Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix du baril pourrait flamber
RIYADH EXCLUT «TOUTE AUGMENTATION, DANS L'IMMEDIAT, DE LA PRODUCTION»
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2019

Moins de quarante-huit heures après l'annonce par Washington de la décision de mettre fin aux dérogations accordées à huit pays (Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Italie, grèce et Taïwan) importateurs de pétrole iranien, le ministre saoudien de l'énergie Khaled al Faleh a déclaré, hier, que son pays n'a aucune intention d'augmenter dans l'immédiat sa production pour compenser la baisse de l'offre iranienne. C'est pourtant un des arguments développés par l'administration Trump et par le président américain lui-même qui a clairement indiqué que Riyadh et d'autres pays membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) viendront «compenser» le manque éventuel. Pour Khaled al Faleh, «les stocks (mondiaux) continuent d'augmenter, malgré ce qui se passe au Venezuela, et le durcissement des sanctions contre l'Iran», de sorte qu'il a souligné, dans sa conférence de presse financière, tenue hier à Riyadh, qu'il «ne voit pas la nécessité de faire quoi que ce soit dans l'immédiat», tout en ajoutant que l'Arabie saoudite «ne laissera pas ses clients dans la difficulté». faut-il le rappeler, le président Donald Trump avait, pour sa part, considéré que «l'Arabie saoudite et d'autres à l'Opep feront plus que compenser la différence dans la production de pétrole, dans le cadre de nos sanctions, maintenant complètes contre le pétrole iranien». Une façon de mettre en exergue la pleine et entière disponibilité de l'Arabie saoudite à répondre aux exigences américaines. Il est vrai que le ministre saoudien de l'Energie avait la veille rassuré les marchés en soulignant que son pays reste mobilisé pour «stabiliser» l'offre dans n'importe quelle circonstance. Une constante, a-t-il dit, de la politique menée par le royaume saoudien en la matière.
La situation est pourtant loin d'être sereine car si le Venezuela est toujours dans un tourbillon politico-économique peu propice à son retour sur le marché pétrolier, eu égard aux pressions de Washington qui tente par tous les moyens de saper le gouvernement bolivarien de Nicolas Maduro, l'Iran est quant à lui fortement déstabilisé par cette nouvelle décision de l'administration Trump, en quête d'une «pression maximale» pour faire également tomber le régime de Téhéran. Sans doute, la crise n'est pas encore à portée de main mais tout laisse présager une aggravation des tensions qui ne manquera pas de faire flamber les marchés pétroliers, auquel cas la réaction de l'Arabie saoudite pourrait ne pas suffire à contenir l'envolée des prix et leur retour à des niveaux proches des 100 dollars le baril d'ici à la fin de l'année en cours. Ce scénario prendrait encore plus de consistance si l'Iran met à exécution sa menace de bloquer le détroit d'Ormuz par lequel transite l'essentiel des exportations d'or noir des pays du Golfe. Et l'envol du prix du baril devient ainsi une hypothèse de plus en plus plausible, selon les capitales concernées par la décision américaine, de sorte que ni la Chine ni l'Inde ni encore plus la Turquie qui affronte une situation économique difficile ne comptent s'incliner devant le diktat américain promptement salué, et pour cause, par Israël.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.