Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    LES ENSEIGNANTS DECIDENt DE MONTER AU CRENEAU : Les écoles primaires paralysées pour trois jours !    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!
72E EDITION DU FESTIVAL DE CANNES
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2019

On le savait miné, par le passé revenu, en ressacs, mais on n'imaginait pas, à ce point, que l'enfant terrible de la Movida, était si atteint.
Il est pourtant, ibère, mais le spleen que Pedro Almodovar, porte sur lui, depuis quelque temps, inspirerait bien, un compositeur portugais, pour écrire la plus contemporaine des saudades... On le savait miné, par le passé revenu, en ressacs, mais on n'imaginait pas, à ce point, que l'enfant terrible de la Movida, celui qui a accompagné la naissance de la démocratie espagnole, après avoir vécu, adolescent, les iniquités de la dictature franquiste, était si atteint. «Dolor y Gloria», contient tout ce mal-être, à qui la médecine trouvera des raisons? Mais ne dit-on pas «Dis-moi où tu as mal, je te dirai qui tu es?».
Fidèle à lui même
Dans son dernier film donc, le neuvième à Cannes, il va s'aider de son complice de toujours Antonio Banderas, pour se dire, à travers le personnage de Salvador Mallo, un cinéaste vieillissant et perclus de doutes comme autant de douleurs (in)visibles. Dans la forme, le cinéaste de «Talons aiguilles», n'a presque pas bougé d'un iota. Toujours ce côté «acidulé» de l'image, mais cette fois le goût du poivre y est assez prononcé, mais la mise à nu, qu'il affectionne tant, est bien présente, encore. Il ira jusqu'à l'enfance pauvre qu'il a passée dans les jupons d'une mère courage qui l'aura élevé sans une paternelle aide probante. L'enfant, dans sa solitude trouvera refuge dans la lecture, comme tous les enfants de cette époque qui vivaient leur solitude, sans trop savoir que c'était un isolement. C'est ce qui façonnera ce caractère qui l'aidera, une fois monté à Madrid, à évoluer certes, en marge, mais en s'accrochant fermement à ses secrets espoirs... Antonio Banderas s'en souvient: «Il avait une sacoche rouge, il s'est lancé dans un grand monologue sur je ne sais plus quoi, mais qui m'a fait rire. Et puis à un moment, il m'a dit: «Toi, tu as un beau visage romantique, tu devrais faire du cinéma.» Quand il est parti, j'ai demandé qui il était. Un gars m'a répondu: «Son nom est Almodovar, il a fait un film, mais il n'en fera jamais plus.» Tout le monde a ri. «L'Espagne est remplie de prophètes». Le cinéaste le reverra en 1982, pour lui proposer un petit rôle dans «Le Labyrinthe des passions» (1982) et tout s'enchaîna par la suite avec «Matador», «La Loi du désir», «Femmes au bord de la crise de nerfs» et «Attache-moi». Banderas fera grâce à tout ce travail une carrière hollywoodienne, en 1992, mais même ses deux Oscars, ne lui feront pas oublier ce qu'il doit à son compatriote madrilène. La star voue une admiration, justifiée, teintée de reconnaissance à Almodovar: «Je lui dois énormément. Et pas que moi. Bien au-delà de l'écran, son cinéma est une part de ce que nous sommes collectivement, nous, Espagnols de cette génération. Dans cinquante ans, si les gens veulent savoir ce qui s'est passé ces années-là, ils iront voir ses films».
Antonio for ever
C'est donc tout naturellement que le cinéaste pensera à Antonio Banderas, son «Chico» pour le raconter même s'il se défend, timidement, d'avoir voulu se raconter dans «Dolor Y Gloria»: «Au clap de fin, avec Pedro, nos regards se sont croisés et j'y ai vu les quarante ans que nous avions traversés. Lui aussi les voyait, parce qu'il a commencé à pleurer.». L'accouchement n'aurait donc pas été sans douleur (muette), mais au final, un film pesant, fort et délivrant. Il faut dire que dès l'ouverture, du film, Banderas, assis au fond d'une piscine, comme à la terrasse d'un café, annonce la couleur. Il se revoit en enfant dans ce petit village pauvre et écrasé de soleil avec sa mère, (Pénélope Cruz) à ses côtés. On ne pouvait trouver meilleur liquide amniotique! Le film se déroule au gré de nos propres sensations et quand parfois c'est notre propre vécu qui se sent interpellé, c'est le trouble. Et c'est là que réside le talent de Pedro Almodovar, sa propension à vous impliquer, d'une manière ou d'une autre dans ses histoires qui semblent, a priori assez personnelles pour ne susciter qu'une empathie possible, loin de toute implication.
Film espagnol...
Mais souvent on se fait attraper et on se rend compte avec le temps qu'on pouvait devenir aussi «almodovarien» après avoir été «bergmanien» et bien sûr «antonionien». Et du coup se dresse le triptyque Bergman-Antonioni-Almodovar, avec pour fatum la communicabilité, en guise de dénominateur commun. C'est sans doute cela qui ne passe pas trop du côté des compatriotes du cinéaste espagnol. Sinon comment expliquer cette retenue, alors que son dernier film est un triomphe, actuellement en Espagne? «Malgré la bonne réception de Dolor y Gloria, les spectateurs espagnols sont partagés sur Almodóvar, comme s'il y avait un manque de générosité pour célébrer les succès de compatriotes, Pour certains, il est antipathique. Pour d'autres, il y a cette idée que, si un film est espagnol, il ne peut pas être si bon...» relève El Pais. L'explication serait peut-être chez un autre critique espagnol qui suggère «qu'une part de la société espagnole rejette le ciné d'Almodóvar en bloc, alors qu'il est l'un des meilleurs peintres du caractère espagnol. C'est peut-être pour cela...».
«Dolr Y Gloria» qui a détrôné le blockbuster américain «Captain Marvel», dès sa première semaine de sortie aura-t-il les faveurs suprêmes de ce soixante-douzième festival. La réponse est à chercher du côté du président Inarritu et des autres membres de son jury...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.