Le ministre des Ressources en eau rassure    Intense activité du président Tebboune    L'Algérie dernier de la classe en Afrique    Dans le viseur de Besiktas    « Nous sommes fiers de Bennacer »    Le gouvernement appelle à "s'éloigner de toute forme d'alarmisme"    "Les sujets de moins de 10 ans ne tombent pas beaucoup malades"    Vers le remboursement des frais par la Cnas    L'art du Goul populaire menacé de disparition à El Bayadh    DGSN: la salle omisports de Kouba baptisée du nom de Hacène Lalmas    Rencontre nationale sur les coopératives théâtrales les 28 et 29 mars    Plan d'urgence en cours d'élaboration pour relancer le sport d'élite en Algérie    La résilience du régime algérien    Appel au parachèvement du processus de mutation démocratique pour l'édification de la nouvelle Algérie    Sahara occidental: Brahim Ghali réitère son appel à l'ONU à assumer ses responsabilités    Mokri appelle à prévenir les "conflits d'intérêt" et à œuvrer à édifier un Etat de droit    FORMATION AU METIER D'AVOCAT : Le concours d'accès au CAPA relève de l'UNOA    Le procès Hamel et Tayeb Louh reporté au 19 mars    APRES UNE VISITE D'ETAT EN ARABIE SAOUDITE : Le Président Tebboune regagne Alger    Djerad félicite le nouveau chef du gouvernement tunisien pour sa prise de fonctions    Parti FFS : Démission collective de membres de l'Instance Présidentielle    CORONAVIRUS : L'Algérie n'a enregistré aucun autre cas positif    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Kamel Chikhi condamné à 8 ans de prison ferme    POUR NON-CONFORMITE DE LA POUDRE DE LAIT UTILISEE : Fermeture d'une laiterie privée à Mostaganem    Les locaux de Logitrans auraient été perquisitionnés    SANS SALAIRE DEPUIS 7 MOIS : Les journalistes de ‘'Temps d'Algérie'' interpellent le Président    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    LOGEMENTS SOCIO-LOCATIFS DE FRENDA (TIARET) : La liste des 1183 logements sera connue le 16 avril    Le hirak entame sa 2e année en force    CRISE DU LAIT EN SACHET : La spéculation perdure à Oran    Des enfants inventeurs reçus par les ministres Sid Ali Khaldi et Yacine Djeridane    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    L'Espagne et la France fustigées    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix du baril pourrait flamber
RIYADH EXCLUT «TOUTE AUGMENTATION, DANS L'IMMEDIAT, DE LA PRODUCTION»
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2019

Moins de quarante-huit heures après l'annonce par Washington de la décision de mettre fin aux dérogations accordées à huit pays (Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Italie, grèce et Taïwan) importateurs de pétrole iranien, le ministre saoudien de l'énergie Khaled al Faleh a déclaré, hier, que son pays n'a aucune intention d'augmenter dans l'immédiat sa production pour compenser la baisse de l'offre iranienne. C'est pourtant un des arguments développés par l'administration Trump et par le président américain lui-même qui a clairement indiqué que Riyadh et d'autres pays membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) viendront «compenser» le manque éventuel. Pour Khaled al Faleh, «les stocks (mondiaux) continuent d'augmenter, malgré ce qui se passe au Venezuela, et le durcissement des sanctions contre l'Iran», de sorte qu'il a souligné, dans sa conférence de presse financière, tenue hier à Riyadh, qu'il «ne voit pas la nécessité de faire quoi que ce soit dans l'immédiat», tout en ajoutant que l'Arabie saoudite «ne laissera pas ses clients dans la difficulté». faut-il le rappeler, le président Donald Trump avait, pour sa part, considéré que «l'Arabie saoudite et d'autres à l'Opep feront plus que compenser la différence dans la production de pétrole, dans le cadre de nos sanctions, maintenant complètes contre le pétrole iranien». Une façon de mettre en exergue la pleine et entière disponibilité de l'Arabie saoudite à répondre aux exigences américaines. Il est vrai que le ministre saoudien de l'Energie avait la veille rassuré les marchés en soulignant que son pays reste mobilisé pour «stabiliser» l'offre dans n'importe quelle circonstance. Une constante, a-t-il dit, de la politique menée par le royaume saoudien en la matière.
La situation est pourtant loin d'être sereine car si le Venezuela est toujours dans un tourbillon politico-économique peu propice à son retour sur le marché pétrolier, eu égard aux pressions de Washington qui tente par tous les moyens de saper le gouvernement bolivarien de Nicolas Maduro, l'Iran est quant à lui fortement déstabilisé par cette nouvelle décision de l'administration Trump, en quête d'une «pression maximale» pour faire également tomber le régime de Téhéran. Sans doute, la crise n'est pas encore à portée de main mais tout laisse présager une aggravation des tensions qui ne manquera pas de faire flamber les marchés pétroliers, auquel cas la réaction de l'Arabie saoudite pourrait ne pas suffire à contenir l'envolée des prix et leur retour à des niveaux proches des 100 dollars le baril d'ici à la fin de l'année en cours. Ce scénario prendrait encore plus de consistance si l'Iran met à exécution sa menace de bloquer le détroit d'Ormuz par lequel transite l'essentiel des exportations d'or noir des pays du Golfe. Et l'envol du prix du baril devient ainsi une hypothèse de plus en plus plausible, selon les capitales concernées par la décision américaine, de sorte que ni la Chine ni l'Inde ni encore plus la Turquie qui affronte une situation économique difficile ne comptent s'incliner devant le diktat américain promptement salué, et pour cause, par Israël.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.