L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le danger de la polarisation
Le mouvement populaire fait l'objet de mainmise et d'hégémonie de forces obscures
Publié dans L'Expression le 02 - 03 - 2021

La polarisation du champ politique est devenue la caractéristique centrale qui frappe de plein fouet le spectre politique en présence.
Le mouvement du 22 février et son élan populaire ont ajouté à cette polarisation de la densité et de l'épaisseur, c'est une autre couche qui s'ajoute dans un contexte politique teinté de tiraillements et d'enjeux très délicats et sensibles. L'on assiste aujourd'hui à une course effrénée pour la mainmise et l'hégémonie sur le Mouvement populaire par des nébuleuses dont l'agenda et la feuille de route sont concoctés par des officines étrangères et des organismes se voulant autonomes, alors que les tenants et les aboutissants desdits organismes et officines sont clairs, il s'agit de trouver une brèche pour rééditer en Algérie «le printemps» arabe qui a semé la pagaille et le chaos par son passage. Cette réalité faite de lutte pour s'emparer du Mouvement populaire et se doter d'une «force» de mobilisation au nom de tout un peuple qui s'est révolté contre le régime de Bouteflika et ses symboles un certain 22 février 2019, risque de favoriser une crise profonde à l'intérieur du Mouvement populaire et à l'extérieur de par l'impact que cela peut engendrer. La situation a pris une autre tournure, celle d'une opération «commando» visant à excommunier tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les slogans extrémistes et savamment tissés par les ennemis de la patrie et de sa stabilité.
La crise qui se profile au sein du Mouvement populaire risque de s'exprimer d'une manière violente, dans la mesure où certaines forces centrifuges et certaines nébuleuse versent dans des actes violents à l'image des slogans et du discours haineux et blasphématoire qu'ils développent à l'égard de tous les patriotes et citoyens qui sont au sein du Mouvement populaire, mais qui n'adhérent pas aux stratagèmes des groupes aventuriers aux visées obscurantistes et nihilistes. Un mouvement victime d'une organisation profite souvent aux aventuriers et manipulés de tous bords. Mais le danger se fait remarquer d'une manière saillante quant à la volonté de la mainmise de la nébuleuse islamiste radicale incarnée par Rachad et le réseau dormant de l'ex-FIS dissous. La galvanisation des masses à travers des slogans qui s'attaquent à l'Etat et ses institutions, renseigne sur un plan préparé d'outre-mer pour cibler la stabilité du pays et pousser vers le pourrissement et l'installation du climat de chaos.
D'ailleurs, le retour des manifestations après la suspension inhérente à la pandémie qui persiste toujours, a été caractérisé pars des mots d'ordre s'inscrivant en porte-à-faux par rapport aux manifestations d'avant ce retour au goût de haine et de l'escalade violente dans le discours et les slogans.
Il s'agit d'une étape délicate que certaines nébuleuses veulent investir en termes de situation relevant d'une opportunité idoine en recourant à la galvanisation des esprits et les chauffer à blanc dans le but de réaliser leur projet diabolique visant à semer le chaos et préparer le terrain aux ennemis du pays, pour revenir de loin et imposer leurs desiderata et leur diktat comme c'était le cas pour la Libye, la Syrie et le Yémen, pour ne citer que ces trois pays.
Cette reconfiguration qui affecte le Mouvement populaire va nécessairement entraîner une situation dont les décantations seront manifestes et profondes. Les enjeux qui se trament risquent d'orienter le Mouvement populaire vers une posture qui remettra en cause les fondements et la démarche initiale de l'élan populaire et sa mission et son objectif.
L'émergence des nébuleuses aux agendas obscurs a sabordé l'élan qui était censé apporter un sang neuf au processus politique en cours. L'islamisme radical et ses sbires ont affiché pleinement et vertement leur obstination quant à leur volonté de jouer les trouble-fêtes sur fond de détournement de la trajectoire dudit élan salvateur lors de son irruption un certain 22 février 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.