Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mesures de Rezig invisibles
Virée dans les marchés et foires ramadhanesques
Publié dans L'Expression le 18 - 04 - 2021

Moult interrogations ont été formulées en ce début de Ramadhan, au sujet des mesures prises par le ministère du Commerce et les pouvoirs publics, quant à la régulation des marchés des produits de large consommation. Les consommateurs livrés à eux-mêmes face à la cherté de la vie et la flambée excessive des prix des produits de base, sillonnent les marchés et les grandes surfaces à la recherche des produits abordables et ristournes promises par Rezig. Nous avons tenté l'expérience et nous nous sommes mis à la place d'un citoyen, en quête de denrées et de produits pour garnir sa table ramadhanesque. Encore faut-il que ce citoyen dispose d'un véhicule ou d'un quelconque moyen de transport, à même de lui permettre de rallier les points marchands indiqués, ou encore susceptibles de lui garantir les meilleurs prix.
Un non-événement
Notre première destination a été la Safex aux Pins maritimes, où semble-t-il, selon les responsables du ministère du Commerce, notamment le directeur des approvisionnements et des activités réglementées Ahmed Mokrani, une foire promotionnelle est organisée, quelques jours avant le Ramadhan. Décision prise, nous prenons la direction de cet éden ramadhanesque. Se faufilant à travers une circulation dense et des files de voitures désorganisées, nous empruntons l'axe routier «la Moutonnière», dans l'espoir de trouver ce que nous recherchons. Craignant un embouteillage à l'entrée de la bretelle du site de la Safex, un peu plus loin de la majestueuse Grande mosquée, on est surpris par l'absence presque totale de flux. La foire a-t-elle pris fin? Est-ce qu'on a changé les sites? Des interrogations, somme toute, innées qui viennent à l'esprit, face à une telle situation. Au fur et à mesure que nous avançons, le site paraît vide, déserté. Même le check-point de la police, d'habitude bloqué par un embouteillage dense, est totalement désert. Nous nous acheminons vers l'entrée de la Safex, dans une quasi-absence de circulation automobile. À peine avions-nous croisé une ou deux voitures. à l'entrée principale, un agent de sécurité nous fait mine de nous arrêter, pour nous demander où nous allions. Nous pénétrons dans le site de la Safex, un espace, habituellement grouillant de monde dans pareilles occasions. Dressées à droite de l'entrée, nous aperçûmes des tentes blanchâtres, agencées tout autour de la placette principale. Là aussi, pas grand monde.
À peine une trentaine d'individus, dont quelques jeunes femmes et des pères de familles en quête de prix abordables. Un tour d'horizon dans ces stands de commerçants, on se rend vite compte pourquoi le site est déserté. Les citoyens ont vite déchanté. Tout d'abord, les produits exposés ou proposés aux consommateurs ne correspondent pas aux attentes et aux déclarations des responsables. Ni ventes par solde ni prix promotionnels. Mis à part les farines, semoules, épices, pâtes, café, fromages, produits détergents et cosmétiques, miel et vaisselle, les produits de large consommation ne sont pas disponibles dans cette exposition. On a même eu droit à une escroquerie de la part d'une star de télévision spécialisée en cuisine, qui nous a refourgué, avec le sourire, des épices périmées. Cela nous apprendra. Un peu plus loin, on découvre un espace transformé en boucherie proposant le kilogramme de boeuf à plus de 1 500 DA. Plus cher que les prix pratiqués au niveau des souks populaires.
Grande sera notre désillusion. On décide, alors de se rendre à l'autre côté opposé de la wilaya d'Alger. Direction Mactaâ Kheïra où paraît-t-il, la viande s'y arrache à très bon prix. En cours de route, nous croisons plein de ménages en quête d'approvisionnement pour le Ramadhan. Aux abords de la route, des commerçants ambulants proposent citrons, oranges, salades frisées, bananes, pommes de terre, oignons, pommes à des prix raisonnables.
Mactaâ Kheïra, l'eldorado de la viande
Un peu plus loin, la circulation ralentit un peu. C'est l'abattoir des viandes blanches. On se gare, histoire de voir ce qui se passe dans cette vieille bâtisse de fortune, érigée en abattoir. Là aussi nous déchantons. Les prix de la dinde sont en hausse sensible. 750 DA le kilogramme, alors qu'il n'était que de 550 DA/kg, il y a à peine quatre à cinq jours avant le Ramadhan. On décide alors de continuer notre virée, en direction de l'Eldorado de la viande rouge, ovine et bovine. Après quelques minutes, on est surpris par une forte odeur animale qui se dégage de loin, avec une anarchie incomparable du site. Là, par contre, les prix sont légèrement différents. Mais ce ne sont pas les mesures de Rezig, qui y sont pour quelque chose. «Si vous prenez au détail, le prix change. Sinon, si vous prenez ce gros morceau, il fait à peu près plus de 5,5 kg. Je vous le propose à 1000 DA seulement le kilogramme», entonne un boucher enthousiaste. Nous décidons de voir ailleurs, et commençons à frayer notre chemin, entre des mares de sang et de détritus animaux, dans un brouhaha indescriptible.
Les commerces sont situés dans une sorte de garages de maisons de maîtres ou de maisonnettes à l'ancienne. Comme pour cacher ces activités, les commerces évoluent sous une ambiance de bâches colorées, cachant toute l'activité. Une fois à l'intérieur, on est surpris par l'ampleur de l'ambiance. Là aussi pas de traces de la viande proposée par Rezig à des prix concurrentiels et promotionnels. La viande bovine est proposée à 1500 DA/kg et plus, alors que l'agneau est cédé à 1300 DA le kilo.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.