L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Front Polisario met en garde contre «une situation déplorable»
Droits de l'Homme dans les territoires sahraouis occupés
Publié dans L'Expression le 30 - 03 - 2021

La représentante du Front Polisario auprès du Conseil des droits de l'homme (CDH) des Nations unies et des organisations internationales à Genève, Oumeima Mahmoud Abdessalem a appelé à une intervention urgente de la Communauté internationale et des organisations des droits de l'homme pour mettre fin à la situation déplorable et dangereuse des droits de l'Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. Lors du débat, la question sahraouie a été abordée dans les interventions des pays et des organisations de soutien au peuple sahraoui, a déclaré Oumeima Abdessalem, dimanche au site SH24H, dans son évaluation des travaux de la 46e session du Conseil des droits de l'Homme. Toutes les interventions «ont mis l'accent sur la nécessité de lever le blocus imposé dans le territoire occupé du Sahara occidental, de protéger les Sahraouis de la tyrannie de l'occupation marocaine, de libérer les détenus et de mettre un terme au pillage des richesses», a ajouté la responsable sahraouie.
Les intervenants ont été unanimes à souligner la nécessité pour les organisations internationales de prendre des mesures urgentes contre ces violations marocaines, conformément à leurs engagements en vertu du Droit international, a-t-elle ajouté. Oumeima Abdessalem a rappelé «les positions fortes» de ces pays qui condamnent les pratiques répressives de l'occupation marocaine dans la partie occupée du Sahara occidental et appellent à mettre en place un mécanisme de surveillance des droits de l'homme et à mettre en oeuvre le programme des missions techniques.
Par ailleurs, le Secrétaire général du ministère sahraoui de la Sécurité et de la Documentation, M. Sidi Oukal a affirmé dimanche que la guerre au Sahara occidental se poursuivait et que les pertes infligées à l'armée marocaine sont «importantes» après 137 jours d'opérations militaires, mettant en garde le régime du Makhzen que «le pire reste à venir». Dans une déclaration à l'APS, M. Mohamed Sidi Oukal a indiqué que l'armée sahraouie poursuivait, au quotidien, le bombardement des positions de l'armée d'occupation marocaine depuis la reprise de la lutte armée, le 13 novembre passé, assurant que les opérations menées actuellement ne sont qu'un «prélude au pire qui attend les forces marocaines». Soulignant que le morale des troupes sahraouies «est au beau fixe», M. Sidi Oukal a relevé que les forces marocaines sont «sur une mauvaise défensive», d'autant plus que les bombes pleuvent quotidiennement sur les positions des forces de l'occupation «causant de grandes pertes humaines et matérielles».
M. Sidi Oukal a fait état dans ce sillage, de plusieurs désertions parmi les soldats de l'armée marocaine vers les territoires marocains et vers l'Espagne et d'hôpitaux en état d'alerte à cause de la guerre». A l'inverse des soldats marocains qui mènent une guerre dont ils ne sont pas convaincus, l'armée sahraouie livre un combat pour son droit à l'autodétermination et l'édification de son Etat indépendant sur l'ensemble de ses territoires occupés, a-t-il poursuivi.
Il a en outre indiqué que la foi de l'armée sahraouie en sa cause «a fait pencher la balance en sa faveur», malgré «la technologie dont a bénéficié l'armée marocaine, la concurrence effrénée pour l'armement et le soutien dont elle bénéficie au sein des alliances avec l'entité sioniste ou d'autres», regrettant le fait que «le Maroc a dissimulé ses pertes sur le plan médiatique, à un moment où il se contredit sur le terrain, en augmentant son armement et en essayant d'établir de nouvelles ceintures de défense».
Rappelant que la stratégie de l'armée sahraouie est basée sur «le développement de ses propres capacités», le même responsable a souligné que le régime marocain «n'a pas tiré des enseignements de l'histoire», promettant de mener «des opérations militaires de qualité» contre l'occupation marocaine. Il a par ailleurs rappelé au régime marocain ce qui lui est arrivé en 1991 lorsque le roi Hassan II a été contraint de reconnaître le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, en échange de la signature de l'accord de cessez-le-feu. «Les pertes subies par le régime du roi Hassan II au cours de
16 ans de lutte armée, et qui l'ont contraint à négocier avec les Sahraouis, forceront le régime de son fils Mohamed VI de se soumettre à la légitimité internationale, et de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit d'autodétermination», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.