Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les civils pris au piège
TROISIÈME SEMAINE DE COMBATS VIOLENTS AUTOUR DE LA CAPITALE LIBYENNE
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019

Les affrontements connaissent un regain d'intensité
Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli, annoncée comme «fulgurante», se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de certains quartiers résidentiels de la capitale libyenne.
Durant les dernières quarante huit-heures, les combats ont redoublé d'intensité entre les forces loyales au Gouvernement d'union nationale, seul reconnu par la communauté internationale et l'Armée nationale libyenne autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar. Tripoli avait annoncé samedi une contre-attaque contre les troupes de Haftar, confirmant ainsi l'arrivée de renforts. Entamée le 4 avril dernier, l'offensive contre Tripoli annoncée comme «fulgurante» se trouve désormais enlisée, l'ANL n'ayant d'autre option que celle de se livrer à des bombardements aveugles de quartiers résidentiels de la capitale libyenne où des dizaines de civils ont été tués et de nombreux autres blessés. Le parquet général de Tripoli, instruit par Fayez al Serraj, a d'ailleurs lancé un mandat d'arrêt contre Khalifa Haftar qualifié de «criminel de guerre» et dénoncé à ce titre auprès de la Cour pénale internationale qui effectue un suivi des évènements. Les renforts visent, selon l'état-major proche du GNA, à conforter la «phase de contre-attaque» dont l'objectif est d' «avancer et de gagner du terrain». Une opération qui est intervenue au moment même où la Maison-Blanche confirmait l'entretien téléphonique entre le président américain Donald Trump et le maréchal Khalifa Haftar, une semaine plus tôt, un entretien au cours duquel les deux hommes ont dit partager «une vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable». Ils ont, indique le communiqué de la Maison-Blanche, discuté de «la nécessité de parvenir à la paix et à la stabilité en Libye», alors que le président américain a «reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye».
Conjugué au soutien, affiché, des Emirats arabes unis et celui, plus discret mais tout aussi affirmé, de l'Egypte et du maréchal Abdelfateh al Sissi, le soutien américain aura contribué à conforter le maréchal Haftar dans son entreprise, résolu à prendre Tripoli à n'importe quel prix. «Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de l'ANL) combattent le terrorisme», s'est ainsi publiquement exclamé le porte-parole de l'ANL, Ahmad Al-Mesmari qui a reconnu néanmoins l'existence sur «plusieurs fronts» de «combats très violents», avant de tenter l'argument de la diabolisation de «l'ennemi (qui) a reçu des renforts des terroristes d'Al Qaïda, de l'Etat islamique et de mercenaires étrangers». Cherchant à cacher la perte de certaines positions importantes dans la périphérie de Tripoli, notamment à Aïn Zara, et le recours aux bombardements aveugles de zones civiles dont des écoles et des maisons, Al Mesmari a laissé entendre que les combats qui font toujours rages, depuis plus de quinze jours déjà, sont «victorieux». Les observateurs relèvent toutefois que des deux côtés, les armes légères, les mitrailleuses, les obus, les roquettes et les canons anti-aériens ne cessent de tonner alors que la population de Tripoli se terre, terrorisée. Les mêmes sources font état d'une avancée réelle de la Force de protection de Tripoli - une coalition de milices tripolitaines fidèle au GNA- et des forces anti-terroristes de Misrata dans la localité de Wadi Rabie, située dans la banlieue sud de Tripoli, utilisant pour cela l'artillerie lourde et les armes de calibre moyen. Les milices de Misrata ont également effectué sept frappes aériennes visant les positions militaires de l'ANL, notamment au sud de Gharian, localité située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon le porte-parole militaire du GNA, le colonel Mohamad Gnounou. La mission de l'ONU, confrontée à l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité, a beau mettre l'accent sur le risque d' «embrasement généralisé» qu'encourt la Libye, le fait est qu'elle se découvre impuissante à faire progresser la feuille de route, pourtant validée par la même instance en proie aujourd'hui à des divisions qui découlent d' intérêts étroits et de calculs géostratégiques au risque de discréditer l'organisation internationale elle-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.