L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mises en garde du gouvernement
Tentatives de déstabilisation du front social
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

Devant la montée en puissance des mouvements de protestation, le gouvernement Abdelaziz Djerad, tout en reconnaissant que la grève est un droit constitutionnel, brandit la menace de sanction en dénonçant «l'exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs». Dans un communiqué publié jeudi 6 mai, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a mis en garde «certains mouvements malintentionnés» qu'il accuse de semer la «fitna» dans le pays. «Une exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs visant à semer la fitna, a été récemment relevée, des mouvements qui avaient été identifiés par le passé et leurs plans dénoncés», indique le communiqué. Aussi, pour éviter tout dépassement, Abdelaziz Djerad préconise une recherche de solutions adéquates aux différentes revendications socioprofessionnelles dans le cadre d'une approche progressive. Une approche prenant en ligne de compte les «répercussions et les retombées de la crise économique et sanitaire que traverse le pays», ajoute le communiqué des services du Premier ministère. Aussi, souligne-t-il que «l'examen et le traitement des revendications exprimées doit se faire dans le cadre d'une approche progressive qui tienne compte des retombées et répercussions de la crise économique et sanitaire que traverse le pays et qui ne peut altérer le niveau et la qualité de vie des citoyens» tout en mettant en avant la détermination du gouvernement à «poursuivre le dialogue avec les partenaires sociaux». Dans ce cadre, le gouvernement exhorte les travailleurs à faire le distinguo entre «l'exercice des droits syndicaux consacrés et l'expression de leurs revendications professionnelles qui doivent être examinées à travers un dialogue ouvert et entre les appels de certains mouvements subversifs qui ne cherchent qu'à compliquer la situation et exploiter leurs situations socioprofessionnelles à des fins douteuses». Allusion à peine voilée aux derniers mouvements de protestation enclenchés par les éléments de la Protection civile, les travailleurs de la poste et ceux de l'Education nationale, entre autres.
Dans son communiqué, le gouvernement incrimine certaines «mauvaises pratiques» prises sous le «régime de la «Issaba» durant les deux dernières décennies, marquées par le passage du cadre de la revendication «légitime des droits à la logique d'illégitimité, en déniant les exigences de préservation du bon déroulement des structures publiques, la pérennité du service public et la protection de l'économie nationale et des outils de production». Convaincu que la grande majorité des enfants du peuple demeure engagée dans «le processus de l'édification et du renouveau» le gouvernement pointe du doigt «une minorité limitée dont certains membres établis à l'étranger oeuvrent pour la diffusion du désespoir et la mise en échec du processus de changement et de lutte contre la corruption qui ne peut que continuer jusqu'à la fin».
Un appel adressé à tous les travailleurs «à l'effet de faire montre du sens de responsabilité et d'éviter de tomber dans le piège de ceux qui veulent semer le chaos dans le pays». Devant ces tentatives de déstabilisation du front social, le gouvernement «reste déterminé à poursuivre le dialogue avec les partenaires sociaux afin de consolider la paix sociale et à faire face avec fermeté à toute velléité de porter atteinte à l'ordre public», a conclu le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.