Procès d'anciens responsables et hommes d'affaires: le verdict sera rendu mardi    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    Cinq civils tués dans l'extrême-nord du Cameroun    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    Tomber de rideau sur une campagne singulière    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    DE MARSEILLE Belmadi déjeune avec les stars du foot africain    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    JSK: Rien de grave pour Addadi    Dernier jour de la campagne électorale : ‘'aller voter pour une Algérie nouvelle et stable''    MCA - Allati «On est tous responsables !»    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Des équipements pour les handicapés des centres spécialisés    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga
MALI
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2019

Le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga a présenté jeudi sa démission au chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta, qui l'a acceptée, selon un communiqué de la présidence. La démission de M. Maïga, en poste depuis près de 16 mois, intervient à quelques heures de l'examen par l'Assemblée nationale d'une motion de censure du gouvernement déposée mercredi par des députés de l'opposition mais aussi de la majorité. Il a présenté sa démission ainsi que celle de ses ministres, selon le texte. M. Keïta «a accepté la démission du Premier ministre et celle du gouvernement, et l'a remercié pour sa loyauté et son sens élevé du devoir», a précisé la présidence. «Un Premier ministre sera nommé très prochainement et un nouveau gouvernement sera mis en place, après consultation de toutes les forces politiques de la majorité et de l'opposition», selon le communiqué. La personnalité du Premier ministre cristallisait les critiques depuis plusieurs semaines, d'influents dirigeants religieux musulmans réclamant notamment son départ. M. Keïta a reçu tout au long de la semaine dernière dignitaires religieux, dirigeants politiques et représentants de la société civile, pour discuter de la situation du pays et leur remettre l'avant-projet de loi de révision constitutionnelle. Ces rencontres faisaient suite à une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de personnes à Bamako le 5 avril contre «la mauvaise gestion du pays», notamment les violences intercommunautaires dans le centre.
Lors d'une allocution radiotélévisée mardi soir, le chef de l'Etat a assuré avoir «entendu toutes les colères, décodé tous les signaux, compris tous les messages remontant» du pays. Il a annoncé l'ouverture d'une «concertation nationale» du 23 au 28 avril avec «les forces politiques et sociales» sur le projet de révision constitutionnelle qui sera soumis à référendum. M. Keïta est longuement revenu sur la «tragédie d'Ogossagou», en référence à la tuerie le 23 mars de quelque 160 habitants peuls près de la frontière avec le Burkina Faso par des chasseurs dogons.
Le gouvernement avait prononcé le 24 mars la dissolution de l'association de chasseurs «Dan Nan Ambassagou» et il a remplacé les principaux chefs d'état-major. Depuis l'apparition, il y a quatre ans, dans le centre du Mali, du groupe armé d'Amadou Koufa, au sein des Peuls, les affrontements se sont multipliés entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon. Au nord du pays, des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, malgré l'accord d'Alger dont l'application accumule les retards.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.