Tebboune salue "les rôles de premier plan" et "les missions cruciales" de la femme à travers l'histoire de l'Algérie    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les civils pris au piège
TROISIÈME SEMAINE DE COMBATS VIOLENTS AUTOUR DE LA CAPITALE LIBYENNE
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019

Les affrontements connaissent un regain d'intensité
Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli, annoncée comme «fulgurante», se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de certains quartiers résidentiels de la capitale libyenne.
Durant les dernières quarante huit-heures, les combats ont redoublé d'intensité entre les forces loyales au Gouvernement d'union nationale, seul reconnu par la communauté internationale et l'Armée nationale libyenne autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar. Tripoli avait annoncé samedi une contre-attaque contre les troupes de Haftar, confirmant ainsi l'arrivée de renforts. Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli annoncée comme «fulgurante» se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de quartiers résidentiels de la capitale libyenne où des dizaines de civils ont été tués et de nombreux autres blessés. Le parquet général de Tripoli, instruit par Fayez al Serraj, a d'ailleurs lancé un mandat d'arrêt contre Khalifa Haftar qualifié de «criminel de guerre» et dénoncé à ce titre auprès de la Cour pénale internationale qui effectue un suivi des évènements. Les renforts visent, selon l'état-major proche du GNA, à conforter la «phase de contre-attaque» dont l'objectif est d' «avancer et de gagner du terrain». Une opération qui est intervenue au moment même où la Maison-Blanche confirmait l'entretien téléphonique entre le président américain Donald Trump et le maréchal Khalifa Haftar, une semaine plus tôt, un entretien au cours duquel les deux hommes ont dit partager «une vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable». Ils ont, indique le communiqué de la Maison-Blanche, discuté de «la nécessité de parvenir à la paix et à la stabilité en Libye», alors que le président américain a «reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye».
Conjugué au soutien, affiché, des Emirats arabes unis et celui, plus discret mais tout aussi affirmé, de l'Egypte et du maréchal Abdelfateh al Sissi, le soutien américain aura contribué à conforter le maréchal Haftar dans son entreprise, résolu à prendre Tripoli à n'importe quel prix. «Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de l'ANL) combattent le terrorisme», s'est ainsi publiquement exclamé le porte-parole de l'ANL, Ahmad Al-Mesmari qui a reconnu néanmoins l'existence sur «plusieurs fronts» de «combats très violents», avant de tenter l'argument de la diabolisation de «l'ennemi (qui) a reçu des renforts des terroristes d'Al Qaïda, de l'Etat islamique et de mercenaires étrangers». Cherchant à cacher la perte de certaines positions importantes dans la périphérie de Tripoli, notamment à Aïn Zara, et le recours aux bombardements aveugles de zones civiles dont des écoles et des maisons, Al Mesmari a laissé entendre que les combats qui font toujours rages, depuis plus de quinze jours déjà, sont «victorieux». Les observateurs relèvent toutefois que des deux côtés, les armes légères, les mitrailleuses, les obus, les roquettes et les canons anti-aériens ne cessent de tonner alors que la population de Tripoli se terre, terrorisée. Les mêmes sources font état d'une avancée réelle de la Force de protection de Tripoli - une coalition de milices tripolitaines fidèle au GNA- et des forces anti-terroristes de Misrata dans la localité de Wadi Rabie, située dans la banlieue sud de Tripoli, utilisant pour cela l'artillerie lourde et les armes de calibre moyen. Les milices de Misrata ont également effectué sept frappes aériennes visant les positions militaires de l'ANL, notamment au sud de Gharian, localité située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon le porte-parole militaire du GNA, le colonel Mohamad Gnounou. La mission de l'ONU, confrontée à l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité, a beau mettre l'accent sur le risque d' «embrasement généralisé» qu'encourt la Libye, le fait est qu'elle se découvre impuissante à faire progresser la feuille de route, pourtant validée par la même instance en proie aujourd'hui à des divisions qui découlent d' intérêts étroits et de calculs géostratégiques au risque de discréditer l'organisation internationale elle-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.