DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix du baril pourrait flamber
RIYADH EXCLUT «TOUTE AUGMENTATION, DANS L'IMMEDIAT, DE LA PRODUCTION»
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2019

Moins de quarante-huit heures après l'annonce par Washington de la décision de mettre fin aux dérogations accordées à huit pays (Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Italie, grèce et Taïwan) importateurs de pétrole iranien, le ministre saoudien de l'énergie Khaled al Faleh a déclaré, hier, que son pays n'a aucune intention d'augmenter dans l'immédiat sa production pour compenser la baisse de l'offre iranienne. C'est pourtant un des arguments développés par l'administration Trump et par le président américain lui-même qui a clairement indiqué que Riyadh et d'autres pays membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) viendront «compenser» le manque éventuel. Pour Khaled al Faleh, «les stocks (mondiaux) continuent d'augmenter, malgré ce qui se passe au Venezuela, et le durcissement des sanctions contre l'Iran», de sorte qu'il a souligné, dans sa conférence de presse financière, tenue hier à Riyadh, qu'il «ne voit pas la nécessité de faire quoi que ce soit dans l'immédiat», tout en ajoutant que l'Arabie saoudite «ne laissera pas ses clients dans la difficulté». faut-il le rappeler, le président Donald Trump avait, pour sa part, considéré que «l'Arabie saoudite et d'autres à l'Opep feront plus que compenser la différence dans la production de pétrole, dans le cadre de nos sanctions, maintenant complètes contre le pétrole iranien». Une façon de mettre en exergue la pleine et entière disponibilité de l'Arabie saoudite à répondre aux exigences américaines. Il est vrai que le ministre saoudien de l'Energie avait la veille rassuré les marchés en soulignant que son pays reste mobilisé pour «stabiliser» l'offre dans n'importe quelle circonstance. Une constante, a-t-il dit, de la politique menée par le royaume saoudien en la matière.
La situation est pourtant loin d'être sereine car si le Venezuela est toujours dans un tourbillon politico-économique peu propice à son retour sur le marché pétrolier, eu égard aux pressions de Washington qui tente par tous les moyens de saper le gouvernement bolivarien de Nicolas Maduro, l'Iran est quant à lui fortement déstabilisé par cette nouvelle décision de l'administration Trump, en quête d'une «pression maximale» pour faire également tomber le régime de Téhéran. Sans doute, la crise n'est pas encore à portée de main mais tout laisse présager une aggravation des tensions qui ne manquera pas de faire flamber les marchés pétroliers, auquel cas la réaction de l'Arabie saoudite pourrait ne pas suffire à contenir l'envolée des prix et leur retour à des niveaux proches des 100 dollars le baril d'ici à la fin de l'année en cours. Ce scénario prendrait encore plus de consistance si l'Iran met à exécution sa menace de bloquer le détroit d'Ormuz par lequel transite l'essentiel des exportations d'or noir des pays du Golfe. Et l'envol du prix du baril devient ainsi une hypothèse de plus en plus plausible, selon les capitales concernées par la décision américaine, de sorte que ni la Chine ni l'Inde ni encore plus la Turquie qui affronte une situation économique difficile ne comptent s'incliner devant le diktat américain promptement salué, et pour cause, par Israël.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.