Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ecrire en langue Tamazight est un devoir»
Rachida Ben Sidhoum, écrivaine, à L'Expression
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2021

L'Expression: Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?
Rachida Ben Sidhoum: Je suis poétesse et auteure de recueils de poésie et de romans. En outre, je suis doctorante en littérature amazighe à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou.
Comment êtes-vous venue à l'écriture?
Bien avant d'éditer mon tout premier livre, l'écriture était une passion pour moi. Enfant, collégienne, l'écriture était cette amie fidèle, amie à laquelle chaque soir je raconte mes rêves d'enfance. Mais maintenant avec les expériences de la vie, l'écriture est devenue, pour moi, un moyen qui me permet d'arriver à transmettre mes visions et mes idées en défendant une cause aux lecteurs.
Pourquoi avoir choisi la langue tamazight, lorsque vous avez décidé d'écrire votre poésie et vos romans?
Je n'ignore pas les autres langues, mais je pense que nous avons pour devoir et mission de contribuer, d'abord et avant tout, à la promotion de notre langue maternelle, pour son renforcement. Ecrire en tamazight est l'un des meilleurs moyens de permettre à notre langue d'avoir une longue vie et de demeurer immortelle. Quand j'écris en langue tamazight, cela me permet de trouver des mots dépourvus d'artifice, car ce sont des mots dont la source est la sérénité.
Votre roman «Icenga n talsa» parle d'une réalité amère que nous avons tous vécue, pourquoi avoir choisi ces thèmes?
Même si le temps est passé, le passé ne se dissout pas entièrement car il y a des souvenirs qui ne peuvent pas être effacés. Ce n'est pas moi qui ai choisi ces sujets, mais les mauvais souvenirs douloureux qui sont encore frais dans l'esprit de tous ceux qui ont vécu ces événements. Oui, j'ai écrit sur des événements quotidiens tels que le kidnapping des enfants, l'état de l'université de Mouloud-Mammeri, l'extrémisme religieux, la pensée de l'homme, etc. Puisque je lutte, à ma manière, comme les autres femmes pour revendiquer les droits de la femme, j'adresse dans mes livres un message à chaque femme pour préserver son statut et sa liberté. Dans le roman que vous citez, j'ai choisi Katia Bengana et les autres femmes assassinées dans les années 90 comme exemples. On ne doit pas priver les femmes de leurs droits à l'éducation et on ne doit pas les maintenir prisonnières de pensées rétrogrades.
Quel est votre point de vue sur l'écriture romanesque en tamazight ces dernières années?
Il y a vraiment une grande et remarquable évolution dans le domaine de l'écriture romanesque en langue tamazight depuis quelques années. Cette écriture se développe de manière palpable. Ce qui est une chose extrêmement encourageante pour notre langue et culture.
Peut-on savoir quels sont les écrivains et les romans en tamazight qui vous ont marquée?
La vérité est que chaque roman en langue tamazight que j'ai eu le plaisir de lire représente, pour moi, une école. Ces livres sont à mes yeux une série à plusieurs épisodes. Je suis influencée par les auteurs qui m'ont précédée et qui ont écrit en langue tamazight, bien évidemment.
Pourquoi, selon vous, y a-t-il de plus en plus de femmes qui écrivent des romans en langue tamazight, ces derniers temps?
Dans le passé, les femmes kabyles racontaient ce qu'elles vivaient et décrivaient ce qu'elles ressentaient au plus profond de leurs tréfonds en déclamant des poèmes ainsi que des proverbes qu'elles composaient. Malgré cela, elles ne s'exprimaient guère de manière directe. Elles étaient contraintes d'avoir recours à des métaphores de sorte que l'homme ne comprenne pas le message qu'elles veulent exprimer. Aujourd'hui, nous constatons qu'elle a supprimé toutes sortes de restrictions afin d'entrer dans le monde de l'écriture et de l'édition par la grande porte. Elle dit et montre avec ses mots tous les maux qui la rongent et n'épargnent pas d'autres femmes qui sont dans la même situation qu'elle. Ces femmes qui écrivent s'adressent aussi à ceux qui ne cessent de chanter sa beauté mais qui, en même temps, détournent le regard dès qu'il s'agit de leurs droits les plus basiques et élémentaires. Or, la femme est la mère de l'humanité, mais malheureusement, dans bien des cas, elle a donné naissance à des personnes qui se retournent contre elle pour lui faire du mal.
Quels sont vos projets d'écriture pour le proche avenir?
Poursuivre ma carrière d'auteure, mais pas avant de terminer ma thèse de doctorat, car elle est prioritaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.