L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fabuleux destin d'un héros oublié
Tahar Ibtatene raconté par Lyazid Benhami
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

Tahar Ibtatene, militant nationaliste ayant activé dans les rangs de la Fédération de France du FLN entre 1954 et 1962 est originaire de Aïn El Hammam. C'est son fabuleux parcours et destin hors du commun que nous rapporte l'écrivain Lyazid Benhami dans son livre «Tahar Ibtatene, héros de la Résistance et de la Guerre d'Algérie».
Lyazid Benhami a été un compagnon de plusieurs décennies de Tahar Ibtatene. L'idée d'écrire un livre sur Tahar Ibtatene ne lui est venue qu'après le décès de ce dernier. Après que la femme de Tahar Ibtatene lui a remis une montagne de documents attestant du rôle que Tahar Ibtatene avait joué durant la Seconde Guerre mondiale et pendant la guerre d'indépendance algérienne, Lyazid Benhami a immédiatement pensé écrire un livre car aussi bien Tahar Ibtatene que son parcours sont méconnus du grand public.
Un parcours divisé en trois parties
Il fallait absolument que des traces soient laissées de cette trajectoire exceptionnelle d'un homme qui a quitté son village natal à Aïn El Hammam (ex-Michelet) à 15 ans. À peine adolescent, Tahar Ibtatene prend le large et s'installe en France et en dépit de son très jeune âge, il parvient à relever le défi de vivre loin des siens et de sa terre natale grâce à sa personnalité forte forgée dans la dureté de la vie dans l'Algérie et la Kabylie de l'époque.
Le parcours de Tahar Ibtatene, minutieusement narré par l'auteur, peut être divisé en trois parties.
La première, est sa participation active à la Seconde Guerre mondiale, la deuxième à la guerre d'indépendance algérienne et la dernière étape s'étale sur vingt ans, de 1970 à 1990 et a trait à son soutien actif aux militants du FFS et de la mouvance berbériste qui s'opposait au pouvoir algérien de l'époque.
Dans le premier et deuxième chapitres, Lyazid Benhami revient avec des détails sur l'étape où Tahar Ibtatene rejoignit les services secrets du général de Gaulle en 1940 jusqu'à la Libération. Tahar Ibtatene fut un agent secret permanent du Bcra (Bureau central de renseignement et d'action) et le bras armé du général pendant la Seconde Guerre mondiale. Surnommé
«Tintin» dans la Résistance, il eut à son actif des faits héroïques de premier plan. Grace aux documents remis par l'épouse de Tahar Ibtatene à Lyazid Benhami ainsi qu'à plusieurs témoignages oculaires, ce dernier parvient à restituer au lecteur cette étape avec moult événements dont Tahar dit «Tintin» fut l'artisan principal.
Plusieurs faits historiques
Mais un déclic se produit chez Tahar Ibtatene après les massacres du 8 mai 1945. Tahar Ibtatene est déçu et son sang est remué suite à ce que ses frères algériens venaient de subir. Il ne voit désormais plus les choses de la même manière. C'est tout naturellement qu'il décide de s'engager dans la cause nationale.
Au déclenchement de la guerre d'Algérie, il prit à nouveau ses responsabilités. Membre du FLN historique, Tahar Ibtatene prend part à une multitude d'actions aux côtés des autres militants algériens engagés dans le cadre de la Fédération de France du FLN. Son parcours dans les rangs du FLN est jalonné de plusieurs faits héroiques que narre aussi, avec la même minutie, Lyazid Benhami.
Après l'indépendance, Tahar Ibtatene rentre en Algérie mais il est déçu par la prise du pouvoir par Ahmed Ben Bella. Il quitte de nouveau l'Algérie qu'il garde jusqu'à son dernier souffle dans son coeur.
De 1970 à 1990, il fut très proche des démocrates algériens.
Il offrit son établissement commercial en France pour accueillir des militants et des opposants comme Si El Hafid Yaha, Mohand Ou Yidir Temzi, Tarik Mira, Hachemi Nait Djoudi et même le célèbre et grand dramaturge Abdellah Mohia. Son établissement appelé le 84 était le quartier général des responsables et militants du FFS, premier parti d'opposition.
L'auteur de ce livre a vécu en direct et de très près toute cette ambiance empreinte d'une verve militante inébranlable conjuguée à l'amour d'un pays qui s'appelle l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.