Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il n'y a pas de genre, il y a l'être humain..."
KARIM NAZIM TIDAFI
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2018

img src="http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P180725-06.jpg" alt=""Il n'y a pas de genre, il y a l'être humain..."" /
A Racont'Arts 2018 il y a de nombreux artistes algériens qui y exposent cette année entre artistes visuels, photographe, artiste peintre, collage, street art, le choix est large. On citera la photographe Louisa Ammi, l'artiste visuel Merine Hadj Abderrhamane, le groupe d'artistes du mouvement Massar entre autres et enfin les 10 artistes issus de la résidence «le genre et l'identité» qu'à eu à encadrer Karim Tidafi le mois d'avril dernier et dont le résultat a été dévoilé en exclusivité au village de Tiferdoud. Dans cette interview, il revient sur ce travail artistique et aborde avec nous notamment, les difficultés rencontrées pour rendre compte de ce sujet bien délicat et qui demeure un tabou en Algérie.
L'Expression: Un mot sur cette résidence?
Karim Nazim Tidali: Cette résidence est née sous la tutelle de l'association «Sauvez la casbah», en collaboration avec le Cisp qui a commandé une résidence qui s'est déroulée en deux parties d'une semaine chacune. La thématique portait sur le genre et l'identité. J'ai encadré pas seulement des artistes. Il y avait aussi une doctorante en sociologie, des architectes, des autodidactes, des peintres. C'était vraiment pluridisciplinaire. La première résidence s'est tenue en avril et la seconde en mai. Elle s'est tenue au niveau du Diocèse d'El Biar. La première de cette expo se tient à Racont'Arts. Après, elle va faire comme la résidence «le monde selon les femmes», tourner un peu à travers l'Algérie. J'y avais participé et elle avait fait le tour d'Algérie pendant 11 mois. Elle a fini au Bastion 23. Celle-là est à Racont'Arts, ensuite elle partira à «La nuit blanche d'Oran», un événement artistique. Le but de par cette expo, n'était pas seulement de faire des oeuvres d'art, mais d'apporter des solutions multipédagogiques. L'artiste était confronté à un autre problème selon lequel grâce à cette thématique il devait questionner cette notion du genre justement. Ces artistes ont été suivis par plusieurs personnes qui les ont formées dont un Italien. La résidence se déclinait entre des formations le matin et des ateliers l'après-midi. Ceci avait pour objectif d'inculquer des connaissances pour pouvoir différencier entre la notion de genre et d'identité. Il fallait donc digérer tout cet outil pédagogique pour pouvoir créer après. En fait, j'ai été contacté par le Cisp pour encadrer cette résidence après avoir fait la résidence «Le monde selon les femmes» en rapport avec la violence faite à l'encontre des femmes. Et celle-ci en est juste une continuité.
Donc le vernissage de la première se tient à Racont'Arts et que pouvons-nous découvrir alors dans cette expo pour ceux qui ne sont pas à Tiferdoud?
En tout on est 11 artistes. Il y a entre autres de la peinture, de la sculpture, des films documentaires un court métrage cinématographique de Haytem Ameur. Ce dernier s'est occupé de la partie visuelle entièrement.
Comment as-tu procédé pour aborder ce sujet très délicat? Sur quel angle y a-t-il eu des restrictions ou des choses auxquelles il ne fallait pas toucher?
Oui et non. Par exemple, Mérine avait fait des moulages de sexes carmaient. Or, ça devait être un outil pédagogique, il ne fallait pas que cela soit aussi brute et explicite. Et pour montrer cela, ici, ça aurait été difficile car on sait qu'à Racont'Arts il y a souvent une certaine forme de censure car ça dépend du regard du comité du village et sa façon de voir les choses et du degré de son esprit d'ouverture. Chacun ses règles.
C'est vraiment le comité du village qui sélectionne les artistes et décide si c'est choquant ou pas. Parmi les oeuvres qu'on va présenter il y a un film de Louisa qui a réalisé un film de 25 mn qui s'appelle Unique point dz où l'on découvre six personnes atypiques dont un chauffeur de taxi femme, un homme au foyer... Ce film va être projeté et suivi d'un débat. Moi-même j'ai réalisé un film en collaboration avec Haytem. Il s'appelle Ad Hominem qui veut dire en latin «vers l'homme».
C'est un terme qu'on utilise dans l'accusation quand on met la personne face à ses actes. Il s'agit d'un court métrage où j'ai mis en exergue sept personnes autour d'un feu où l'ange de la mort vient.
Que penses-tu de Racont'Arts? S'il y a une certaine forme de censure, pourquoi y reviens-tu?
S'il y a une censure, on l'accepte car elle dépend de la région. On ne remet pas en cause Racont'Arts. C'est la 3ème fois que je viens ici. J'ai été mordu et piqué au vif, voilà pourquoi j'y reviens. Et on fait avec les moyens du bord.
Et tu en penses quoi au final de cette notion du genre et l'identité en Algérie? Qu'est-ce qui ressort ou qu'as-tu ressenti à travers les travaux de ces jeunes artistes que tu as encadrés?
Cette expo a le mérite de susciter un petit déclic et d'éveiller les consciences sur le devoir d'acceptation de l'Autre. Car tout compte fait, il n'y a pas de genre, au fond, il y a que l'être humain. C'est à ça que tend de montrer et dire cette expo. Parmi les oeuvres exposées notre regard s'est posé sur cette sculpture intitulée «Woujouh» de Haytem Ameur.
Un mot sur cette installation? Il voulait toucher à la matière et il a donc eu l'idée de réaliser des visages en sacs-poubelles et les poster à même le sol. Haytem tend à remettre en cause dans sa sculpture, la notion d'humanité et son degré de bonté envers l'Autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.