SDA El Harrach : 4,63 milliards DA de créances    Université M'Hamed Bougara : Partenariat avec les collectivités locales    MO Constantine : Grandes ambitions, petits moyens    Risques d'inondations : 28 points noirs recensés dans la capitale    Zemmouri : Des sinistrés dans l'expectative    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Des rejets à la pelle    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    L'association RAJ dissoute    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le rêve algérien» mis en vente
Le livre est sorti aux états-unis
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2021

Il a vécu sept ans en Algérie. Il est le traducteur d' «Inside the Battle of Algiers» de Zohra Drif. Il est aussi écrivain voyageur, photographe et blogueur. Il s'agit du jeune Américain Andrew G. Farrand. Ce dernier vient de publier le 1er septembre dernier «The Algerian Dream: Youth and the quest for dignity» (Le Rêve algérien: la jeunesse et la quête de la dignité).
Ce livre de 394 pages, vient tout juste d'être mis en vente dans les librairies aux Etats-Unis. Il est déjà disponible en version numérique pour les Algériens (et pour les autres aussi!), sur la plateforme algérienne de livres électroniques www.aramebook.com.
Entre espoir et frustration
Au vu de sa fréquentation de la société algérienne pendant plusieurs années, Andrew G. Farrand, maïtrise parfaitement l'arabe dialectal (dardja) et le français, ce qui lui a permis de côtoyer facilement les jeunes Algériens dont il raconte le quotidien, les espoirs, mais aussi les frustrations qui les ont poussés à descendre dans la rue, en 2019, et surprendre le monde entier par des manifestations pacifiques et historiques.
Dans le résumé du livre, nous pouvons lire: «Peu d'étrangers ont eu le privilège de connaître si intimement l'Algérie et sa jeunesse - ou d'observer de visu ce chapitre crucial de l'histoire de la nation.
C'est une histoire qui en dit long sur la relation entre les citoyens et les dirigeants, sur le caractère sacré de la dignité humaine, et sur le pouvoir des rêves et le courage de les poursuivre. Près des deux tiers de la population algérienne a moins de 35 ans. Ayant grandi pendant ou peu après le violent conflit qui a secoué l'Algérie dans les années 1990, et au milieu des puissantes influences de la culture en ligne mondiale, cette génération voit le monde bien différemment de ses parents.
Ou les grands-parents le font.
Le Rêve algérien invite les lecteurs à découvrir cette génération, ses espoirs pour l'avenir et, surtout, les frustrations qui l' ont poussée en masse dans la rue depuis 2019, remettant en cause pacifiquement un ordre établi de longue date.
Après sept ans à vivre et à travailler aux côtés de ces jeunes à travers l'Algérie, Andrew G. Farrand partage ses réflexions sur ce qui fait vibrer la prochaine génération dans le géant endormi d'Afrique du Nord».
Une richesse humaine inégalée
Dans un entretien accordé cette semaine à un quotidien national algérien, Andrew G. Farrand fait savoir que ses amis et proches ne connaissent pas vraiment bien l'Algérie. Ils lui demandent même souvent «qu'est-ce qu'il trouvait à l'Algérie?». C'est aussi cette méconnaissance du public «anglophone» envers l'Algérie qui l'a poussé à écrire un livre sur notre pays et la jeunesse algérienne, qui souvent, est à tort ou à raison, stigmatisée ou mal jugée par les grands. Ainsi, le bloggeur décidera d'aborder divers sujets pour faire connaître mieux notre pays et les richesses qu'il recèle, notamment ses opportunités économiques, ses loisirs et divertissements, en passant par l'éducation, la santé, la justice jusqu'au sens fort que se font les Algériens de leur appartenance identitaire...
Une façon aussi de montrer le côté positif de l'Algérie via sa jeunesse assoiffée de vivre, d'apprendre et de se divertir...
Une jeunesse plurielle qui peut aimer les mangas et le K-Pop, Instagram ou le Barça, mais qui reste attachée à son algérianité. Un livre hommage en quelque sorte à cette belle énergie et cette géniale jeunesse dont regorge notre pays et qui ne demande qu'à s'épanouir davantage pour peu qu'elle jouisse de tous les moyens qu'il lui faut...
À noter que pour les lecteurs anglophones, le livre est disponible en format numérique sur www.aramebook.com, la première plateforme algérienne de e-books, au prix de 1500DA, avec disponibilité de paiement en ligne avec carte CIB pour les Algériens et par carte Visa pour les étrangers (en changeant seulement la devise de DZD en EUR).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.