Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement allemand critique la dégradation des droits de l'homme
Violences marocaines au Sahara occidental
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2021

Les explications attendues de l'ambassadrice du Maroc en Allemagne sur les tenants et les aboutissants de la lettre adressée pour le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita à toutes les institutions du royaume pour leur demander de boycotter la représentation allemande ainsi que les entreprises germaniques n'ont pas suffi à convaincre ses interlocuteurs allemands. C'est ainsi que le gouvernement allemand a souligné, une fois de plus, sa position traditionnelle en ce qui concerne le dossier du Sahara occidental, pointant du doigt «la dégradation» de la situation des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés, au sujet desquels il brandit une série de rapports sur les pratiques répressives exercées par l'occupation marocaine contre des civils et des militants sahraouis. Ces rapports, sahraouis pour la plupart, ont en outre été cités par nombre de médias allemands, tandis que le secrétaire d'Etat allemand aux Affaires étrangères, Miguel Berger, a déclaré que l'Allemagne «observe avec intérêt la situation au Sahara occidental, au moment où des rapports inquiétants lui sont parvenus» sur les violences accrues du Maroc à l'encontre des civils sahraouis dont des femmes et des adolescents.
Autant dire que le gouvernement allemand persiste et signe, réaffirmant sa grande préoccupation à l'égard de la situation des droits de l'homme qui prévaut au Sahara occidental où de nom-breux civils font l'objet quotidiennement de «discriminations et de persécution judiciaire». Cette attention a d'ailleurs été mise en exergue par les médias allemands, comme a été largement commentée la réponse du gouvernement allemand au parti de gauche Die Linke auquel il a rappelé sa «ferme opposition» aux violations marocaines continues des droits de l'homme dans un territoire en attente de décolonisation. Lesquelles violations ont été condamnées en tant que crimes et graves atteintes aux droits de l'homme dans le Sahara occidental occupé, leur aggravation depuis l'agression marocaine du 13 novembre dernier à El Guerguerat, en violation des dispositions de l'accord de cessez-le-feu de 1991 ayant été relevée, à l'instar des rapports fournis par les organisations sahraouies et autres ONG internationales des droits de l'homme. Pour sa part, la présidente du groupe parlementaire de la formation Die Linke au Parlement allemand, Sevim Dagdelen, a exhorté le gouvernement «à ne pas reconnaître les convoitises constantes du Maroc au Sahara occidental, au détriment du droit international», ajoutant qu'il convient, au contraire, de «concourir sérieusement à l'organisation d'un référendum sous l'égide de l'ONU». Comme aussi elle a critiqué «le gouvernement fédéral qui continue de traiter le Maroc avec clémence», conjurant son pays à soutenir la mobilisation internationale en faveur de l'organisation d'un référendum onusien sur l'avenir du Sahara occidental, ce qui implique la nécessité de mettre fin aux manoeuvres dilatoires du Maroc qui n'a jamais cessé d'entraver cet effort au profit de sa «politique d'implantations de colonies illégales dans le territoires occupé».
Avec l'agression marocaine contre les civils sahraouis au niveau de la brèche illégale d'El Guerguerat, s'est imposée la reprise de la lutte armée, car le royaume marocain cherche avec cette route à poursuivre «le pillage des ressources naturelles sahraouies» a souligné la députée de Die Ling qui conclut sur l'impératif de barrer la route à l'occupant marocain auquel l'Union européenne devrait imposer des sanctions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.