une certaine forme de censure car ça dépend du regard du comité du village et sa façon de voir les choses et du degré de son esprit d'ouverture. Chacun ses règles.
C'est vraiment le comité du village qui sélectionne les artistes et décide si c'est choquant ou pas. Parmi les oeuvres qu'on va présenter il y a un film de Louisa qui a réalisé un film de 25 mn qui s'appelle Unique point dz où l'on découvre six personnes atypiques dont un chauffeur de taxi femme, un homme au foyer... Ce film va être projeté et suivi d'un débat. Moi-même j'ai réalisé un film en collaboration avec Haytem. Il s'appelle Ad Hominem qui veut dire en latin «vers l'homme».
C'est un terme qu'on utilise dans l'accusation quand on met la personne face à ses actes. Il s'agit d'un court métrage où j'ai mis en exergue sept personnes autour d'un feu où l'ange de la mort vient.
Que penses-tu de Racont'Arts? S'il y a une certaine forme de censure, pourquoi y reviens-tu?
S'il y a une censure, on l'accepte car elle dépend de la région. On ne remet pas en cause Racont'Arts. C'est la 3ème fois que je viens ici. J'ai été mordu et piqué au vif, voilà pourquoi j'y reviens. Et on fait avec les moyens du bord.
Et tu en penses quoi au final de cette notion du genre et l'identité en Algérie? Qu'est-ce qui ressort ou qu'as-tu ressenti à travers les travaux de ces jeunes artistes que tu as encadrés?
Cette expo a le mérite de susciter un petit déclic et d'éveiller les consciences sur le devoir d'acceptation de l'Autre. Car tout compte fait, il n'y a pas de genre, au fond, il y a que l'être humain. C'est à ça que tend de montrer et dire cette expo. Parmi les oeuvres exposées notre regard s'est posé sur cette sculpture intitulée «Woujouh» de Haytem Ameur.
Un mot sur cette installation? Il voulait toucher à la matière et il a donc eu l'idée de réaliser des visages en sacs-poubelles et les poster à même le sol. Haytem tend à remettre en cause dans sa sculpture, la notion d'humanité et son degré de bonté envers l'Autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.