Coronavirus : exploiter des produits alternatifs pour consacrer un équilibre entre les produits agricoles    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Lutte contre le Coronavirus: Madar Holding engage plusieurs actions de solidarité    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    REFUS DE SOINS, DE DEPISTAGE OU DE CONFINEMENT : De 6 mois à 2 ans de prison contre les personnes insoumises    DETECTION DU COVID-19 : L'Institut Pasteur autorise les laboratoires à faire le dépistage    ALGER : Les pharmaciens d'officine appelés à assurer un service de nuit    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    Benzema allume Giroud ... puis argumente    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Renouvellement automatique à Blida    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "Il faut une préparation minimale de 15 jours avant de reprendre la compétition"    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    La pomme de terre proposée à 35 DA à Tipasa    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les civils pris au piège
TROISIÈME SEMAINE DE COMBATS VIOLENTS AUTOUR DE LA CAPITALE LIBYENNE
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019

Les affrontements connaissent un regain d'intensité
Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli, annoncée comme «fulgurante», se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de certains quartiers résidentiels de la capitale libyenne.
Durant les dernières quarante huit-heures, les combats ont redoublé d'intensité entre les forces loyales au Gouvernement d'union nationale, seul reconnu par la communauté internationale et l'Armée nationale libyenne autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar. Tripoli avait annoncé samedi une contre-attaque contre les troupes de Haftar, confirmant ainsi l'arrivée de renforts. Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli annoncée comme «fulgurante» se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de quartiers résidentiels de la capitale libyenne où des dizaines de civils ont été tués et de nombreux autres blessés. Le parquet général de Tripoli, instruit par Fayez al Serraj, a d'ailleurs lancé un mandat d'arrêt contre Khalifa Haftar qualifié de «criminel de guerre» et dénoncé à ce titre auprès de la Cour pénale internationale qui effectue un suivi des évènements. Les renforts visent, selon l'état-major proche du GNA, à conforter la «phase de contre-attaque» dont l'objectif est d' «avancer et de gagner du terrain». Une opération qui est intervenue au moment même où la Maison-Blanche confirmait l'entretien téléphonique entre le président américain Donald Trump et le maréchal Khalifa Haftar, une semaine plus tôt, un entretien au cours duquel les deux hommes ont dit partager «une vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable». Ils ont, indique le communiqué de la Maison-Blanche, discuté de «la nécessité de parvenir à la paix et à la stabilité en Libye», alors que le président américain a «reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye».
Conjugué au soutien, affiché, des Emirats arabes unis et celui, plus discret mais tout aussi affirmé, de l'Egypte et du maréchal Abdelfateh al Sissi, le soutien américain aura contribué à conforter le maréchal Haftar dans son entreprise, résolu à prendre Tripoli à n'importe quel prix. «Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de l'ANL) combattent le terrorisme», s'est ainsi publiquement exclamé le porte-parole de l'ANL, Ahmad Al-Mesmari qui a reconnu néanmoins l'existence sur «plusieurs fronts» de «combats très violents», avant de tenter l'argument de la diabolisation de «l'ennemi (qui) a reçu des renforts des terroristes d'Al Qaïda, de l'Etat islamique et de mercenaires étrangers». Cherchant à cacher la perte de certaines positions importantes dans la périphérie de Tripoli, notamment à Aïn Zara, et le recours aux bombardements aveugles de zones civiles dont des écoles et des maisons, Al Mesmari a laissé entendre que les combats qui font toujours rages, depuis plus de quinze jours déjà, sont «victorieux». Les observateurs relèvent toutefois que des deux côtés, les armes légères, les mitrailleuses, les obus, les roquettes et les canons anti-aériens ne cessent de tonner alors que la population de Tripoli se terre, terrorisée. Les mêmes sources font état d'une avancée réelle de la Force de protection de Tripoli - une coalition de milices tripolitaines fidèle au GNA- et des forces anti-terroristes de Misrata dans la localité de Wadi Rabie, située dans la banlieue sud de Tripoli, utilisant pour cela l'artillerie lourde et les armes de calibre moyen. Les milices de Misrata ont également effectué sept frappes aériennes visant les positions militaires de l'ANL, notamment au sud de Gharian, localité située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon le porte-parole militaire du GNA, le colonel Mohamad Gnounou. La mission de l'ONU, confrontée à l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité, a beau mettre l'accent sur le risque d' «embrasement généralisé» qu'encourt la Libye, le fait est qu'elle se découvre impuissante à faire progresser la feuille de route, pourtant validée par la même instance en proie aujourd'hui à des divisions qui découlent d' intérêts étroits et de calculs géostratégiques au risque de discréditer l'organisation internationale elle-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.